Home Magazine Top 15 des plus anciennes autoroutes de France

Top 15 des plus anciennes autoroutes de France

0
Top 15 des plus anciennes autoroutes de France

Une autoroute est une voie de communication des routes à chaussées séparées. Elle est réservée à la circulation à vitesse élevée des véhicules motorisés et peut servir à relier un pays à un autre. Cet article vous fait découvrir le top 15 des plus anciennes autoroutes de France. L’année de mise en service des autoroutes a servi de critère d’appréciation.

15. A432, 1999

C’est une courte autoroute de France qui relie l’A46 à l’A43 et dessert l’aéroport Lyon Saint-Exupéry. Avec une longueur de 35  km en direction nord/sud, elle dispose d’un échangeur au niveau de la Boisse. D’ailleurs, c’est cet échangeur qui permet une connexion avec l’A42. Cette autoroute représente le troisième contournement de Lyon. Les deux autres contournements sont : le boulevard périphérique et l’autoroute  A46. Faut-il le dire, le principal point sensible de cette autoroute est la descente vers la vallée du Rhône. En 2003, elle comptait plus de 19 000 véhicules qui l’empruntaient au quotidien sur la section  A43. Toutefois, cette autoroute est considérée comme la troisième de Lyon. La première, l’A46 Nord compte 53 200 véhicules par jour et la deuxième, la N 346 en compte plus de 80 000.

14. A2140, 1998

L’autoroute A2140 est affiliée à un court tronçon de l’ancienne A140 en attendant son déclassement de la catégorie des autoroutes. En effet, le numéro  2140 avait une propriété d’usage strictement administrative. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il n’apparaissait nullement au niveau de la signalisation. Néanmoins, son existence est désormais approuvée par un arrêté préfectoral visant à réglementer provisoirement la circulation. Ce court tronçon auquel correspondait l’A2140 a été déclassé et transféré dans la voirie départementale de Seine-et-Marne.

13. A85, 1997

Reliant Angers à Vierzon notamment Corzé à Theillay, l’A85 est une autoroute française mise ouverte à la circulation en 1997. Avec une longueur de 206  km en direction ouest/est, elle dispose d’un tronçon entre Tours et Langeais. Sa section Tours-Vierzon fait partie du plus géant contournement de Paris. En effet, cette autoroute est couverte par Radio VINCI Autoroutes dont la fréquence est de 107,7 FM. Son principal tronçon mis en service en 1997, relie la barrière de péage de Corzé au nord d’Angers, à Bourgueil.

12. A140, 1996

L’A140 est une autoroute de France qui se sépare de l’A4 au niveau des communes de Couilly Pont-aux-Dames, Bouleurs et Quincy-Voisins. Elle relie l’A4 à l’ouest de Meaux, depuis mars 2006. Mesurant 12 km, cette autoroute atteignait auparavant l’entrée sud de Meaux. À l’avenir, il est prévu qu’elle parte de Melun pour atteindre Senlis. Elle pourrait être également intégrée dans deux aménagements autoroutiers de l’est de l’Île-de-France. D’ailleurs, plus de 20 000 véhicules en moyenne empruntent quotidiennement cette autoroute.

11. A199, 1976

Située à l’est de Paris, l’A199 est une ancienne autoroute de France, dans le département de la Seine-et-Marne. Encore appelée Voie Primaire du Nord, c’est une autoroute de 5 km en direction est/ouest qui relie Noisy-le-Grand à Torcy. Portant autrefois le numéro H3, elle porte depuis 2006 le numéro  RD199, car elle a été déclassée en boulevard urbain. L’objectif de cette autoroute était de délester le tronçon commun entre l’A4 et la Francilienne. Néanmoins, son objectif à l’origine était de l’accorder à l’autoroute  A104. Toutefois, ce projet n’a jamais vu le jour malgré la disponibilité des ouvrages d’art nécessaires.

10. A701, 1973

Mise en service en 1973, l’A701 est une autoroute très courte correspondant à l’échangeur d’Orléans-Nord-Saran. En effet, c’était une autoroute française située sur le territoire de la commune de Saran dans le département du Loiret et la région Centre-Val. Avec une longueur de 2 780  km, elle a été déclassée en 2006 en route départementale  2701. Ce déclassement est approuvé par le décret du 4 juillet 2006. Faut-il le dire, la vitesse maximale autorisée sur cette autoroute est de 90 km/h.

9. A811, 1972-1980

Dénommée C11 au début, c’est une autoroute de France dont la longueur est de 6 km en direction nord-est/sud-ouest. En effet, elle est une rocade autoroutière reliant l’autoroute française A11 arrivant à Paris à travers Angers. Gérée par la DIR Ouest, elle dessert l’est de Nantes en provenance de Paris à travers l’A11. Autrefois, elle disposait d’un tronçon à l’intérieur du périphérique jusqu’à la prairie de Mauves. Si le carrefour de prairie de Mauves a une forme en demi-losange, c’est parce que l’A811 devrait être prolongée jusqu’au centre de Nantes.

