ffc_je-m-informe_les-maladies_-insuffisance-cardiaque

Top 30 des faits intéressants sur le cœur

Saviez-vous que le cœur bat plus 30 millions de fois par an ? Que l’on peut réellement mourir d’un cœur brisé ? Que les premières documentations en cardiologie ont commencé en 1150 av. J-C ? Que tous les animaux n’ont pas de cœur ? Alors, sachez que tout comme la vie humaine, le cœur est un organe mystérieux qui n’attend que d’être exploré. Tour d’horizon sur 30 faits intéressants sur le cœur.

1- Le cœur n’est pas situé exactement au centre de la poitrine

Il est en fait orienté légèrement à gauche du centre exact de la poitrine. Un emplacement qui trouve son origine dans la puissance des muscles du côté gauche. Ceci, à son tour, s’explique par le fait que le côté gauche du cœur envoie du sang non seulement aux poumons, mais aussi au reste du corps.

Cela dit, certaines personnes souffrent d’une maladie rare appelée dextrocardie, où le cœur s’oriente vers le côté droit de la poitrine. Par la suite, ces mêmes personnes deviennent plus vulnérables aux troubles cardiovasculaires, pulmonaires et intestinaux.

2- Le cœur a longtemps eu un symbolisme puissant dans la religion et la culture du monde entier

Déjà dans l’Antiquité, les Égyptiens croyaient que le dieu Anubis testait le cœur des morts pour déterminer s’ils méritaient d’entrer dans l’au-delà. En outre, les traditions abrahamiques associent le cœur au trône de Dieu, ce qui a conduit plus tard à la vénération du cœur du Christ. Dans l’hindouisme et le taoïsme, le cœur était la source de la sagesse et de la compréhension.

Les érudits gréco-romains considéraient le cœur comme la source de la pensée et de la raison, allant jusqu’à ignorer toutes les preuves qui désignaient plutôt le cerveau. En Méso-Amérique, les indigènes considéraient le cœur comme la source de toute vie, contenant à l’intérieur un fragment du feu du Soleil. Cela a conduit à la pratique d’offrir les cœurs vivants en sacrifices au Soleil dans le cadre de leur religion.

3- On peut réellement mourir d’un cœur brisé

Normalement, nous associons l’expression « mourir d’un cœur brisé » aux clichés courants des feuilletons télévisés ou radiophoniques. Les professionnels de la santé reconnaissent cependant qu’il s’agit d’une affection rare, mais très dangereuse.

Elle touche en particulier les personnes souffrant d’une dépression particulièrement grave, comme celle causée par la perte récente d’un être cher. Dans un tel état, le corps produit des hormones dépressives qui peuvent affaiblir et même empêcher le cœur de battre. La personne meurt littéralement d’un cœur brisé, un peu comme dans une fiction.

4- Il existe également différents traitements pour les maladies du cœur

Parmi les traitements les plus simples, on trouve des médicaments comme la nitroglycérine pour les maladies coronariennes, et même l’aspirine, pour réduire le risque d’accident vasculaire cérébral. De nombreux autres médicaments existent pour les affections plus graves, comme les inhibiteurs calciques ou sodiques pour les personnes souffrant d’arythmie sévère.

Pour les cas les plus graves, les médecins ont recours à la chirurgie pour élargir les artères, voire contourner entièrement les sections obstruées, ce que l’on appelle le pontage cardiaque. D’autres interventions chirurgicales sur le cœur consistent à remplacer les valves défectueuses par des valves artificielles.

5- Les stimulateurs cardiaques peuvent aider à réguler les battements du cœur

Ces implants ne mesurent que la taille d’une voiture Matchbox, mais ils ont sauvé la vie de millions de personnes dans le monde. En fait, jusqu’à 600 000 personnes par an se voient implanter un stimulateur cardiaque. Les médecins utilisent ces machines étonnantes pour réguler les cœurs qui ne peuvent plus s’autoréguler.

Implanté juste à côté du cœur, le stimulateur cardiaque génère les impulsions électriques nécessaires pour que le cœur continue de battre correctement. Développées pour la première fois en 1926, les recherches se sont poursuivies au cours des décennies suivantes, et les stimulateurs cardiaques externes ont été mis en service en 1958. Le développement des stimulateurs cardiaques internes a débuté l’année suivante et a été mis en service dans les années 1960.

6- Les transplantations cardiaques sont des opérations risquées

À tel point que les médecins les considèrent comme le dernier recours lorsqu’il s’agit de maintenir en vie des patients souffrant de problèmes cardiaques. En effet, même avec un donneur sain et de même groupe sanguin, l’organisme du patient finit par rejeter l’organe transplanté. Cela oblige les patients à prendre des médicaments antirejets, mais ceux-ci agissent en supprimant le système immunitaire de l’organisme, ce qui les rend vulnérables aux injections.

