Top 28 des pays les plus grands producteurs de déchets électroniques au monde

0
79

Les déchets électroniques sont l’une des sources de flux de déchets toxiques. Leur croissance est si rapide qu’ils nécessitent une attention particulière. Découvrez ci-dessous une liste des 28 plus grands pays producteurs de déchets électroniques, classés en kilogrammes par habitant.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un déchet électronique ?

Les déchets électroniques sont un terme qui fait référence aux équipements électriques et électroniques (ou EEE) qui sont éliminés. Cela génère des déchets qui contiennent à la fois des matières dangereuses et précieuses.

Les exemples d’EEE vont des fournitures de cuisine de base, des téléphones portables et des ordinateurs portables aux technologies commerciales telles que les générateurs, les systèmes de sécurité et diverses formes de transport.

Il y a quelques facteurs qui causent des niveaux élevés de déchets électroniques. On note entre autres :

  • L’industrialisation ;
  • L’urbanisation ;
  • Des niveaux plus élevés de revenu disponible ;
  • Des cycles de vie plus courts de l’électronique ; et
  • Le peu d’options de réparation possible.

Lorsque vous examinez ces facteurs, il est facile de voir que les pays les plus riches et les plus développés du monde sont les plus gros producteurs de déchets électroniques. Alors que de nombreux pays ont élaboré des politiques, des lois et des réglementations sur les déchets électroniques, le rythme auquel les déchets électroniques augmentent éclipse nettement la quantité qui est recyclée chaque année.

Un manque de documentation doit également être pris en compte lorsque l’on parle de recyclage des déchets électroniques.

28. Chypre, 16,8 kg

Alors que Chypre prétend être un refuge écologique sans installations industrielles dangereuses, son manque d’installations de recyclage en fait l’un des principaux producteurs de déchets électroniques au monde. Techniquement, Chypre fait partie de l’UE, ce qui signifie qu’elle doit se conformer aux lois et aux initiatives en matière de recyclage.

Ces politiques sont en place, mais le fait de trier et de collecter les EEE recyclés n’est ni rentable ni efficace à aucun maillon de la chaîne. Si Chypre espère conserver sa réputation verte, elle devra développer une meilleure façon de recycler et créer des incitations autour de cette pratique nécessaire.

27. Grèce, 16,9 kg

La Grèce est un retardataire en matière de recyclage en Europe, et plus de 80 % de tous les déchets finissent ici dans des décharges. Cependant, les déchets électroniques sont sur le radar du pays depuis un certain temps maintenant, et des initiatives sont en place pour aider à réduire cette menace environnementale.

Malheureusement, alors que le soutien aux nouveaux systèmes autour du recyclage des EEE augmente, il en coûtera cher au gouvernement pour mettre en œuvre de nouvelles pratiques et construire de nouvelles installations.

26. Bahamas, 17,2 kg

Malheureusement, les Bahamas n’ont pas d’initiative de recyclage généralisée. C’est probablement la raison pour laquelle la nation insulaire est l’un des plus grands producteurs de déchets électroniques au monde.

Le manque de soutien et le peu d’options pour une élimination responsable font qu’il est difficile pour les consommateurs de faire ce qu’il faut. Même avec de nouvelles initiatives ciblant les déchets électroniques, les Bahamas devront se concentrer sur le changement de l’éthique autour du recyclage en général s’ils espèrent réduire leur production de déchets électroniques.

25. Italie, 17,5 kg

Au cours de la dernière décennie, l’Italie a parcouru un long chemin en matière de recyclage. Le pays oscille désormais autour d’un taux de recyclage de 50 %, contre environ 30 % en 2010.

Cela est probablement dû aux amendes pour non-respect des lois sur le recyclage et des règles strictes qui varient selon la communauté, mais sont faciles à suivre.

Même avec cette amélioration, la quantité de déchets électroniques produits chaque année a augmenté. Alors que les consommateurs peuvent organiser la collecte des EEE ou assister à des événements qui collectent des appareils électroniques indésirables, le taux de consommation d’électronique a augmenté à un rythme si élevé que les pratiques de recyclage n’ont pas encore rattrapé leur retard.

24. Arabie saoudite, 17,6 kg

De tous les États arabes, l’Arabie saoudite est le plus grand producteur de déchets électroniques. Le système général de recyclage en Arabie saoudite est catastrophique, avec environ 95 % de tous les déchets qui finissent dans des décharges.

