Top 15 des plus anciens instruments de musique électronique

0
36

Les instruments de musique électronique sont ceux qui utilisent un ou plusieurs circuits électroniques pour produire des sons. Cependant, il existe une variété d’instruments de musique électronique dont les récents et ceux ayant une existence ancienne. Découvrez dans cet article, le top 15 des plus anciens instruments de musique électronique. L’année de fabrication des instruments a servi de critère d’appréciation.

15. L’otomatone, 2000

L’otomatone est un instrument de musique électronique conçu par la société Cube Works avec Maywa denki. C’est d’ailleurs ce groupe d’artistes composé des frères Masamichi et Nobumichi Tosa qui lui donna ce nom. Cet instrument a un corps en forme de croche, avec sur la tête de note, son émergeant de bouche. Pour le jouer, le musicien doit se servir de ses deux mains. L’une doit tenir et serrer la tête et l’autre doit contrôler la hauteur en glissant le doigt sur une barre posée sur la hampe. Il faut dire que certains boutons posés à l’arrière de la tête de l’instrument assurent diverses fonctions. Ils permettent par exemple de changer la hauteur des notes, d’éteindre ou de mettre en marche l’instrument.

14. Le continuum, 1990-2000

Le continuum est un instrument de musique électronique dont le son est assimilable à celui de la flûte. Il est créé par Lippold Haken et commercialisé par Haken Audio. Cet instrument dispose d’une seule surface plane et emballée par un tissu. C’est sur ce tissu que l’on joue le continuum avec les doigts rampants, dans un style comparable à celui de la guitare. Cependant, c’est un instrument capable de transmettre, en tant que valeurs MIDI, deux divers paramètres pouvant contenir le bruit. Ces deux paramètres sont : la force que l’on exerce avec le doigt sur l’instrument et la position verticale du doigt qui le tient. 

13. Le casiotone, 1980

Cet instrument de musique est une série de claviers électroniques. Produit par la société japonaise Casio en 1980, il est assimilable au piano. En effet, c’est dans l’optique de surpasser ses réalisations, telles les montres et les calculatrices, que cette entreprise l’a fabriqué. C’est un instrument qui existe sous diverses gammes de fabrication, à compter de la plus basse. Notons que plusieurs versions du Casiotone ont vu le jour jusqu’en 1984. Faut-il le dire, les claviers qui composent le Casiotone sont pour la plupart petits et pourvus de touches miniatures. D’ailleurs, ces touches sont spécialement conçues pour les enfants puisqu’elles ne sont pas destinées à l’usage des musiciens professionnels.

12. La harpe laser, 1980

La harpe laser est un instrument de musique électronique dont les cordes traditionnelles sont substituées par un faisceau laser. Cet instrument classique dispose d’un style rétrofuturiste produisant un son très intéressant. C’est d’ailleurs ce qui fait de lui un instrument dont l’utilisation surprend et épate. La harpe laser fonctionne d’une façon plus particulière. Pour s’en servir, le musicien doit bloquer une poutre avec sa main afin de provoquer une photodiode ou photorésistance. Faut-il le dire, cette poutre est essentiellement connectée à une console électronique pour sa détection.

11. La batterie électronique, 1970

C’est un instrument électronique servant à assurer la percussion. Il est inspiré de la batterie, à la différence que les fûts et les cymbales sont substitués par des pads. En effet, il s’agit des pads équipés de capteurs électroniques. C’est grâce à eux que l’instrument assure le déclenchement électronique d’un son. Au-delà des pads, l’instrument est également composé d’un convertisseur qui assure la transformation en signaux numériques, des signaux émis par les capteurs. Il dispose aussi d’un module, matériel ou virtuel dont le rôle est de déclencher un son qui peut être synthétisé ou non.

10. Le clavi harp, 1953

Inventé par Maurice Martenot en 1953, cet instrument de musique est né dans l’optique de servir de guide aux élèves en cours de musique. Cette école musicale qu’est l’École de l’Art appartenait à Maurice Martenot. L’instrument dispose de deux octaves (Fa2 au Fa4) et se joue grâce au bout des doigts en actionnant des tiges métalliques. Pour faire l’accord, on rétrécit ou allonge les boucles de ces tiges métalliques en se servant d’une pince. Avec une longueur de 38 cm, une hauteur de 15 cm et une largeur de 7 cm, cet instrument pèse environ 1 kg.

9. Le kalimba, 1950

C’est à travers des vidéos sur les réseaux sociaux que le kalimba commence à faire parler de lui. Entièrement fait de bois, les lamelles de cet instrument traditionnel de musique électronique furent ensuite substituées par du métal. Il permet de produire un son généralement doux et apaisant et d’assurer aussi un réveil musical authentique. C’est d’ailleurs ce qui fait de lui un instrument de musique à la fois original et exceptionnel. Le kalimba peut varier en ce qui concerne la taille et les matières qui ont servi à sa fabrication.