Déjà, lors de la première transplantation, les médecins flairent les complications. Mais même à cette époque, ils n’ont pas pu empêcher leur patient, Louis Washkansky, de contracter une pneumonie et d’en mourir 18 jours après. Cela oblige les médecins comme les patients à maintenir une surveillance constante pour minimiser le risque de rejet et d’infection.

7- Certaines cuisines utilisent des cœurs d’animaux comme ingrédient

Sur le plan nutritionnel, les cœurs sont riches en protéines, tandis que leur nature d’organe musculaire permet d’obtenir une viande ferme et sèche. Cela conduit généralement à une cuisson lente pour les plats à base de cœur, qui incluent généralement d’autres organes dans la recette.

Les cœurs peuvent également être cuits par grillage, comme dans des plats tels que le churrasco de curaçao brésilien, le satay de cœur de poulet indonésien et le yakitori attojaponais.

8- Tous les animaux n’ont pas de cœur

Les vers, par exemple, n’ont pas besoin de sang, car ils absorbent directement l’oxygène dans leur corps à partir d’une série de tubes connectés. Les insectes et les mollusques n’ont pas non plus de cœur proprement dit. Mais un muscle distinct qui s’étend sur toute la longueur de leur corps.

Ce muscle maintient leur sang en mouvement vers et depuis une cavité séparée appelée l’hémocœle et une série de tubes connectés.

9- Les mammifères et les oiseaux partagent la même conception du cœur

Les oiseaux ont hérité d’un cœur à quatre chambres de leurs ancêtres dinosaures, qui ont évolué vers un cœur à quatre chambres par nécessité, étant donné leur grand corps. Les mammifères ont développé un cœur à quatre chambres de manière similaire, dans ce que les scientifiques appellent une évolution parallèle.

Les mammifères et les oiseaux ont également en commun le fait qu’ils sont les seuls vertébrés à sang chaud. Cela a conduit les scientifiques à envisager la théorie selon laquelle seuls les animaux à sang chaud ont un cœur à quatre chambres.

10- L’âge influe sur le ratio battements/minutes

Les embryons et les fœtus commencent par avoir un rythme cardiaque similaire à celui de leur mère, avant d’accélérer jusqu’à 185 battements par minute vers la septième semaine de grossesse. Vers la neuvième semaine, il ralentit, pour atteindre environ 145 battements par minute au moment de la naissance.

Il diminue encore après la naissance, jusqu’à environ 129 battements par minute, et continue à décélérer à mesure que l’enfant grandit. Chez l’adulte, il se situe généralement entre 60 et 100 battements par minute.

11- La coronaropathie résulte de l’athérosclérose

L’athérosclérose désigne l’accumulation de dépôts graisseux appelés plaques à l’intérieur des artères d’une personne. Ces plaques rendent les artères plus étroites et le sang a plus de mal à y circuler. Cela dit, le cœur et l’organisme peuvent faire face à un léger rétrécissement des artères.

Cependant, si elles deviennent trop étroites, il en résulte une DAC (décompensation cytoacidosique), avec le symptôme potentiellement fatal de la crise cardiaque.

12- Divers facteurs peuvent à l’origine d’une défaillance cardiaque

L’obésité et l’hypertension artérielle constituent les facteurs les plus courants d’insuffisance cardiaque. Ils ne sont pas directement à l’origine de l’insuffisance cardiaque, mais provoquent des affections telles que la coronaropathie, qui peuvent ensuite conduire à l’insuffisance cardiaque.

Parmi les autres affections et facteurs susceptibles d’entrainer, une insuffisance cardiaque figure le diabète, l’hypertension, l’hypercholestérolémie et même le tabagisme.

13- Diverses maladies peuvent également affecter directement les muscles du cœur

Les médecins appellent communément ces maladies des cardiomyopathies. Elles peuvent affecter les muscles du cœur de diverses manières. La cardiomyopathie hypertrophique, par exemple, provoque un épaississement anormal des muscles du cœur.

Ils réagissent alors moins bien aux impulsions électriques du cœur, ce qui affaiblit la capacité du cœur à pomper le sang. La cardiomyopathie dilatée gonfle et affaiblit anormalement le cœur, tandis que la cardiomyopathie restrictive le raidit. Ces maladies résultent le plus souvent d’une forme de maladie héréditaire.

14- Les valves du cœur peuvent également développer des maladies qui leur sont propres

Les médecins appellent collectivement ces maladies des cardiopathies valvulaires. Elles affectent les valves cardiaques de diverses manières. La valvulopathie-sténosante est une maladie qui complique le passage du sang dans le cœur.