Le Saudi Arabia Recycling and Waste Management (ou SIRC) vise à réduire ce taux et à augmenter le recyclage dans tout le pays en construisant de nouvelles installations pour gérer les déchets. Cela inclut la gestion des déchets électroniques. Bien qu’il existe quelques installations de déchets électroniques dans le pays, il n’existe aucun moyen généralisé d’éliminer les EEE de manière responsable.

23. Macao, 18,1 kg

Macao est un petit groupe d’îles au large de la côte sud de la Chine. C’est une région administrative spéciale et, par conséquent, elle n’est pas considérée comme faisant partie de la Chine continentale.

Macao a mis en place un système de recyclage assez complet depuis 1999, mais l’enthousiasme croissant a conduit à de meilleures habitudes ces dernières années.

Malgré tout, ce petit pays reste l’un des plus grands producteurs de déchets électroniques au monde, avec 18,1 kg de déchets électroniques par habitant en 2021. Le groupe d’îles compte plusieurs points de collecte publics dans tous les districts autour de Macao, mais le pays devra sensibiliser et mettre à niveau ses systèmes s’il espère produire moins de déchets électroniques à l’avenir.

22. Irlande, 18,7 kg

L’Irlande dispose d’un système de recyclage assez complet. Les installations ont des options pour trier différents types de verre, papier, plastique, etc. L’Irlande a même dépassé tous les objectifs mis en place par l’UE pour le recyclage en 2021.

Cela étant dit, le pays est toujours l’un des principaux producteurs de déchets électroniques, avec un total de 18,7 kg par habitant en 2021. Les consommateurs sont responsables de déposer les EEE dans les centres de recyclage locaux, et bien que les options soient là, il n’est pas aussi pratique que le tri des déchets sur place.

Ceci, combiné à des niveaux de consommation élevés, est probablement ce qui entraîne une quantité importante de déchets électroniques en Irlande.

21. Autriche, 18,8 kg

L’Autriche obtient les meilleures notes en matière de recyclage. Il existe plusieurs poubelles pour trier vos déchets, y compris les déchets organiques, le papier, le plastique, le verre et les matières dangereuses comme les piles.

Cependant, il n’y a pas de poubelle pour les EEE, ce qui pourrait expliquer en partie pourquoi l’Autriche est l’un des plus grands producteurs de déchets électroniques au monde. Pour recycler les EEE en Autriche, les consommateurs doivent apporter leurs biens non désirés à un point de collecte. La bonne nouvelle est qu’il y en a plus de 2 000 dans tout le pays.

L’Autriche a également mis en place des plans pour commencer à subventionner les réparations sur l’électronique dans l’espoir de créer moins de déchets en premier lieu. À partir de cette année (2022), chaque foyer recevra une subvention de 50 % pour le coût de la réparation d’un appareil électrique (jusqu’à 100 euros).

20. Espagne, 19,0 kg

L’Espagne est un autre grand producteur de déchets électroniques, avec 19 kg de déchets électroniques par habitant enregistrés en 2021. L’Espagne est en retard sur la moyenne européenne en matière de recyclage général, avec plus de 56 % de tous les déchets mis en décharge.

Cette statistique s’applique aux déchets électroniques, et même si le pays a mis en place des lois sur le recyclage des EEE, on estime qu’un mur de 4 mètres de haut entre Madrid et Barcelone (504 kilomètres) pourrait être construit avec tous les déchets électroniques produits chaque année.

19. Nouvelle-Zélande, 19,2 kg

La Nouvelle-Zélande est le 20e plus grand producteur de déchets électroniques au monde, avec 19,2 kg de déchets électroniques par habitant en 20219. Alors que la plupart des Néo-Zélandais ont accès à des installations de recyclage générales, seulement environ la moitié des consommateurs utilisent ces installations.

En ce qui concerne les déchets électroniques, les statistiques sont encore pires. De tous les déchets électroniques générés, seuls 2 % environ sont correctement recyclés, tandis que le reste finit dans des décharges.

Cela est probablement dû au fait qu’il n’y a pas de politique de recyclage obligatoire pour les EEE. Sans surprise, les déchets électroniques sont la cause de déchets toxiques qui connaît la croissance la plus rapide en Nouvelle-Zélande. Alors que le pays a organisé des événements pour sensibiliser le public et que certaines organisations à but non lucratif proposent de recycler les EEE, la Nouvelle-Zélande devra élaborer des plans d’action plus étendus autour des déchets électroniques si elle espère lutter contre ce problème croissant.

