Top 15 des animaux les plus étranges et inconnus au monde

0
184

Avez-vous déjà entendu l’expression « c’est un monstre de la nature » ? Eh bien, nous aurions dû l’utiliser comme titre de cet article, c’est peut-être l’expression la plus représentative de la liste que nous allons présenter. Ci-dessous, nous verrons certains des animaux les plus rares et les plus étranges qui peuplent la terre. Certains ont une apparence bizarre et inhabituelle, tandis que d’autres ont des habitudes si dégoûtantes ou incroyables qu’ils valent la peine d’être connus. Du cerf-rat au platax à lèvres rouges en passant par la taupe rose glabre : voici les animaux les plus étranges et les plus inconnus au monde.

15. Tarsier des Philippines

Le tarsier des Philippines appartient à la famille des tarsidae.Il a un drôle de petit look yoda, ce qui le rend adorable et effrayant à la fois. Équipés d’énormes yeux ambrés fixés dans l’orbite, les Tarsiers arborent également un pelage qui varie entre les nuances gris-brun et brun rougeâtre. Leur cou peut faire une rotation à 180 °, une mobilité qui permet à ces animaux d’avoir une vision quasi complète de ce qui se passe autour d’eux.

Comme tous les tarsides, ils ont des orteils particulièrement longs, ils s’accolent aux branches des arbres, comme les koalas, et peuvent le faire grâce aux coussinets plantaires et aux ongles triangulaires dont la nature les a dotés. Aux Philippines, il est communément admis que les tarsiers se nourrissent de charbon, en raison du grand nombre d’incendies qui se produisent chaque année.

En réalité, ils se nourrissent d’insectes, grands et petits. Quant aux curiosités, on sait tout d’abord que la gestation d’une femelle tarsier dure environ six mois et qu’elle donne naissance à un seul exemplaire. Ensuite, il y a un autre aspect curieux concernant cette espèce : ils communiquent par ultrasons et sont parmi les très rares primates capables de le faire.

14. Souris de chevreuil

C’est une espèce assez rare à l’apparence étrange. En fait, elle a le visage d’un rat et le corps d’un cerf, quoiqu’en miniature. On sait que les spécimens de cette espèce peuvent peser entre six et huit kilos et qu’ils mesurent un peu plus d’un mètre de long. Comme vous pouvez vous y attendre, la tête de cet animal est très petite, de forme presque triangulaire avec un nez résolument pointu et noir.

Quant au corps, comme on peut le voir sur l’image, les pattes avant sont plus courtes que celles de l’arrière et le torse a une forme arrondie. La couleur du pelage oscille toujours entre le gris et l’orange, deux couleurs associées respectivement aux souris et aux cerfs. Les habitats idéaux pour les Souris de chevreuil sont des zones typiquement aquatiques, marécages, forêts tropicales et rivières, bien qu’il s’agisse d’un animal principalement terrestre.

On le trouve en Thaïlande et en Malaisie, c’est là que l’on trouve en fait sa plus grande concentration. Pendant un certain temps, on a pensé que l’animal était éteint, mais en 2008, des spécimens ont été trouvés à Singapour.

13. Aye aye

L’aye-aye est un lémurien nocturne qui vit à Madagascar. C’est une espèce protégée et qui l’est devenue en raison d’une ancienne superstition. Les habitants croient que c’est un animal qui porte malheur et que sa présence annonce un mauvais présage. Suite à une chasse sauvage par ceux qui ont revendiqué la véracité de cette superstition, l’espèce est devenue protégée par la loi.

Une autre particularité de cette espèce, en plus du regard effrayant, est la présence d’un doigt en plus : il s’agit d’un appendice récemment démontré par l’American journal of physical anthropology. En fait, il semble que l’aye-aye ait un doigt en plus, par rapport aux autres lémuriens, il se situe au niveau du poignet. Quant à la couleur du pelage, celui-ci peut être brun ou noir foncé et ce qui le distingue est aussi une queue particulièrement grande et résolument touffue.

Cette espèce passe la majeure partie de sa vie perchée sur les arbres. En fait, ils sortent rarement et marchent. Ils construisent littéralement leur tanière avec des feuilles et des branches, de sorte qu’ils sont à l’aise et ont presque un lit pour se reposer pendant la journée.

