Universite-de-Paris-1200

Top 15 des plus anciennes universités de la France

En France, le système universitaire n’a jamais cessé d’être mouvementé. Partagé entre les unions, les divisions, et même les suppressions, il perfectionne au fil des années sa manière de fonctionner. Les années de réformes ont permis l’association de nombreuses universités. Ainsi, celles qui ne disposaient pas de facultés ont connu la naissance de plusieurs. Découvrez ici les dix plus anciennes universités de la France.

10. Université de Poitiers (1431)

Initiée par le grand roi Charles VII, l’université de Poitiers a été créée en 1431 à cause de la fidélité de la province du Poitou à son égard. Elle fut créée suite aux circonstances de la guerre de Cent Ans qui a poussé à l’exil une partie des professeurs de l’université de Paris. En 1819, l’université a mis en place le jardin des plantes de Poitiers pour sa faculté de médecine. Puis en 1984, elle a ouvert son école d’ingénieurs ESIP qui est devenue en 2010 ENSi Poitiers.

9. Université d’Aix (1409)

Après la création de l’université de Perpignan, neuf années sont passées avant qu’on assiste à une nouvelle construction sur le territoire français. Initiée par Louis II, Duc d’Anjou, en 1409, l’université d’Aix a vu le jour pendant que Charles VI était encore roi. Cette excellente initiative qui a fait la fierté de la population française et principalement de la ville d’Aix n’a pas longtemps duré.

Tout comme les autres universités, elle a été supprimée en 1793. Néanmoins, elle n’a pas définitivement fermé ses portes. Après le mois de mai 1968, la grande université a rouvert ses portes non seulement à Aix, mais également à Marseille. Deux universités sont ensuite créées (l’université d’Aix-Marseille I et l’université d’Aix-Marseille II).

En 1973, une troisième université (l’université d’Aix-Marseille III) vit le jour sous la conduite du juriste Charles Debbasch. En 2007, les trois universités ont lancé ensemble un processus pour constituer un grand pôle de recherche et d’enseignement supérieur baptisé PRES Aix-Marseille Université. Le 1er janvier 2012, le processus a abouti.

8. Université de Perpignan (1349)

L’université de Perpignan fut créée par le Pierre IV d’Aragon en 1349. En créant cette université, la ville essaie de compenser sa perte d’importance. L’université n’est cependant pas arrivée s’imposer dans la région, car elle est concurrencée par les universités de Montpellier et de Toulouse.

En 1648, les bâtiments de l’université sont incendiés, mais l’université continue malgré tout de subsister. Puis en 1760, ses bâtiments sont reconstruits. Ayant été supprimé en 1794, ce n’est qu’en 1979 qu’il reprit ces fonctions. Il devint ainsi un centre autonome sur plusieurs plans (administratif, financier et pédagogique).

7. Université de Grenoble (1339)

La France n’a pas écarté la ville de Grenoble de son projet de création d’universités. Ce fut le 12 mai 1339 que le grand Humbert II de La Tour-du-Pin créa l’université de Grenoble. En cette période, le roi Philippe VI de Valois régnait toujours sur la France.

Au cours de son histoire, cette université a été supprimée trois fois. Elle fut supprimée une première fois en 1349 suite à une période de crise économique pour le Dauphiné de Viennois pour rouvrir ces portes en 1542. Ensuite en 1565, le roi Charles IX ordonne que l’université soit rattachée à l’université de Valence.

Suite à plusieurs tentatives de rétablissement de l’université, ce n’est qu’en 1771 qu’une petite école de chirurgie ouvrit ces portes. Dans cette école, les pères de la charité ont enseigné la chirurgie, l’anatomie, la botanique, la médecine et la pharmacie pratique. Puis, pendant la journée des Tuiles, la révolution est née à Grenoble. Cela a eu pour effet de fermer entre 1790 et 1793, les facultés des universités de Valence et de Grenoble. En 1806, l’université de Grenoble rouvre ces portes.

Par la suite, en 1970, l’université de Grenoble est divisée quatre entités : Grenoble I, Grenoble II, Grenoble III et INP Grenoble. En 2013, les trois universités grenobloises (Grenoble I, Grenoble II, Grenoble III) souhaitent fusionner pour établir une unique université. Ce n’est que le 11 septembre 2015 que le décret fut signé pour prendre effet le 1er janvier 2016.

6. Université d’Angers (1337)

Cette université a été créée pendant que le roi Philippe VI de Valois régnait encore sur le pays. Ce centre universitaire instauré à Angers en 1337 ne dispose que d’une seule entité dédiée au droit. Il évolua ensuite pour abriter en 1432 de nouvelles facultés : médecine, art et théologie. Cependant, elle a été supprimée en 1793 à cause de la Révolution française pour réapparaitre en 1971. Aujourd’hui, l’université d’Angers continue de recevoir des étudiants dans ses différentes entités avec une formation mieux développée.