18. Aruba, 19,3 kg

L’île d’Aruba est un haut lieu touristique situé au large du Venezuela. Bien que cette petite nation insulaire propose le recyclage, il n’est pas très répandu et il n’est pas obligatoire pour les consommateurs de trier leurs déchets.

Ceci, combiné à un flux important de touristes, signifie qu’Aruba est la proie de beaucoup de déchets sans moyen pratique de s’en débarrasser.

Sans politique nationale de recyclage, il n’y a pas de plan généralisé pour les déchets électroniques sur l’île. C’est la principale cause de déchets électroniques à Aruba, ainsi qu’un manque d’éthique autour du recyclage en général.

17. Allemagne, 19,4 kg

L’Allemagne est le 18e plus grand producteur de déchets électroniques au monde. Comme tant d’autres pays européens, l’Allemagne dispose d’un excellent système de recyclage général, avec des poubelles de différentes couleurs pour trier des objets comme le papier, le plastique, le verre, etc.

Cependant, en ce qui concerne les EEE, il n’y a pas de poubelle pratique pour jeter les objets indésirables. Au lieu de cela, les consommateurs sont responsables de prendre soin de leurs déchets électroniques.

Bien que ce soit moins pratique que de le jeter dans la poubelle de la bonne couleur, les consommateurs peuvent faire venir les fabricants pour collecter les déchets électroniques.

Bien que l’Allemagne soit l’un des principaux producteurs de déchets électroniques, ses chiffres sont restés relativement stables au cours de la dernière décennie. C’est en fait assez impressionnant si l’on considère à quel point notre soif d’électronique a augmenté au cours de cette période.

Avec plus d’EEE en circulation, l’Allemagne a suivi des pratiques de recyclage responsables.

16. Brunéi Darussalam, 19,7 kg

Souvent appelé Brunei, Brunéi Darussalam est une petite nation située dans la mer de Chine méridionale. Ce petit pays est le 17e plus grand producteur de déchets électroniques au monde, avec 19,7 kg de déchets électroniques par habitant signalés en 2021.

Le recyclage n’est pas facile au Brunei. Premièrement, les consommateurs doivent nettoyer leurs matières recyclables et les apporter à un endroit désigné. Ils doivent également ouvrir un compte avant de pouvoir déposer leurs déchets.

Cela explique pourquoi le pays a des taux de recyclage si bas, et cela devient encore plus compliqué lorsque vous essayez de comprendre comment recycler les EEE. En raison de sa petite taille, le pays n’a pas d’installations destinées au recyclage des déchets électroniques.

Cela signifie que les consommateurs sont responsables de l’élimination appropriée de tout EEE, ce qui implique de trouver une entreprise privée pour collecter les déchets électroniques. Ces entreprises expédient ensuite les déchets électroniques à l’étranger pour une élimination appropriée.

15. Singapour, 19,9 kg

Singapour est l’un des pays asiatiques les plus avancés technologiquement. Cela ajouté aux revenus disponibles élevés, en font l’un des plus grands producteurs de déchets électroniques au monde.

Bien que des options de recyclage existent à Singapour et soient disponibles dans tout le pays depuis 2011, la philosophie du recyclage fait toujours défaut.

Comme il n’y a pas de méthode de tri, de nombreux consommateurs mettent simplement tout ce qu’ils pensent être recyclables dans un seul bac bleu. On estime que jusqu’à 40 % des produits recyclés ne devraient pas l’être à Singapour.

En ce qui concerne les déchets électroniques, les consommateurs sont responsables du recyclage des EEE eux-mêmes en déposant les appareils électroniques indésirables dans des centres de recyclage désignés. Bien que l’option soit là, Singapour souffre des mêmes problèmes que d’autres pays développés, des taux de consommation élevés des EEE, qui à leur tour créent des quantités massives de déchets électroniques.

14. Suède, 20,1 kg

Avec un taux de recyclage de 99 %, la Suède est l’un des meilleurs pays au monde en matière de recyclage général. En fait, ils sont si doués qu’ils importent des déchets d’autres pays pour maintenir leurs incinérateurs en activité.

Cependant, le Suédois moyen génère environ 20,1 kg de déchets électroniques chaque année. Cela est principalement dû à des revenus importants et à des taux de consommation élevés de produits électriques.