8. Le synthophone, 1938

Instrument de musique électronique, le synthophone a une forme et un mécanisme qui est identique à ceux du saxophone. Pour permettre de modifier le son et la tessiture de l’instrument, on le relie à un dispositif électronique. Cet instrument est d’ailleurs une invention dotée d’un énorme potentiel, mais n’ayant pas fait grand bruit. Pour le jouer, le musicien souffle dans le saxophone tout en jouant son morceau même si les sons sont produits par un synthétiseur. C’est surtout pour conserver la sensibilité de l’instrument et profiter des nuances du synthétiseur.

7. Les ondes Martenot, 1928

Les ondes Martenot constituent un instrument de musique électronique inventé en 1928 par le musicien français Maurice Martenot. Joué par un ondiste, c’est un instrument de musique monodique à oscillateur électronique. En effet, cet instrument de musique se caractérise par ses sonorités particulières. De ce fait, il comporte un clavier maintenu par suspensions, un ruban parallèle au clavier, une touche d’expression, un tiroir et des diffuseurs. Cet instrument de musique s’inscrit dans la famille de la lutherie électronique. C’est d’ailleurs pourquoi il porte le nom de son créateur. Notons que c’est dans l’optique de redonner à la musique sa vie profonde, que Maurice Martenot a inventé cet instrument.

6. Le thérémine, 1920

Inventé en 1920 par le russe Lev Sergueïevitch Termen, le thérémine est l’un des instruments électroniques les plus vétustes. Généralement, il est composé d’un boîtier électronique pourvu de deux antennes, il peut produire le son sans être touché par l’instrumentiste. Dans sa forme la plus populaire, c’est la main droite qui guide la hauteur de la note tout en variant sa distance à l’antenne verticale. Quant à celle horizontale, on s’en sert pour assurer la variation du volume selon la distance à la main gauche. Faut-il le dire, le thérémine est d’abord relié à la musique contemporaine et expérimentale du XXe siècle.

5. L’ocarina, 1860

L’ocarina est un instrument de musique très ancien à vent ovoïde et ressemblant à une tête d’oie. Accompagnant les cultures du monde depuis des milliers d’années, cet instrument de musique est taillé dans les écorces de fruits en Afrique. Découvert au grand public occidental dans le jeu Zelda, c’est un instrument résonateur. Faut-il le dire, cet instrument de musique peut mesurer jusqu’à une quinzaine de centimètres. D’ailleurs, il est percé d’un nombre de trous variables permettant de varier la hauteur des sons qu’il produit.

4. L’accordéon électronique, 1829

L’accordéon est un instrument de musique à vent provenant de la famille des bois. En effet, son nom rassemble une famille d’instruments à clavier polyphonique se servant des anches libres agitées par un vent administré par l’accordéoniste. Plusieurs personnes le considèrent comme l’ancêtre du piano. En France par exemple, il est appelé par des surnoms tels que : piano à bretelles, piano du pauvre, boîte à frisson, orgue portatif, etc. Toutefois, on peut distinguer des variantes modernes de cet instrument qu’est l’accordéon. L’accordéon chromatique, celui diatonique ou encore l’accordéon à touches piano sont entre autres ses variantes modernes.

3. L’harmonica, 1821

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’harmonica, contrairement à ce qu’on peut croire, n’est pas un instrument sans importance, mais plutôt oublié. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle il est assez moins perçu dans les mains des musiciens. Or, ce petit instrument de musique est à l’image de l’accordéon et produit un son authentique et agréable que l’on peut reconnaître. Cependant, il existe une variété d’harmonica dont on peut se servir pour la production de son. Il existe l’harmonica diatonique simple, le double ou trémolo, ou encore le chromatique. De même, l’harmonica est un instrument de musique dont l’apprentissage exige un peu de souffle.

2. La guimbarde, 1780

C’est un instrument de musique classé comme un idiophone du point de vue de l’organologie. La guimbarde utilise une lamelle que l’on actionne par le doigt en tant qu’élément vibrant et la bouche du musicien telle une cavité de résonnance. En effet, c’est un instrument de musique dont les traces ont été retrouvées au IIIe siècle av. J.-C. au nord-ouest de la Chine. La guimbarde est faite de deux éléments, dont une armature et une languette. La première comprend invariablement deux barres parallèles bien rapprochées, avec une forme quelconque. La seconde quant à elle est fixée à la première par l’une de ses extrémités. Notons que cet instrument de musique est répandu chez les peuples nomades d’Eurasie, en Asie et en Mélanésie. Aussi faut-il le dire, la guimbarde est également présente en Europe depuis l’époque gallo-romaine.

1. Le djembé électronique, 1400

Le djembé est un instrument de musique membranophone dont la particularité est la percussion. C’est un instrument originaire de l’Afrique de l’Ouest, inventé au sein de l’empire mandingue au XIIIe siècle. Il est muni d’une caisse en bois avec un pied. En effet, il est accroché par une corde attachée au cou de celui qui le joue. Cependant, son spectre sonore très large occasionne une énorme richesse de timbre. Par ailleurs, c’est un instrument qui accompagne uniquement la musique africaine traditionnelle. Toutefois, il est également apprécié par les musiciens de rock et de pop, et est par moment employé par des compositeurs contemporains.