12. Blobfish

Titré « le poisson le plus laid du monde », le blobfish a des caractéristiques intéressantes, pas seulement physiques. Bien sûr, ce qui attire le regard, c’est son apparence étrange, presque humaine à certains égards, compte tenu du « gros nez » et des lèvres énormes. Des photos de ce poisson circulent depuis des années. Ce poisson semble particulièrement flasque et pâteux. En réalité, s’il est vu dans son habitat naturel, c’est-à-dire dans les profondeurs des mers de Nouvelle-Zélande et d’Australie, il est beaucoup plus compact et n’a pas un aspect déformé.

C’est le contact avec l’air qui le rend si détendu. Il faut observer que c’est un poisson qui supporte beaucoup de pression. Sa zone de confort est dans les profondeurs abyssales. C’est pourquoi il s’avère si étrange hors de l’eau, alors que dans certaines études documentées, en fonction de là où vous le voyez dans l’environnement, il a une apparence complètement différente.

Cependant, il a des os mous, contrairement à un squelette normal, et des tissus particulièrement élastiques. Il n’a pas de dents comme on peut aisément le constater. Mais il digère les aliments grâce à des sucs gastriques particulièrement corrosifs. En dépit de son apparence insolite, il reste un animal particulièrement fascinant.

11. Taupe au nez étoilé

Ce que vous voyez d’insolite sur l’image est le museau de la taupe au nez étoilé. C’est un animal à l’allure bizarre qui représente pourtant de manière cristalline à quel point la nature sait créer des « machines » parfaites. Le museau ainsi structuré permet à la taupe de se nourrir de façon excellente.

Les petites flèches qu’il porte sur son museau lui permettent d’explorer et de tester le sol avec habileté afin de trouver tous les insectes dont il a besoin pour survivre. Cet animal vit entre les États-Unis et le Canada. Il préfère, pour des raisons évidentes, les milieux humides et marécageux. Quant aux températures, il est à l’aise dans les régions particulièrement froides. Pendant l’hiver, lorsque la neige prend racine et que les couches de glace se créent, elle tombe également sous la surface. L’épaisse couche de fourrure (noir ou marron) dont il est équipé favorise bien cela.

Cette espèce a tendance à vivre en groupe et est capable de coexister avec d’autres animaux sans avoir de difficultés. Concernant la reproduction, on sait que les femelles ont tendance à s’accoupler une fois par an, en période hivernale. La gestation se termine plutôt vers la période d’avril et mai. Il donne naissance à quatre ou cinq individus.

10. Bec en sabot du Nil

Les fans de Harry Potter, en regardant l’image, auront remarqué une ressemblance incroyable avec l’hippogriffe. En fait, il semble que l’écrivain jk rowling s’est inspiré du bec en sabot pour créer son animal fantastique. Il est clair que le nom de l’animal dérive de la forme particulière du bec : il peut atteindre une longueur de vingt centimètres. Ce qui le classe en troisième position parmi les becs les plus longs du monde.

Le corps de l’oiseau en question est également particulièrement long et élancé, atteignant cent cinquante centimètres. Il est généralement gris, mais son plumage peut changer de couleur au fil des ans. Certains spécimens, les plus jeunes, semblent avoir des plumes bleues et des nuances brunâtres. Le Bec en sabot du Nil vit principalement dans les zones marécageuses d’eau douce de l’Afrique centrale. On le retrouve au Sud-Soudan, au Congo, en Tanzanie et beaucoup plus massivement dans la sous-région du Nil.

9. Casoars

C’est le deuxième plus grand oiseau du monde, après l’autruche. Il est particulier, non seulement pour les couleurs de la tête, mais aussi pour certains traits physiques. Il est incapable de voler, tout comme les autruches. Tout d’abord, il faut dire que les femelles sont plus grosses et plus hautes que les mâles et qu’elles ont des couleurs différentes. Certaines femelles peuvent atteindre deux mètres de hauteur. Tous deux ont des griffes très acérées, notamment le majeur, qui représente une véritable arme de défense.

Les casoars utilisent leur griffe lorsqu’ils se sentent menacés et peuvent même infliger des blessures mortelles. Cependant, la caractéristique principale de cet animal reste la crête osseuse qui avec le temps peut atteindre près d’une vingtaine de centimètres de long et forme un casque qui enveloppe et protège la tête de l’animal.