La Suède vise à produire zéro déchet de toute nature à l’avenir. En ce qui concerne les déchets électroniques, le pays accorde une grande part de responsabilité aux producteurs et aux fabricants pour éliminer les déchets en toute sécurité.

Mais ces dernières années, le pays a également intensifié ses programmes de sensibilisation pour aider les consommateurs à passer d’un état d’esprit de recyclage à un autre visant à réutiliser et à réparer les EEE.

13. Canada, 20,2 kg

Le Canada est un autre des principaux producteurs de déchets électroniques au monde, avec 20,2 kg de déchets électroniques par habitant en 2019. Bien que les déchets électroniques soient reconnus comme un problème depuis près de deux décennies, le Canada ne dispose pas d’un moyen généralisé de recycler les EEE.

Tout comme les États-Unis, le Canada laisse aux gouvernements locaux le soin de réglementer les déchets et le recyclage. Ainsi, lorsque vous regardez le taux de recyclage du plastique du pays, il n’est pas surprenant qu’autant de déchets électroniques soient générés.

Environ 9 % seulement de tout le plastique au Canada sont recyclés, tandis que les 91 % restants finissent à la décharge ou sont jetés comme déchets.

Une mauvaise politique en matière de recyclage en général et une augmentation des achats de biens électroniques par les consommateurs ne feront qu’augmenter la quantité de déchets électroniques produits chaque année.

12. Japon, 20,4 kg

Le Japon a enregistré la même quantité de déchets électroniques que la Belgique en 2021, soit environ 20,4 kg par habitant. Bien que le pays ait mis en place des politiques concernant les déchets électroniques depuis 2001, des centaines de milliers de tonnes de déchets électroniques sont toujours jetées chaque année. Bien qu’il existe des tonnes de bacs de tri publics pour les articles ordinaires, le Japon ne dispose pas des systèmes de recyclage des EEE nécessaires pour réduire les déchets électroniques.

Le Japon est un pays très développé, et avec de nouvelles inventions qui arrivent sur le marché chaque année, il est inévitable que les EEE inutilisés s’empilent rapidement. La politique de recyclage des EEE du pays pourrait également nécessiter quelques ajustements.

11. Belgique, 20,4 kg

Bien que la Belgique ait l’un des meilleurs taux de recyclage de toute l’Europe (près des 3/4 de tous les déchets sont réutilisés, recyclés ou compostés), la Belgique est l’un des plus grands producteurs de déchets électroniques au monde. Le recyclage général est facilité en Belgique grâce à son système de tri complet, mais le pays doit encore développer une stratégie similaire pour les déchets électroniques.

Un système appelé Recupel prend le relais en proposant des services de remise à neuf et de revente d’appareils électroniques et autres EEE usagés. Le problème avec Recupel, c’est qu’il n’y a pas d’incitatif, et selon ce que vous recyclez, vous devrez déposer vos EEE dans différents points de collecte.

10. États-Unis d’Amérique, 21,0 kg

Tout comme la France et la Finlande, les États-Unis ont déclaré 21 kg de déchets électroniques par habitant en 2021. Malheureusement, les États-Unis sont loin derrière l’Europe en matière de recyclage en général, et aucune loi nationale n’impose le recyclage de quelque nature que ce soit.

Cela étant dit, fin 2021, l’EPA a publié des plans pour adopter une stratégie nationale de recyclage pour la première fois dans l’histoire de l’agence. Cependant, même avec des plans en place, les États-Unis ont encore un long chemin à parcourir en matière de recyclage, en particulier de recyclage des EEE.

Aux États-Unis, environ 70 % des toxines des décharges proviennent des déchets électroniques. Alors que certains États ont mis en place des interdictions sur les déchets électroniques dans les décharges, il n’y a pas de politique nationale et de nombreux consommateurs ne savent rien sur le recyclage des EEE.

Alors que l’EPA travaille à la mise en œuvre de ses plans nationaux de recyclage, elle devra se concentrer fortement sur les déchets électroniques et éduquer les consommateurs sur comment et où recycler les EEE.

9. France, 21,0 kg

La France a également signalé 21 kg de déchets électroniques par habitant en 2019. Cependant, contrairement à de nombreux autres pays figurant sur notre liste des plus grands producteurs de déchets électroniques au monde, la France a mis en place une nouvelle législation et politique concernant les EEE.

