Home Animaux Top 12 des faits insolites sur les insectes

Top 12 des faits insolites sur les insectes

0
Top 12 des faits insolites sur les insectes

Que vous les aimiez ou les détestiez, il est difficile de nier que les insectes ont un rôle important dans l’écosystème ! Bien qu’ils soient souvent considérés comme de simples nuisances, ces petites bêtes sont en réalité fascinantes à bien des égards. En effet, les insectes ont développé au fil de l’évolution des adaptations incroyables pour survivre dans leur environnement, et certains d’entre eux possèdent même des caractéristiques étonnantes qui défient l’imagination. Dans cet article, nous avons sélectionné pour vous les 12 faits les plus insolites sur les insectes, qui vous feront voir ces créatures d’un tout autre œil.

1- Les insectes sont peut-être petits, mais ils l’utilisent à leur avantage

Grâce à leur ratio masse sur la surface corporelle, les insectes peuvent accomplir des exploits physiques impossibles pour les humains ou même pour les petits animaux comme les oiseaux ou les souris. Un insecte peut supporter les chutes parce que son poids minimal lui permet d’atterrir avec moins de force.

Des insectes comme les punaises d’eau peuvent littéralement marcher sur l’eau, en répartissant leur faible masse corporelle de manière à maximiser la tension superficielle de l’eau. Les mouches peuvent marcher à l’envers sur les plafonds sans tomber, grâce à des pattes modifiées et à leurs corps légers.

2- Leurs couleurs ont un but

Certains insectes sont ternes et monotones, colorés seulement en noir ou en brun plat de l’antenne à l’abdomen. D’autres sont resplendissants et étincelants, avec des motifs d’orange flamboyant, de bleu royal ou de vert émeraude. Cependant, peu importe l’insecte, ses couleurs et motifs remplissent une fonction importante vitale pour sa survie.

La couleur d’un insecte peut l’aider à éviter les ennemis et à trouver des partenaires. La coloration aposématique d’un insecte avertit les prédateurs potentiels qu’ils vont faire un mauvais choix s’ils essaient de manger l’insecte en question. De nombreux insectes utilisent la couleur pour se camoufler, ce qui leur permet de se fondre efficacement dans leur environnement. Leurs couleurs peuvent même les aider à capturer la lumière du soleil afin de rester au chaud, ou à réfléchir la lumière du soleil pour les maintenir au frais.

3- Certains insectes ne sont pas vraiment des insectes

La classification scientifique des arthropodes est en constante évolution, car les entomologistes et les taxonomistes acquièrent de nouvelles connaissances et réévaluent les relations entre les organismes. Récemment, les chercheurs ont fait des découvertes qui les ont amenés à reclasser plusieurs arthropodes à six pattes, qui étaient auparavant considérés comme des insectes. Trois ordres qui faisaient partie de la classe Insecta ont été reclassés en tant qu’hexapodes entonnâtes.

Les trois ordres reclassifiés, à savoir Protura, Collembola et Diplura, sont désormais reconnus comme distincts des insectes. Malgré le fait qu’ils partagent la caractéristique d’avoir six pattes, ils possèdent d’autres traits morphologiques qui les différencient des véritables insectes. L’un des traits communs les plus significatifs est la présence de pièces buccales cachées et rétractées dans la tête, appelées pièces buccales entonnâtes. Les collemboles ou collets sont les membres les plus connus de ces trois groupes d’arthropodes qui ne sont pas techniquement des insectes.

4- Ils sont apparus sur Terre il y a au moins 400 millions d’années

L’étude des restes fossilisés d’insectes nous donne un aperçu remarquable du passé lointain, remontant jusqu’à 400 millions d’années. C’est au cours de la période dévonienne, qui a vu la croissance des forêts, que les insectes ont fait leur première apparition. Bien que les preuves fossiles directes d’insectes antérieurs à cette période soient rares, nous avons trouvé des plantes fossilisées de cette période qui laissent voir qu’elles étaient consommées par des insectes ou des acariens.

La période du Carbonifère a vu une explosion de la diversité et de l’abondance des insectes, avec de véritables punaises, des cafards, des libellules et des éphémères. Ces insectes anciens n’étaient pas petits, tant s’en faut. Le griffon, un prédécesseur de la libellule, pouvait atteindre une envergure de 28 pouces, ce qui en faisait le plus grand insecte connu de l’époque.

5- Les insectes ont tous les mêmes pièces buccales de base, mais les utilisent différemment

Les insectes présentent une remarquable diversité de structures de pièces buccales, toutes formées à partir des mêmes structures de base. Le labrum et le labium correspondent respectivement aux lèvres supérieure et inférieure. L’hypopharynx est une projection en forme de langue et les mandibules font office de mâchoires. Enfin, les maxillaires remplissent de multiples fonctions, comme goûter, mâcher et saisir la nourriture.

Cette structure donne un aperçu du régime alimentaire d’un insecte et peut être utilisée pour identifier son ordre taxonomique. Par exemple, les vraies punaises et les insectes se nourrissant de sève ont des pièces buccales qui percent et sucent, tandis que les moustiques se sont adaptés pour se nourrir de sang grâce à leur trompe spécialisée. Les papillons et les mites, quant à eux, ont une trompe en forme de paille pour boire efficacement les liquides, tandis que les coléoptères, les sauterelles, les termites et les phasmes ont des pièces buccales à mâcher.

