Top 15 plus beaux icebergs du monde

0
142

Les paysages glacials créent une rupture avec l’atmosphère des plages chaudes et de la verdure sauvage. Les icebergs sont les éléments du décor qui captivent le plus. Ils proviennent de la dislocation de grands glaciers. Avec l’hospitalité du lieu, les animaux y trouvent leur place. C’est quasiment un monde à part entière avec tout un écosystème. Cet article liste les quinze plus beaux icebergs du monde.

15. Les icebergs de Glacier Bay en Alaska

Les États-Unis conservent une partie des glaciers du monde en Alaska. Ces gigantesques blocs de glace se fragmentent en icebergs de tailles variables. Sur tout l’Inside Passage, ils s’exposent à la vue des visiteurs qui s’y aventurent. Le Glacier Bay National Park and Preserve est la première escale pour vivre ces moments magiques. Par la chaleur, l’un des 16 glaciers de la baie cède des icebergs mesurant jusqu’à 60 m.

Cette fragmentation est très spectaculaire avec son bruit saisissant. L’expérience est davantage sensationnelle en arrivant à la Yakutat Bay où se situe le gigantesque Hubbard Glacier. Cette énorme structure de glace bleue translucide donne l’impression de s’être enfoncé dans un monde de géants. Lorsqu’elle largue un iceberg dans l’eau et qui s’échappe près du bateau, l’émotion atteint son comble dans cet espace.

14. Les icebergs du fjord d’Ilulissat

L’UNESCO a depuis 2004 inséré le fjord de la ville dans le patrimoine mondial. Triste que la fonte accélérée des glaciers tende à faire disparaître les glaciers du coin. La baie de Disko à travers son nom dessine le décor auquel s’attendre à Ilulissat. L’expression locale signifie « capitale des icebergs ». Et en arrivant au fjord, les icebergs sculptés à la guise de la chaleur flottent en douceur.

Le spectacle se garde tellement captif que la température relativement basse se sent à peine. Les formes des morceaux de glaciers jouent avec l’imagination en imitant innocemment la nature. En fait, elles reproduisent parfois partiellement des animaux ou alors des objets. Ces œuvres sculptées par la nature plongent dans un rêve avec leurs couleurs pastel. C’est une partie du Groenland assez photogénique.

13. Les icebergs du fjord de Nuuk

Le Groenland est par excellence le territoire des Icebergs. En dehors du fjord d’Ilulissat, il en abrite un autre à Nuuk. La tranquillité déconcertante du lieu donne l’impression que rien ne vit. La surface de l’eau bleue n’est pas troublée par la moindre vague. Les icebergs géants flottent eux aussi avec une lenteur qui les fait passer pour immobiles. Leur blanc perce le bleu uniforme des eaux.

En voguant sur leur surface, la disposition des blocs arrache toute l’attention possible. Aucune pensée n’arrive à rompre la concentration et la consternation devant ces colosses marins. Quand bien même la fraicheur s’en prend violemment au visage, impossible de se priver de la vue. Les expressions ne suffisent qu’à exprimer partiellement les émotions de l’excursion.

12.Les icebergs des glaciers de Jökulsárlón

Le lot de glaciers islandais comporte un en particulier qui libère beaucoup d’icebergs. Le Vatnajökull est cette énorme structure gelée qui recouvre carrément la moitié du pays. C’est en explorant la lagune de Jökulsárlón que les icebergs du géant se livrent dans leur dance lente et silencieuse. La satisfaction vis-à-vis aide à oublier momentanément le thermomètre.

Dans ce froid extrême, le mythe du Grand Nord s’effrite et la réalité est juste là. Si le glacier paraît loin depuis le bateau, à pied le contact est plus poignant. À chaque iceberg qu’il relâche, le bruit est plus vif et ressemble à un grondement divin. Leur promenade majestueuse dans l’eau colorée par un semblant de noir est agréable à voir. Au fond de la lagune, c’est la noyade assurée dans un décor de glacier digne d’un film.

11.Les icebergs du glacier Sólheimajökull en Islande

À tous les coups, la vue de ce glacier crée le choc. Il est la preuve qu’aucune règle ne dicte la couleur des glaciers. Le Sólheimajökull n’est donc ni blanc, ni bleu, mais noir et pas qu’un peu. Cette coloration est le résultat de la cendre volcanique accumulée dans ce bloc. Avec la transparence de la glace, l’endroit crée un contraste qui ne s’explique qu’en images.