La régurgitation valvulaire, en revanche, entraine un dysfonctionnement des valvules au point de provoquer une inversion du flux sanguin. Ces maladies ont diverses causes, résultant le plus souvent de la vieillesse, ainsi que d’autres affections comme les rhumatismes.

15- L’arythmie provoque des battements irréguliers du cœur

L’arythmie présente de nombreux symptômes, les palpitations cardiaques étant les plus courantes. Parmi les autres symptômes figurent les pertes de connaissance, les plus graves étant l’insuffisance cardiaque et même l’accident vasculaire cérébral.

16- Le péricarde peut également développer des maladies qui lui sont propres

Les médecins les appellent collectivement les maladies péricardites. Elles provoquent généralement un gonflement du péricarde. Ces maladies sont dues à des agents pathogènes comme le cytomégalovirus, le coxsackievirus et le virus d’Epstein-Barr.

Ces maladies entrainent généralement une accumulation de liquide à l’intérieur du péricarde, qui exerce ensuite une pression sur le cœur. Il en résulte une hypotension artérielle, qui peut devenir fatale.

17- Certaines personnes se retrouvent nées avec un cœur défectueux

Les médecins préfèrent toutefois utiliser le terme professionnel de « malformation cardiaque congénitale ». Parmi les malformations mineures, citons le « foramen ovale persistant », où l’orifice qui existait entre les oreillettes avant la naissance ne se ferme pas correctement.

Un exemple majeur de malformation cardiaque congénitale est le syndrome du cœur gauche hypoplasique, où le côté gauche du cœur souffre de divers états de mauvais développement. Il peut s’agir d’une oreillette ou d’un ventricule de taille insuffisante, de valves trop étroites ou simplement de l’absence totale de valves.

18- Le courant électrique du cœur suit un chemin spécifique

Le nœud sinoauriculaire (SA), situé le long de l’oreillette droite du cœur, génère les courants électriques du cœur. La façon dont le courant électrique circule dans le cœur reste un mystère pour la science médicale jusqu’à aujourd’hui. Cependant, les médecins connaissent le chemin qu’il suit.

De l’oreillette droite, l’électricité passe par le bundle de Bachmann pour atteindre l’oreillette gauche. Les deux oreillettes se contractent alors en même temps. L’électricité traverse ensuite le septum auriculo-ventriculaire. De là, elle passe par le faisceau de His (BH) et les branches de Tawara jusqu’aux ventricules. Les fibres de Purkinje dans les deux ventricules aident à distribuer le courant électrique aux muscles cardiaques de la région.

19- Le cancer du cœur est très rare

Cela s’explique par le fait que le cancer implique essentiellement une multiplication incontrôlée des cellules de l’organisme. Or, les cellules cardiaques n’ont qu’une capacité limitée à se multiplier, voire à s’autoréparer. Si cela peut poser problème en cas de blessure du cœur, cela signifie également que le cœur ne peut que rarement, voire jamais, développer son propre cancer.

20- Les médecins disposent de nombreuses méthodes pour vérifier l’état du cœur

La méthode la plus simple consiste à palper les battements du cœur à main nue ou avec un stéthoscope. La prise du pouls, que ce soit au niveau du cou ou du poignet, est également un moyen courant de vérifier l’état du cœur. Parmi les méthodes plus complexes, citons la mesure de la pression artérielle ou l’utilisation d’un électrocardiographe.

Il existe également des méthodes invasives permettant de voir le cœur, généralement à l’aide d’une petite caméra montée à l’extrémité d’un fil très fin inséré par un petit trou dans la poitrine. Il existe également des méthodes non invasives, telles que l’échographie, la tomographie par ordinateur (CT), l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie par émission de positons (TEP).

21- Certains types de maladies cardiaques ne présentent pas de symptômes

C’est notamment le cas de l’arythmie, l’organisme s’adaptant simplement à des irrégularités mineures du rythme cardiaque. Les patients peuvent mener une vie tout à fait normale, et n’ont besoin de consulter le médecin que de temps en temps pour s’assurer que leur état ne s’aggrave pas dans le temps.

22- Certaines maladies peuvent en fait rendre les maladies cardiaques plus susceptibles de se développer

La cardiomyopathie, par exemple, peut également résulter de conditions telles que l’alcoolisme ou la toxicomanie. L’angine streptococcique et l’endocardite peuvent également provoquer une cardiopathie valvulaire comme complications supplémentaires en plus de leurs autres symptômes. Outre les infections virales, la péricardite peut également résulter d’autres pathologies, comme le cancer et l’insuffisance rénale.