5. Université d’Orléans (1306)

La France émerge peu à peu dans la création des universités dans la plupart de ses grandes villes. Ce fut le 27 janvier 1306 que la ville d’Orléans a accueilli une université, sous l’initiative du Pape Clément V. C’est toujours sous le règne du roi Philippe IV le Bel qu’elle a été construite.

En 1793, l’université d’Orléans fut supprimée comme les autres universités. Elle revient en 1966 avec un nouveau nom ¨université d’Orléans Tours¨. Cette appellation n’a pas duré, elle se fait appeler aujourd’hui tout comme au début, université d’Orléans. En 1959, le campus est alors installé à Orléans-la-Source au sud de Loire.

4. Université d’Avignon (1303)

Faisant partie de l’une des plus petites universités qu’on peut retrouver en France de nos jours, l’université d’Avignon est créée en 1303. Sa fondation a succédé à l’université de Montpellier permettant aux nouveaux étudiants de la ville de faire moins de déplacements. Ces deux universités ont été créées pendant le règne de Philippe IV.

L’université d’Avignon a été créée sous l’initiative du Pape Boniface VIII. Son développement l’a mis en concurrence avec les universités de Montpellier et de Toulouse sur certains points. De plus, l’université se distingue par la présence des papes, ce qui lui permet de bénéficier du soutien pour vite émerger.

Cependant, ce privilège n’a pas empêché sa suppression en 1793. Sa réouverture n’a pas été aussi rapide que celle des autres. Ce ne fut que le 17 juillet 1984 qu’elle a ouvert ses portes de nouveau avec un nouveau mode de fonctionnement plus performant. Toujours active et fonctionnelle, elle est connue aujourd’hui sous le nom d’université d’Avignon. Certains l’appellent l’université des pays de Vaucluse. Depuis toujours, cette université a marqué les esprits à cause des réalités qui entourent sa création.

3. Université de Montpellier (1289)

Montpellier n’est pas uniquement la belle ville de France qui détient des sites touristiques ou de beaux paysages. Elle abrite également l’une des plus anciennes universités du pays. Fondée le 26 octobre 1289, l’université a été mouvementée par divers évènements. Ce fut durant le règne de Philippe IV le Bel que l’université vit le jour. Cette création est rendue possible à la faveur de la bulle papale du pape Nicolas IV.

Tout comme les autres universités, elle a été aussi supprimée en 1793. Elle a ensuite été remplacée par un système d’écoles centrales et d’écoles spéciales. Suite à la loi Faure, l’université de Montpellier a été divisée en trois universités en 1968. Il a ainsi donné naissance à l’université Montpellier I, l’université Montpellier II et l’établissement de l’université Montpellier III Paul Valéry.

Depuis 2009, les trois universités ont collaboré par le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) dont elles sont les membres fondateurs. Le PRES est composé de plusieurs centres de recherches et d’analyse qui permet aux étudiants d’effectuer des recherches et de mener à bout leurs investigations. Il faut souligner que le 1er janvier 2015, les universités Montpellier I et Montpellier II ont fusionné. Ils ont donné naissance à l’université de Montpellier. La troisième entité est restée autonome et s’est éloignée des deux autres universités.

2. Université de Toulouse (1229)

Créée en 1229, la grande université de Toulouse a été ouverte à l’initiative du cardinal Saint-Ange de Rome. Elle a été mise en place pendant que Louis IX régnait encore sur le pays. Cependant, pour les raisons identiques qui ont poussé à la fermeture de l’université de Paris, elle a aussi été supprimée en 1793.

Suite aux réformes, en 1896, elle rouvrit ses portes. L’université de Toulouse n’a pas maintenu sa forme initiale jusqu’à la fin. En 1969, elle fut divisée en trois autres universités. Il s’agit précisément de l’université Capitole I, le Mirail II, et l’université Paul Sabatier III. À cela s’ajoute l’institut national polytechnique de Toulouse.

Ayant connu de nombreux progrès, le Mirail II, l’université Paul Sabatier III et l’institut national polytechnique de Toulouse ont décidé de se rassembler en 2007. Ils ont ainsi formé la communauté d’université et établissement (COMUE) le 1er juillet 2015. L’université de Toulouse Capitole I est restée de son côté indépendante.

Parmi les universités les plus anciennes de France, l’Université de Toulouse fait partie de celles qui ont donné naissance à d’autres entités particulières. L’histoire de chacune des écoles universitaires auxquelles elle a donné vie est à jamais marquée par la sienne.

1. Université de Paris (1200)

La plus ancienne université de la France se trouve à Paris. Étant la capitale du pays, la première université y a été construite en 1200. L’architecture ainsi que l’organisation étaient classiques et différentes des stratégies actuelles. L’université de Paris a été mise en place au temps du règne de Philippe Auguste. Ce fut donc lui qui a conféré officiellement ce statut.

En 1793, la grande Université française fut supprimée en raison de l’annulation des corporations. Elle a été réinstaurée en 1896 grâce aux stratégies de réformes élaborées par les institutions du pays. En 1971, cette université a été divisée en 13 différentes universités. Au fil du temps, elle a connu des rapprochements de filière. 

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email
Commentaires