Autant garder un appareil photo pour prendre quelques clichés. Le champ d’icebergs flottants issu du glacier fusionne bien la couleur du glacier et leurs formes atypiques. Selon l’heure de la découverte de ces structures, la lumière naturelle les façonne aussi. C’est un endroit qui mobilise les sens pour imprimer dans la tête chaque détail du paysage.

10.Les icebergs du Svalbard en Arctique

La destination éveille des sensations indescriptibles. En arrivant sur le vaste champ de glaciers du Svalbard, laisse sans voix. Pierres et glaces s’emmêlent sur toute la zone et pourtant, elle n’est pas déserte. Sur ces collines rocheuses flottantes tantôt grise, brunes ou ocre, quelques habitants mènent une vie paisible. Les phoques et les fulmars sont parmi cette population du Svalbard.

Les uns sachant nager, ils s’amusent sur les icebergs, plongent et ressortent quand les autres se promènent dans les airs. La rencontre laisse imaginer une toile si belle que le moment parait irréel. Pour le rendre complet, les Ours polaires entrent eux aussi en scène dans le spectacle. Leur démarche majestueuse confirme qu’ils sont les rois de la banquise. Entre ces icebergs, le froid est le dernier détail auquel porter son attention.

9. Les icebergs de la Terre de Feu près du Chili

« Tierra del Fuego » signifiant « Terre de Feu » est le nom donné à cette région par ses premiers explorateurs. Pourtant, le froid de cet archipel encadré par le Chili et l’Argentine est capable de glacer le sang. Protégé, il est quasiment vierge et livre un patrimoine assez unique avec sa flore endémique. Cette dernière cohabite avec une petite faune regroupant des albatros et des condors.

Les quelques pingouins et lions de mer qui s’y ajoutent sont plus beaux sur les blocs de glace flottants. Dans la mer qui scintille parfois de sa couleur émeraude, les icebergs se dressent, si étranges les uns que les autres. Quand le ciel s’assombrit, les clichés donnent l’impression que les photos sont en blanc et noir. Inversement, lorsque les rayons solaires traversent l’un d’eux, le résultat est magique.

8. Les icebergs du Perito moreno en Argentine

Les interstices, le bleu nuancé et le relief du glacier argentin composent un tableau de couleur captivant. Depuis la passerelle aménagée pour se rapprocher du Perito moreno, l’observation démarre et honore ses promesses. Pour ne pas manquer la naissance d’un iceberg, il suffit de garder l’œil sur le glacier. Le bruit lourd de l’écroulement du morceau de glace rend la scène impressionnante. Elle expose la force phénoménale de la nature.

C’est en croisière qu’il est facile d’approcher ces petits blocs gelés. Leur fonte constante modifie incessamment leur forme. C’est dire que ces icebergs donnent un spectacle unique à chaque instant avant de fondre complètement. Autant donc scruter tous les détails de ces structures éphémères et les immortaliser en souvenirs et en images.

7. Les icebergs de la mer de Scotia

Le nom de cette portion de l’océan australe est celui du navire de l’expédition l’ayant découvert. La mer de Scotia recouvre 90 000 km2 sur lesquels sont éparpillés des îles rocheuses colonisées par la glace. La région est encadrée par la Terre de Feu, les îles Sandwich du Sud, le passage de Drake et les îles Orcades. Malgré l’hostilité glaciale du coin, quelques plantes se sont installées.

Pendant la croisière, ils contrastent avec les icebergs. Des albatros dont celui à manteau clair et celui à tête grise survolent ces structures. Ces dernières portent les pingouins et le phoque qui sont spécialistes de la nage. Le tableau est complet avec les grands éléphants de mer. Imperturbables, ils restent dans leur besogne sur ces blocs gelés qui glissent sur la surface de l’eau.

6. Les icebergs de l’île Penguin en Antarctique

Pas une seule trace de végétation n’est perceptible dans la région. Les glaciers dominent ce paysage à l’entrée de l’antarctique. C’est à se demander comment l’équipe de l’explorateur Shackleton partie en expédition entre 1921 et 1922 a survécu. Avec les phoques et les manchots comme nourriture, l’exploit reste incroyable. Mais l’équipage aura surtout profité d’une belle nature à la fois rebelle.

Le climat tolère l’apparition du soleil dont les éléphants de mer guettent les rayons. Tantôt sur les icebergs ou sur la banquise, ils se prélassent paisiblement. La mer calme permet de scruter les blocs de glace flottants. Certains prennent des formes assez étranges. Lorsque la période est bien choisie, il est possible d’assister à la danse prénuptiale des manchots. Dans cet espace plein d’icebergs flottants, ce petit manège brise un peu l’inertie.