Début 2020, le pays a introduit un « indice de réparabilité » qui oblige les fabricants d’appareils électroniques à divulguer le degré de réparabilité réel de leurs produits sur une échelle de 1 à 10. La France est le premier pays d’Europe à mettre en place un indice juridiquement contraignant de cette sorte.

L’indice de réparabilité espère contribuer à créer une économie circulaire et à réduire la quantité de déchets électroniques à l’échelle nationale. Le gouvernement prévoit également d’introduire des amendes pour faire appliquer l’indice dans un proche avenir.

En outre, la France prévoit également de créer un indice de durabilité pour remplacer l’indice de réparabilité d’ici 2024. Cela donnerait aux consommateurs une estimation de la durée de vie de leurs produits électroniques, obligeant les fabricants à produire des articles de haute qualité qui durent plus longtemps.

8. Finlande, 21,0 kg

La Finlande est à égalité avec la France et les États-Unis en ce qui concerne la production des EEE. Ces trois pays totalisent 21 kg de déchets électroniques par habitant.

Le système de recyclage de la Finlande est extrêmement bien développé, surtout par rapport au reste du monde. Pas moins de 93 % du papier est recyclé, et le taux est d’environ 96 % pour les canettes en aluminium. La Finlande a également un système de consigne similaire à l’Islande pour les contenants de boissons jetables.

Cependant, en ce qui concerne les déchets électroniques, les chiffres ne sont pas si élevés. Bien que les perceptions concernant le recyclage des EEE soient positives, de nombreux consommateurs déclarent ne pas savoir comment le faire ou ne pas avoir le temps.

Plus de 50 % des Finlandais déclarent avoir des déchets électroniques à la maison. Jusqu’à ce que la Finlande propose un plan plus pratique et accessible pour le recyclage des EEE, la quantité de déchets électroniques continuera probablement d’augmenter.

7. Islande, 21,4 kg

Le septième producteur mondial de déchets électroniques est l’Islande, avec 21,4 kg de déchets électroniques par habitant. Bien que l’Islande ait mis en place d’excellentes politiques pour le recyclage en général, la quantité de déchets électroniques produits montre qu’elle a besoin d’une politique et d’une législation actualisées concernant les EEE.

L’un des principaux problèmes auxquels l’Islande est confrontée est qu’il y a relativement peu de zones métropolitaines et que les régions rurales sont dispersées. Ceux qui vivent loin des centres-ville sont beaucoup moins susceptibles de conserver leurs EEE et de parcourir de longues distances pour s’assurer que leurs déchets sont éliminés correctement.

L’Islande a été le premier pays au monde à encourager à l’échelle nationale le recyclage des contenants jetables en facturant une somme modique et en remboursant les clients lorsqu’ils retournent le contenant aux sites désignés. C’est désormais une pratique courante dans de nombreux pays nordiques et dans d’autres régions d’Europe.

Si l’Islande pouvait proposer un système similaire pour les EEE, le pays serait en bonne voie de réduire les déchets électroniques.

6. Pays-Bas, 21,6 kg

Alors que de nombreux Néerlandais recyclent, la production de déchets électroniques aux Pays-Bas est la sixième plus élevée au monde. Le fait de trier le papier, les bouteilles en plastique, le compost et le verre est bien ancré dans la société néerlandaise.

Cela dit, des taux de consommation élevés entraînent des niveaux élevés de déchets, même lorsque les taux de recyclage sont élevés. Même avec un taux de recyclage estimé à 88 % pour les EEE, les Pays-Bas produisent certains des déchets électroniques les plus importants au monde.

Certains défenseurs pensent que de meilleures incitations et une meilleure législation autour des économies circulaires aideront le taux de production de déchets électroniques des Pays-Bas. En fait, le monde entier peut bénéficier d’un bon exemple de politiques qui tiennent les fabricants et les détaillants responsables des déchets électroniques en plus du consommateur.

5. Australie, 21,7 kg

L’Australie est le cinquième producteur mondial de déchets électroniques, avec 21,7 kg de déchets par habitant. L’Australie a mis en place un programme national de recyclage des déchets électroniques en 2011, mais des millions d’appareils sont toujours jetés chaque année.

En fait, les déchets électroniques sont la section du flux de déchets solides du pays qui connaît la croissance la plus rapide. On estime que seulement 22 % environ des EEE sont recyclés chaque année, et que le reste de ces articles finit dans une décharge.