23- Le cœur possède un squelette qui lui est propre

Il n’est cependant pas constitué d’os ni même de cartilage. En fait, ce sont des tissus denses et fibreux qui constituent le squelette du cœur, donnant à l’organe sa forme distincte. Le squelette sert également de barrière non conductrice pour gérer les impulsions électriques du cœur.

En particulier, le riche collagène du squelette cardiaque absorbe l’électricité, l’empêchant d’aller là où elle n’est pas censée aller.

24- Deux types de cellules différentes composent les muscles du cœur

Les cellules musculaires constituent 99 % du cœur, étant donné sa fonction de pompage constant du sang vers et depuis le reste du corps. Les cellules spécialisées du stimulateur cardiaque constituent le 1 % restant et produisent les impulsions électriques qui rythment les battements du cœur. Les cellules du stimulateur cardiaque présentent en fait des similitudes avec les cellules nerveuses, étant donné leur fonction.

Les cellules musculaires du cœur ont également leurs propres spécialités par rapport au reste des muscles du corps. Plus précisément, l’autorhythmicité, c’est-à-dire la capacité d’agir à un rythme fixe, les impulsions électriques se propageant d’une cellule à l’autre.

25- Un sac spécial entoure le cœur

Les médecins l’appellent le péricarde, composé de couches internes et externes. Une membrane fibreuse constitue la couche externe résistante, tandis qu’une membrane séreuse à double couche constitue la couche interne. La membrane séreuse produit également du liquide péricardique, qui sert de lubrifiant pour le cœur.

Le péricarde a trois fonctions : premièrement, il empêche le cœur de frotter contre les organes environnants. Ensuite, il stabilise la position du cœur dans la poitrine et enfin, il protège le cœur contre les infections.

26- Le cœur a deux nerfs différents

Il y a le nerf vague, qui est directement relié au tronc cérébral, et une autre série de nerfs reliés au tronc sympathique. Ces deux nerfs ne contrôlent pas réellement le rythme cardiaque, mais l’influencent en fonction de l’état du reste du corps.

En particulier, les signaux du nerf vague agissent pour diminuer le rythme cardiaque. À l’inverse, les signaux provenant du tronc sympathique entrainent une augmentation significative de l’activité cardiaque.

27- Le cœur est le premier organe à finir sa formation

En fait, le cœur devient pleinement fonctionnel avant même que l’embryon ne devienne un fœtus. Cela peut se produire dès la troisième semaine de grossesse. Avant la naissance, les cœurs embryonnaires et fœtaux présentent un petit trou entre les atriums gauche et droit.

Cela permet au sang de contourner les poumons, car les embryons et les fœtus dépendent de leur mère pour leur oxygène. Après la naissance, le cœur referme automatiquement le trou et commence à fonctionner normalement.

28- Le débit cardiaque (DC)

En moyenne, le cœur d’un adulte humain pompe environ 5,25 litres de sang par minute. Le chiffre exact varie toutefois d’une personne à l’autre, allant de 4 à 8 litres par minute. Les médecins mesurent d’abord le CO d’une personne en obtenant le volume systolique (SV), c’est-à-dire la quantité de sang pompée par chaque ventricule. Ils le multiplient ensuite par la fréquence cardiaque, mesurée à la minute.

29- Le sang va-et-vient du cœur selon un parcours fixe

Le sang pauvre en oxygène parvient au cœur par l’intermédiaire de deux veines : la veine cave inférieure et la veine supérieure. Le sang provenant des deux veines remplit l’oreillette droite, avant d’être pompé dans le ventricule droit. De là, il est pompé dans les artères pulmonaires.

Ces derniers se chargent de le renvoyer à nouveau vers les poumons pour une oxygénation. Le sang désormais riche en oxygène retourne au cœur dans l’atrium gauche à travers les veines pulmonaires. Lorsque le cœur bat, il envoie le sang dans le ventricule gauche, d’où il est pompé par l’aorte vers le reste du corps.

30- « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point » disait Blaise Pascal

En fait, cet aphorisme du philosophe français s’inscrivait dans le cadre des débats religieux. Ainsi pour Blaise Pascal, la raison ne suffit pas pour appréhender Dieu. Une manière de dire que c’est le cœur qui pouvait sentir la présence du tout puissant (Dieu). En définitive, il relie la foi à la sensibilité qu’a le cœur en présence de l’infini. Une fois encore le cœur vient expliquer tant de choix effectuer par les humains sur le plan de la religion, de l’amour, etc. Un fait qui renforce le caractère mystérieux attribué au cœur.

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email
Commentaires
Camping

Les meilleurs campings de France

Les vacances sont une période propice à l’épanouissement, surtout pour ceux qui adorent passer du temps ensemble. À cet effet, les français sont particulièrement friands