8. A55, 1972

L’A55 est une autoroute de France reliant Marseille à Martigues, dans le département des Bouches-du-Rhône. Serpentant le long de la mer Méditerranée entre Marseille et Martigues, son point de départ est situé à Marseille au nord. En effet, c’est une autoroute qui permet de desservir la Zone Industrialo-Portuaire (ZIP) de Fos-sur-Mer. Puisqu’elle n’est pas concédée, cette autoroute de France est gérée par la DIR Méditerranée. C’est d’ailleurs une autoroute sur laquelle vous trouverez des hôtels si par exemple vous êtes en séjour. Cet aspect est notamment profitable aux touristes.

7. A43, 1972

Cette autoroute de France relie Lyon à Modane pour rallier le tunnel de Fréjus en direction de l’Italie. Elle est sectionnée en deux parties divisées par la route nationale  201 au niveau de Chambéry. Encore appelée Autoroute de la Maurienne (entre Aiton et le tunnel du Fréjus), elle a une longueur de 185 km en direction nord-ouest/sud-est. Cependant, depuis sa mise en service, cette autoroute est gérée par l’AREA et la SFTRF pour la partie Autoroute de la Maurienne. Elle dispose des aires et des voies réservées aux péages sur toutes les autoroutes de France.

6. A801, 1967

Ancienne autoroute de France avec une longueur de 2 330 km, l’A801 constituait le prolongement de l’autoroute A83. Cette autoroute est le fruit du projet  B11 dont la vision était de desservir le centre-ville de Nantes à travers une autoroute Nord-Sud. C’est un projet ayant vu le jour grâce à la mise en place d’une seconde ligne de ponts dans la ville de Nantes. Cette seconde ligne de ponts a été inaugurée le 17 septembre 1966 entre château de Nantes et la D149. Dès le Boulevard Périphérique de Nantes, un Panneau d’accès à l’A801 renseigne sur cette dernière.

5. A50, 1962

Située en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’autoroute A50 relie Marseille dans les Bouches-du-Rhône. Encore appelée autoroute Est de Marseille, elle a une longueur de 70 km en direction ouest-est. En effet, c’est en 1962 que son premier tronçon a été ouvert à la circulation entre Marseille et Aubagne. Son appellation autoroute Est est due aux Marseillais. Elle est principalement gérée par la DIR Méditerranée sur la section gratuite et par Escota du réseau Vinci. Notons que les études pour la construction de cette autoroute ont commencé lors de la Seconde Guerre mondiale. Néanmoins, c’est progressivement entre 1962 et 1975 que cette autoroute a été ouverte à la circulation.

4. A7, 1951-1969

Encore appelée l’autoroute du soleil, c’est une autoroute de France avec plus de 300 km en direction nord-sud. Elle est l’autoroute près d’Orange avec quatre voies en direction de Marseille et cinq autres dans le sens inverse. Elle traverse deux régions que sont l’Auvergne–Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. De même, elle prolonge l’autoroute  A6 dans le quartier de Perrache à Lyon jusqu’à Marseille sur plus de 310 km. Faut-il le dire, c’est l’une des routes européennes  E15, E80, E714 et E712. Notons que la gestion de cette autoroute est commise à la société Autoroutes du Sud de la France (ASF).

3. A64, 1976

L’A64 est une autoroute de France à péage sur une partie de son tracé. Reliant Toulouse à Bayonne à travers Tarbes et Pau, cette autoroute est orientée est-ouest. Avec une longueur d’environ 287 km, elle est concédée à ASF hormis la section entre la sortie  22 et celle 35. C’est d’ailleurs une autoroute qui fait partie de l’itinéraire  E80 Lisbonne-Istanbul (— Iran). Faut-il le dire, c’est une autoroute dont la mise en place a rencontré d’énormes difficultés. La construction de l’axe  A64 aura duré près de cinquante ans avant d’être achevée. De même, chaque niveau de l’exécution du travail a connu un problème. Les problèmes majeurs sont ceux liés à la définition du tracé et de mise en place des péages.

2. A7001, 1965

Localisée en France dans la région Auvergne–Rhône-Alpes, cette autoroute a une longueur de 2 910 km. En effet, l’A7001 est l’autoroute correspondant au tronçon nord du trajet de Vienne par l’A7, avant la construction du contournement de cette ville. C’est d’abord en 1965 qu’elle a été mise en service sous le nom d’A7. L’autoroute  A7001 était constituée de trois tronçons dont les deux premiers sont contigus et le dernier séparé de plus d’un kilomètre. Notons que le tronçon principal quittait l’A7 pour l’avenue Marcelin Berthelot. Le deuxième par contre est long de 350 mètres et allongeait le premier jusqu’à la rue Francisque Bonnier. Quant au dernier, long de 250 mètres, il unissait le cours Brillier et le commencement de l’A7002.

1. A13, 1940

L’autoroute  A13 est la plus ancienne de France. Également appelée autoroute de Normandie ou de l’Ouest, elle est partiellement mise en service dès les années  1940. En effet, puisqu’elle est la plus ancienne autoroute, elle est quotidiennement empruntée par 120 000 véhicules. C’est d’ailleurs le premier programme d’autoroute en France ayant fait objet d’étude en 1927, qui a donné naissance à l’A13. Cet axe mis en service dès 1940 est destiné à relier la capitale normande. Faut-il le dire, c’est d’abord le tronçon Vaucresson-Orgeval qui a été mis en service le premier, au début des années  1940. Toutefois, l’ensemble a été autorisé à la circulation le 9 juin 1946. Ce fut à l’occasion de la première compétition automobile post-guerre.