Concernant la fonction de cette crête si rare, on pense qu’il peut être utile à l’oiseau dans la phase où il obtient de la nourriture. Ils se nourrissent normalement de fruits frais, de champignons, de graines et parfois de petits invertébrés. Ils vivent dans les forêts tropicales de Nouvelle-Guinée et du nord-est de l’Australie. Enfin, on peut dire que ce sont aussi des animaux particulièrement vivaces. Ils vivent en moyenne soixante ans.

8. Costasiella kuroshimae

Cet escargot de mer sans coquille a été découvert au début des années 1990 au large des côtes de l’île japonaise de kuroshima. Comme vous pouvez le constater sur l’image, c’est un escargot très coloré avec un joli visage et deux yeux, strictement noirs, qui se détachent sur le corps avec des nuances vertes.

À le regarder de plus près, il ressemble plutôt à une plante succulente, avec des folioles à bout rose. En fait, il est souvent appelé escargot à feuilles. Pour en revenir au haut du corps, il y a une autre caractéristique à signaler, les rhinophores qui émergent de la tête et s’élèvent. Ils sont indispensables à la survie de l’escargot de mer, car ils lui permettent de capter la présence d’algues qui représentent le repas principal de cette espèce. Ce sont de minuscules animaux allant de cinq millimètres à quelques centimètres.

7. Taupe sans poil

L’hétérocéphalie glabre, ou taupe glabre est un rongeur particulier. Ceci, non seulement parce que, exactement comme son nom l’indique, il n’a pas de poils, mais aussi parce qu’il a une très forte résistance à la douleur. Par ailleurs, plusieurs études ont montré qu’il peut survivre, sans rapporter aucun type de dommage, sans oxygène pendant plus de vingt minutes. Un chiffre record qui en fait un rongeur très intéressant.

Exactement comme le montrent d’autres études menées sur leur peau et leur manque de poils, il semble que grâce à cette caractéristique, ils vieillissent moins vite que les autres. Contrairement à d’autres mammifères, il s’agit d’une espèce à sang froid. Elle est donc incapable de réguler sa température corporelle et doit vivre dans un environnement à température constante. De toute façon, ces taupes vivent dans les zones désertiques,

6. Saltafango

Les saltafango sont des poissons de la famille des gobiidae. Cette espèce insolite, contrairement à ce que l’on pourrait penser, vit sans problème même à l’air libre tant qu’elle peut s’arrêter dans des milieux boueux et marécageux. Une caractéristique remarquable qui leur permet de respirer exactement comme le font les amphibiens.

Ils sont équipés d’un pharynx et d’un système respiratoire qui leur permet de ne pas s’effondrer lorsqu’ils sont hors de l’eau. Ils ont également la capacité de creuser des terriers très profonds dans n’importe quel environnement. Ces animaux se trouvent principalement dans les zones tropicales et sont répartis entre la côte atlantique africaine et la région indopacifique. Ils sont particuliers pour leur apparence ressemblant à celle des lézards, même si ce sont des poissons. Mais le fait qu’ils puissent aussi vivre hors de l’eau les rend particulièrement proches, du moins en apparence et en habitudes similaires aux reptiles. Leurs yeux sont également particuliers, ils ressemblent à ceux d’une grenouille, avec des nuances rouges, vertes et jaunes.

5. Harpie féroce

Les aigles sont parmi les animaux les plus majestueux et les plus élégants de la nature. Dans le cas précis de la Harpie féroce, il s’agit d’un oiseau de proie notoirement grand. C’est en fait l’un des plus grands de la planète. Les femelles de cette espèce peuvent atteindre une longueur d’un mètre et contracter une envergure de deux mètres.

Habituellement, leur couleur de pelage est le gris perle. Distinctif pour ses nuances, mais dans d’autres cas, il peut être gris cendré et blanc. Ce qui rend les harpies spéciales, cependant, c’est leur crête très rare avec des plumes érectiles.

L’aigle harpie est un prédateur. En fait, il se nourrit de petits mammifères comme les singes et les paresseux. Elle est très rapide et méticuleuse dans ses mouvements, sans parler de la netteté et donc de l’efficacité des griffes dont ces aigles sont équipés. Quant à la phase de reproduction, on sait qu’elles pondent un ou deux œufs tous les trois ans. Les chiots apprennent à voler environ six mois après la naissance. Attention à l’approche d’un nid de harpies, les conséquences pour l’homme peuvent vraiment être mortelles.