L’Australie a des plans ambitieux en matière de recyclage. Ils ont fixé des objectifs de recyclage général, notamment 70 % des déchets plastiques à recycler d’ici 2025 et l’élimination complète du plastique à usage unique.

Malheureusement, les statistiques réalistes prévoient que seulement 36 % environ de tous les plastiques seront effectivement recyclés à ce moment-là. Bien que les plans ambitieux de l’Australie soient remarquables, les déchets électroniques continueront d’être un problème jusqu’à ce qu’ils puissent atteindre leurs objectifs.

4. Danemark, 22,4 kg

Comme la plupart des pays européens, le Danemark a mis en place des politiques concernant le recyclage des EEE. Cependant, ils se classent toujours au quatrième rang dans les plus grands pays producteurs de déchets électroniques au monde.

Ainsi, si ce pays nordique est à l’avant-garde en matière de réacheminement des déchets des décharges par incinération avec récupération d’énergie, il est également à l’avant-garde des déchets électroniques.

En 1978, le Danemark a mis en place les premières lois mondiales sur le recyclage. L’objectif était de recycler au moins 50 % du papier et des emballages de boissons. Aujourd’hui, ils sont l’un des premiers pays en termes de recyclage des bouteilles en plastique, avec 92 % de toutes les bouteilles et canettes recyclées. Les initiatives de recyclage électronique se sont révélées prometteuses pendant un certain temps, et de 2009 à 2011, le recyclage des déchets électroniques du comté a culminé à environ 50 %.

Malheureusement, le taux a baissé depuis, et en 2017, le taux était tombé à environ 38 %.

3. Suisse, 23,4 kg

La Suisse complète les trois premiers producteurs de déchets électroniques dans le monde, avec environ 23,4 kg de déchets électroniques par habitant. Cette statistique peut surprendre en raison du programme de recyclage complet de la Suisse, qui est souvent considéré comme l’un des plus complets au monde.

Environ 50 % des déchets nationaux du pays sont recyclés et les 50 % restants sont incinérés et utilisés pour l’énergie. La Suisse s’est dotée d’une législation sur le recyclage des EEE depuis 1998, obligeant les consommateurs à retourner les produits électroniques en fin de vie d’où ils viennent.

À l’opposé, les détaillants, les fabricants et les importateurs sont tenus de reprendre gratuitement les EEE et de les éliminer de manière responsable. Bien que des politiques soient en place, convaincre les gens de les suivre est un autre obstacle.

2. Royaume-Uni, 23,9 kg

Le Royaume-Uni est l’un des principaux contributeurs de déchets électroniques, avec près de 24 kg de déchets par habitant. Le Royaume-Uni a mis en place une politique concernant les déchets électroniques, mais, tout comme la Norvège, la quantité de consommation d’EEE est bien supérieure au taux auquel ils sont recyclés.

Le taux de pourcentage de recyclage régulier peut également expliquer pourquoi tant de déchets électroniques sont produits au Royaume-Uni. Le taux de recyclage des bouteilles en plastique en Norvège est impressionnant de 97 %, tandis que le taux du Royaume-Uni pour les bouteilles en plastique atteint tout juste 60 %.

Le taux de recyclage général était encore pire à 44 %, n’atteignant pas l’objectif national de 50 %. L’approche globale de recyclage du Royaume-Uni pourrait bénéficier d’une refonte, en plus de la législation relative aux déchets électroniques.

Malheureusement, maintenant que le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Union européenne, certains craignent que l’incitation à recycler et à atteindre l’objectif de l’UE d’un taux de recyclage de 90 % d’ici 2029 ne soit plus d’actualité.

1. Norvège, 26,0 kg

La Norvège arrive au premier rang sur la liste des plus grands pays producteurs de déchets électroniques au monde avec 26 kg par habitant. Alors que la Norvège est connue pour avoir un système bien huilé pour la gestion des déchets généraux et le recyclage, le rythme auquel les Norvégiens consomment et remplacent l’électronique les place au sommet en matière d’e -déchets.

Même si le taux de recyclage des EEE a oscillé juste en dessous de 50 % au cours de la dernière décennie, le nombre d’appareils électroniques utilisés puis jetés a augmenté de façon exponentielle en Norvège. Bien qu’il existe une politique et une législation nationale en place, si la Norvège espère conserver sa réputation comme l’un des meilleurs recycleurs au monde, elle devra proposer un meilleur plan pour les déchets électroniques dans un proche avenir.