Procyon_lotor_qtl2

Top 15 des faits intéressants sur les ratons laveurs

L’un des animaux les plus incroyables que vous puissiez rencontrer est le raton laveur. Originaire d’Amérique du Nord, ce petit mammifère fait partie des mammifères omnivores de l’ordre des carnivores. Découvrez quelques faits intéressants sur le raton laveur.

15. Le raton laveur est rapide

Pour se nourrir, le raton laveur s’adonne parfois à la chasse. Lorsqu’il poursuit un rat par exemple, il peut facilement atteindre une vitesse de 24 km/h. Ce petit mammifère grimpe très rapidement sur les arbres. Le fait de se tenir sur deux jambes n’a aucune incidence sur sa vitesse. De plus, il possède un corps résistant qui le préserve en cas de chute.

Ce n’est pas un animal contraint à un seul milieu de vie. Le raton laveur est aussi bien à l’aise dans l’eau que sur la terre ferme. On peut le voir barboter dans l’eau de temps à autre. Il peut passer de longues heures dans l’eau sans des problèmes pour son bien-être. Quand il se met à la natation, il peut atteindre une vitesse de 5 km/h.

14. Les ratons laveurs lavent leurs repas avant de les manger

Qu’il s’agisse de fruits, de céréales ou d’animaux, le raton laveur plonge son repas dans l’eau avant de le consommer. Cette petite particularité a convaincu les Hommes que le raton laveur était sensible à l’hygiène. La plupart du temps, leurs proies animales se font noyer.

En fait, le raton laveur poursuit un but bien précis en introduisant son repas dans l’eau. Une fois le repas mis dans l’eau, le raton laveur le nettoie. C’est pour en éliminer la saleté et, dans le cas des victimes animales, retirer les portions impropres à sa consommation.

13. Le raton laveur est dangereux aussi bien pour les animaux domestiques que pour vous

Pour chercher leur nourriture, les ratons laveurs n’aiment pas trop se déplacer. Et si votre maison est à proximité de sa tanière, gare à vos animaux domestiques. En effet, les ratons laveurs sont des animaux capables de tuer un chat par exemple. Vu qu’ils se nourrissent également de viande, certains de vos poulets pourraient se faire massacrer.

Même en ne les attaquant pas physiquement, le raton laveur est nuisible à vos animaux. Ils peuvent leur transmettre des maladies comme les parasites, la rage ou la gale par exemple. Vos bêtes pourraient également ingérer leurs excréments par inadvertance. De plus, la rage n’est pas une affection propre uniquement aux animaux. Si votre chien l’attrape, vous serez susceptible d’en être contaminé par le biais d’une morsure. Le raton peut également vous la transmettre par la salive.

12. Le raton laveur est capable de déterminer si un aliment est comestible

Tous les aliments ne sont pas propres à la consommation du raton laveur. Une fois le repas trouvé, ce dernier choisit ce qui lui serait agréable à la consommation et rejette le reste. En effet, les membres inférieures du raton sont très mobiles et dotées de plusieurs terminaisons nerveuses. Ces dernières sont ultra efficaces lorsqu’il se trouve dans un milieu humide.

Le sens du toucher du raton laveur est aiguisé au maximum dans l’eau. Tout en frottant son repas, il lui est possible de décider si l’aliment qu’il a en mains est comestible ou pas. Il n’a même pas besoin de voir l’objet, il lui suffit de le toucher.

11. Le raton laveur est intelligent

Plusieurs scientifiques ont mené des expériences qui leur ont permis de conclure que les ratons laveurs étaient dotés d’une intelligence remarquable. Lors de leurs incursions dans les maisons, pour y chercher de la nourriture, il arrive qu’ils se retrouvent coincés. La serrure de la porte s’est verrouillée et les a emprisonnés ou encore a été changée.

Les ratons n’ont aucune difficulté à débloquer des verrous complexes pour entrer dans la maison. Ils n’en ont également aucune pour en sortir. De plus, leur mémoire leur permet de se remémorer le mécanisme de déverrouillage durant trois ans environ si celui-ci n’a pas été changé par les propriétaires.

10. Les ratons laveurs ont une bonne vue

Au vu de leur réactivité, il est presque impossible de croire que les ratons laveurs sont daltoniens. Le daltonisme est une imperfection qui empêche ceux qui en sont atteints de pouvoir distinguer les couleurs. Les seules couleurs que les ratons voient clairement sont le rouge et le noir.

En journée, ils arrivent à voir parfaitement grâce aux tâches qui entourent leurs yeux. Celles-ci absorbent la lumière du soleil et l’empêchent de nuire aux yeux des ratons. La nuit, les taches leur permettent de distinguer aisément le contraste de toute chose qu’ils aperçoivent.

9. Les mâles n’ont pas la même sexualité que les femelles

La période d’accouplement des ratons laveurs est différente selon les régions où ils se trouvent. Dans les régions du nord, elle se situe entre janvier et février. Dans les autres régions, elle a lieu en Mars. Au cours de la période d’accouplement, la femelle n’est disponible que trois à six jours. Elle peut mettre bas à partir de sa première année et n’a qu’un seul partenaire.

 Une fois les petits nés, les femelles les élèvent seules à raison d’une portée par an. La grossesse dure 63 jours. Les mâles commencent à se reproduire dès qu’ils entament leur deuxième année. Contrairement aux femelles, ils ont plusieurs partenaires. Une fois leur partenaire du moment indisponible, ils partent à la recherche d’une autre encore réceptive. Le cycle se répète chaque année.