4. Singe Nasique

Il ne sera pas difficile de comprendre pourquoi cette espèce particulière est communément appelée Nasique. Il a un nez curieux qui peut atteindre une longueur d’une dizaine de centimètres. C’est une espèce vraiment singulière, surtout pour la longueur et la forme aplatie qu’il présente vers le bas. Comme on peut le deviner, ses narines se situent sous le nez et semblent donc cachées.

Il est également remarquable par son ventre particulièrement gros, avec des nuances blanches. Quant au reste du corps, le pelage est généralement orange ou beige, la partie inférieure est cependant toujours plus claire.

Ce singe est présent dans les forêts de Bornéo, on sait qu’il est capable de nager, voire qu’il peut offrir des performances vraiment étonnantes dans l’eau et peut plonger jusqu’à vingt mètres de profondeur. On sait aussi que c’est un animal assez sociable, qui vit en groupe. Généralement, les groupes se constituent de femelles et d’un mâle ou uniquement de mâles. Parfois, ils peuvent être des agrégats de 5 à 6 singes ; dans d’autres cas, il y a jusqu’à 30 singes. Cette espèce se nourrit de fruits et de feuilles. Cela dépend aussi de la saison et de la température, cependant c’est généralement un animal herbivore.

3. Grenouille géante du lac Titicaca

La grenouille géante Titicaca est l’un des plus grands amphibiens du monde. Malheureusement, c’est une espèce en voie de disparition en raison des nombreuses sorties de pêche que l’homme a perpétuée au fil des ans dans le lac Titicaca. En outre, il existe également une ancienne croyance selon laquelle leur viande est bénéfique pour la santé humaine. Ce qui n’est scientifiquement prouvé d’aucune façon. L’Université du Pérou est constamment engagée dans l’étude de l’habitat de ces grenouilles pour rendre la préservation de l’espèce plus solide.

Ce sont des animaux particuliers non seulement pour leur forme ou leur taille, mais aussi pour leurs yeux et pour certaines caractéristiques structurelles. Il peut atteindre une longueur de cinquante à soixante centimètres, possède de larges plis qui lui permettent de respirer et donc d’absorber le plus d’oxygène possible de l’eau. Aussi la couleur est particulière allant du gris au vert. Cette espèce vit sous l’eau la plupart du temps comme, mais peut également être trouvée sur les rives du lac.

2. Tortue au nez de cochon

Cette créature à l’allure bizarre est un atout pour la nature qui ne doit pas être sous-estimé. La tortue à nez de cochon vit principalement en eau douce, près de l’embouchure des rivières, des lacs et des ruisseaux. Il se nourrit d’algues, de plantes, de mollusques et de poissons d’eau douce.

Clairement, ce qui le caractérise le plus, c’est le nez prolongé, qui ressemble beaucoup au nez d’un cochon. Même ces yeux, qui semblent vitreux, sont en réalité particulièrement alertes. Vivant dans des zones particulièrement boueuses, elle a développé sur la carapace une couche d’un matériau similaire au cuir qui lui permet une grande agilité et un décorticage rapide. Ce qui la classe parmi les meilleures tortue-nageuses. Il pèse une vingtaine de kilos. C’est donc un gros animal qui a besoin de grands espaces. Une curiosité à son sujet est l’hibernation.

1. Platax aux lèvres rouges

Le platax aux lèvres rouges est l’animal le plus étrange que nous rencontrons sur cette liste. Commençons par la raison pour laquelle on l’appelle aussi chauve-souris : c’est un nom qui dérive de la forme du corps de l’animal.

Il mesure une trentaine de centimètres de long et possède une tête disproportionnée par rapport au corps. Il a des couleurs particulières qui lui permettent de se fondre dans les fonds marins. Sa tête est plus foncée que la dernière partie du corps qui est au contraire claire et marbrée. Contrairement aux autres poissons, la chauve-souris à lèvres rouges ne nage pas, elle rampe.

C’est parce qu’il a un corps massif qui le rend maladroit et peu agile. Nous arrivons aux lèvres rouges. Comme vous pouvez le voir sur l’image, il semble que cette espèce ait les lèvres colorées par un rouge à lèvres rouge. En biologie, le phénomène s’explique ainsi : il semble qu’avec le temps cet animal ait développé cette singularité particulière pour attirer d’autres spécimens en période de reproduction sexuée. Comme c’est un animal si curieux, il a été inclus dans la liste des espèces les moins menacées.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here