5. Les icebergs de l’île Pleneau en Antarctique

En s’approchant du passage au bout duquel contempler les icebergs, il arrive de voir quelques orques. Ces géants des mers pointent leur nageoire hors de l’eau tout comme pour souhaiter la bienvenue. Cet avant-goût cache un spectacle encore plus grand et beaucoup plus beau. Le sillon Lemaire est large d’environ 900 mètres. Mais les montagnes de glace qui l’entourent mesurent jusqu’à 1000 mètres.

Quand le soleil est bas, la lumière devient rasante. Pendant que la croisière se poursuit, la mer reflète l’environnement glacial. Les icebergs en face sont si nombreux que l’embarcation en repousse quelques-uns afin d’avancer. Le moment renferme d’une grande féérie. Certains Icebergs sont si près qu’il suffit d’étendre le bras pour les toucher du doigt. D’autres dans leur fonte créent des arches en dessous desquelles passer.

4. Les icebergs du Cap York au Groenland

La région n’est pas à confondre avec sa cousine du même nom près de l’Australie. Dans la portion nord de la baie de Baffin, le Cap York groenlandais rassemble quelques îles froides. La plus fameuse est sans réflexion celle aux météorites. Ce sont ces pierres venues d’ailleurs qui en font tout le spécial. Les premières expéditions menées par l’amiral Robert Peary portaient plus d’intérêt à ces cailloux qu’au beau paysage.

Mais l’infinité d’icebergs du Cap est captivante à la fois par leur nombre et leur configuration. De toutes les formes imaginables et plus encore, ils continuent leur dérive jusqu’à la fonte complète. Dans cette course vers la fin, ils livrent une danse majestueuse qui suscite l’admiration. Les jeux de lumière du soleil qui s’invitent créent des nuances de couleurs entre le bleu des blocs, celui de la mer et le blanc de la neige.

3. Les icebergs entre la Tasmanie et la Terre Adélie

Presque tout l’Antarctique est fait de glaciers qui se brisent en icebergs. Cela dit, ils sont éparpillés entre les îles et les archipels. Même les passages pour rallier ces points sont occupés par ces structures de glace. Entre la Tasmanie et la Terre Adélie, les icebergs sont innombrables. Le jeu entre leurs couleurs les rend davantage admirables.

Le soleil joue beaucoup sur l’éclat et les tons pour façonner involontairement ces structures. Mais selon les phénomènes chimiques surtout avec l’activité volcanique de certains niveaux quelques exceptions se créent. Les icebergs noirs ou encore jaunes flottants s’exposent dans leur dérive. Tout comme les visiteurs qui les observent, ils voyagent aussi. Certains blocs flottent des îles voisines pour rejoindre les passages.

2. Les icebergs à grottes en Terre Adélie

Les diverses formes probables des icebergs sont toujours assez aléatoires. En revanche, ces morceaux de glacier flottants possèdent pour certains des grottes. En Terre Adélie, ce genre d’icebergs ne se croise pas à chaque mètre. C’est une chance d’en découvrir et un risque d’en explorer. C’est ce qui donne du sensationnel au moment de la découverte.

Mais dans cette exploration qui appelle à la prudence, la beauté des parois est incomparable. Dans la fonte, elles ont différents aspects et deviennent fluorescentes avec la lumière du soleil. Même avec la neige dans les airs, les rayons créent un spectacle de couleurs vraiment beau. L’exploration prend la tournure d’un séjour dans le merveilleux dont il est difficile de sortir. Ces cavités sont de loin les meilleures surprises des paysages de glace.

1. Les icebergs de Dumont d’Urville en Terre Adélie

Les icebergs sont blancs ou bleus par défaut. Cependant en Terre Adélie, certains sont de couleur marron. Près de la station Dumont d’Urville, un phénomène étonnant amène à la formation de ces blocs stupéfiants. En fait, le givre piège des roches dans les blocs en raison du froid. Elles transmettent de ce fait leur couleur marbrée aux icebergs. Et avec le soleil qui s’ajoute au décor, la vue est inédite. C’est un phénomène assez étrange qui s’explique par plusieurs thèses. Le contact entre les grands icebergs et le continent est l’une des pistes envisagées. Quoi qu’il en soit, la nature glaciale de la région se présente sous un autre angle. Braver les températures hivernales extrêmes pour s’y aventurer ne sera pas décevant.

Nous voici au terme de notre sélection des plus beaux icebergs du monde. Lequel d’entre eux vous émerveille le plus?