8. Il existe quatre sous-espèces différentes de ratons laveurs

Tous les ratons laveurs ne sont pas les mêmes. Il y a plusieurs variétés différentes de ratons laveurs à travers le monde, surtout en Amérique centrale et aux Caraïbes. Certaines de ces sous-espèces ont été reconnues comme des espèces à part entière. Il s’agit du raton laveur de Tres Marias ; le raton laveur de la Barbade, le raton laveur des Bahamas et le raton laveur de la Guadeloupe. Il y a également une cinquième espèce de raton laveur, le raton laveur de Cozumel.

Le raton laveur de Tres Marias est beaucoup plus grand que les autres espèces. Le raton laveur des Bahamas et le raton laveur de la Guadeloupe sont presque semblables. Quant au raton laveur de la Barbade, il constitue une espèce aujourd’hui disparue. Il y a également d’autres sous-espèces classifiées selon leur ressemblance avec le raton laveur commun.

7. Le raton laveur n’hiberne pas en hiver

Les animaux ont tendance à préparer la venue de l’hiver au cours des deux saisons précédentes. Le raton laveur se nourrit de façon à augmenter la graisse contenue dans son corps. Parfois, il peut faire deux fois son poids normal. Cette graisse aura pour rôle de protéger le raton contre la fraicheur.

Lorsque l’hiver vient, la plupart des petits animaux hibernent et se réveillent au printemps. Le raton laveur, lui, n’hiberne pas. Il se cache dans sa tanière et y reste dans un état de torpeur jusqu’à la fin de la saison. Les ratons laveurs vivant dans les régions du Sud, eux, sont actifs même en hiver.

6. Les ratons laveurs sont des omnivores de l’ordre des carnivores

Les omnivores sont des animaux capables d’ingérer à la fois des aliments d’origines animales et végétales. Les ratons laveurs se nourrissent essentiellement de poissons, d’écrevisses, de grenouilles et autres animaux aquatiques.

Les petits mammifères tels que les rats ou encore des poules ont également leur préférence. Il leur arrive également de fureter en ville en vidant les poubelles ou de récupérer des animaux déjà morts. Au cours des saisons chaudes, ils préfèrent néanmoins les céréales, les fruits ou les noix.

5. Le raton laveur use de plus de cinquante sons pour communiquer

Chaque être vivant possède des codes pour s’adresser à ses congénères et leur transmettre ses émotions. Lorsque le raton laveur est excité, il pousse des cris et produit des bruits semblables à des gazouillis. Certaines fois, cela s’accompagne de pépiements. Dans les moments de danger, il est indispensable pour le raton de prévenir ses congénères pour qu’ils se portent à son secours. Il pousse alors des grognements furieux et stridents selon la nature du danger. Jusqu’à ce que ses compagnons lui répondent et viennent le sauver, ses grondements continuent de retentir.

4. Les ratons laveurs ont une faible espérance de vie

Les ratons vivent 5 ans en moyenne dans la nature. Les jeunes ratonneaux sont le plus souvent la cible des prédateurs. Pour ceux qui échappent aux serres des rapaces et aux griffes des fauves survient l’obstacle de la nutrition. Nombreux sont les ratonneaux qui meurent faute de nourriture ou encore par maladie.

Les ratons laveurs qui ont été habitués aux humains dépassent aisément les 16 ans de vie. Qu’ils soient dans des zoos ou apprivoisés comme animaux de compagnie, ils ont beaucoup plus de chances de survivre qu’à l’état sauvage.

3. Les ratons laveurs sont des animaux nocturnes

Le raton laveur ne chasse ou ne recherche sa nourriture que la nuit. Même rapide, il est la proie de prédateurs divers. À une époque, les hommes les traquaient pour vendre leurs fourrures. Mais le raton laveur doit se méfier au quotidien d’autres animaux bien féroces. Parmi les prédateurs du raton, on a le lynx, le puma, le coyote… Aux États-Unis par exemple, il est souvent attaqué par des alligators.

2. Le raton laveur sélectionne son gîte

Dans la forêt, chaque animal choisit un endroit qui lui sert de refuge contre les prédateurs et les intempéries. Le raton laveur préfère les troncs d’arbre creux, les tanières abandonnées par d’autres animaux ou les remises. Puisqu’il ne reste pas longtemps dans un même refuge, ses prédateurs ont du mal à le débusquer.

Ceux des ratons qui vivent près des villes ou même dans les villes préfèrent s’installer dans les canalisations, les granges des maisons ou les cheminées. Il y a environ entre un et cinq ratons par abri.

1. Le raton laveur est un animal rare

À l’origine, le raton laveur vient de la partie intertropicale de l’Amérique du Nord. Dans plusieurs parties du monde, aux Antilles par exemple, il fait partie des espèces protégées. Il est très difficile d’en rencontrer dans les déserts et dans les montagnes. L’altitude dans les montagnes ne favorise pas leur prolifération dans celles-ci.

Outre aux États-Unis, on peut rencontrer des ratons laveurs en Espagne, en Belgique et dans les pays qui leur sont frontaliers. Il y a également quelques colonies de ratons laveurs dans les pays comme la Russie, la Géorgie, l’Arménie et la Turquie.

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email
Commentaires

Qu’est-ce que la sénologie ?

Dans le but de pouvoir cerner plus profondément les différentes parties du corps humain, les sciences en général et la médecine en particulier se sont

Top 16 des cadeaux pour la Saint-Valentin

La Saint-Valentin est une fête propice pour célébrer l’amour dans un couple chaque année. Cependant, trouver le cadeau parfait pour l’être aimé peut s’avérer difficile