6- Certains établissent des relations et s’occupent même de leurs petits

Malgré que les insectes soient souvent considérés comme des créatures solitaires, incapables de liens sociaux, il existe en fait de nombreux exemples d’insectes qui font preuve de soins parentaux. Il y en a même quelques cas de couples mâle-femelle qui s’occupent de leurs petits. Dans les cas les plus simples de soins parentaux chez les insectes, une mère insecte protège sa progéniture pendant son développement. Par exemple, certaines mères de punaises puantes gardent leurs œufs jusqu’à éclosion et restent même avec les jeunes nymphes pour les protéger des prédateurs.

Quant aux pères des punaises d’eau géantes, ils portent leurs œufs sur leur dos, les gardant oxygénés et hydratés. Cependant, l’exemple le plus remarquable de relations entre insectes est celui des coléoptères boss qui forment des unités familiales où les deux parents travaillent ensemble pour élever leurs petits. Ces coléoptères ont développé leur propre système de communication sophistiqué, utilisant des couinements pour communiquer entre eux.

7- Les insectes gouvernent le monde

Les insectes sont les ultimes colonisateurs de la planète. Ils habitent pratiquement tous les coins du monde, des étendues glacées aux profondeurs torrides des jungles tropicales, des déserts arides à la surface des océans. Les insectes se sont adaptés pour prospérer dans des environnements allant des profondeurs sans lumière des grottes à l’air raréfié des hauts sommets. Outre leur impressionnante capacité d’adaptation, les insectes sont les décomposeurs les plus efficaces de la planète, décomposant un large éventail de matières organiques, notamment les carcasses, les excréments et les troncs d’arbres.

Ils jouent également un rôle essentiel dans la lutte contre les mauvaises herbes, la destruction des parasites et la pollinisation des cultures et des autres plantes à fleurs. S’ils peuvent être porteurs de virus, de bactéries et de protozoaires nuisibles, ils ont aussi des rôles bénéfiques, comme la culture des champignons et la dispersion des graines. On sait même que les insectes aident à contrôler les populations d’animaux plus gros en leur transmettant des maladies ou en consommant leur sang.

8- Les insectes peuvent hiberner

Les insectes ne disparaissent pas vraiment pendant l’hiver, car certains peuvent migrer vers des régions plus chaudes, tandis que d’autres cherchent un abri pour supporter le froid. Cependant, un nombre important d’insectes entrent dans un état proche de l’hibernation, appelé diapause. Durant la diapause, ces insectes entrent dans un état de sommeil profond où leurs processus métaboliques ralentissent considérablement. Ce processus est similaire à celui de l’hibernation des ours et d’autres animaux. Durant cette période, l’insecte compte sur l’énergie stockée pour survivre, ce qui peut durer jusqu’à un an pour certaines espèces. Lorsque les températures augmentent avec l’arrivée du printemps, les insectes se réveillent de leur sommeil.

9- Libellules et demoiselles

Les libellules et les demoiselles sont souvent confondues les unes avec les autres en raison de leur apparence similaire, mais il s’agit en fait de deux espèces distinctes au sein de l’ordre des insectes Odonates. Les libellules appartiennent à la sous-espèce Anisoptère, tandis que les demoiselles font partie de la sous-espèce Zygoptère. Les libellules sont généralement plus grandes et plus trapues, tandis que les demoiselles ont un physique plus délicat et plus fin. Malgré la difficulté de les différencier lorsqu’elles sont en vol, il existe des caractéristiques distinctes qui les distinguent lorsqu’elles sont au repos. Les libellules se reposent avec leurs ailes perpendiculaires à leur corps, tandis que les demoiselles tiennent leurs ailes ensemble, parallèles à leur corps.

10- Les abeilles font un nid-d’abeilles mathématiquement parfait

Les abeilles sont de remarquables bâtisseuses, capables de créer des structures hexagonales avec une précision quasi parfaite. Les bords de chaque hexagone ont une épaisseur d’environ 0,1 mm et sont disposés selon un angle exact de 120°. Il s’agit donc d’une prouesse géométrique à la fois impressionnante et efficace pour le stockage du miel et d’autres ressources de la ruche. Les hexagones peuvent s’emboîter les uns dans les autres sans laisser de vide, et ils partagent leurs parois pour former une structure solide et peu encombrante. Grâce à l’incroyable capacité des abeilles à utiliser leur cire avec précision, ces structures ne gaspillent aucun matériau et offrent un espace de stockage suffisant pour leurs précieuses ressources.

11- Les tiques peuvent changer de taille de manière significative

Les tiques sont des ectoparasites qui dépendent des repas sanguins de divers mammifères pour survivre. Si l’idée que ces archnides se nourrissent du sang de leurs hôtes est déjà troublante, leur comportement lorsqu’elles sont engorgées est encore plus inquiétant. Plutôt que de se nourrir à la taille de leur propre corps, les tiques peuvent se dilater et se gonfler à la taille de leur repas, ce qui les fait gonfler en taille. Par exemple, une tique qui a généralement la taille d’un grain de riz peut atteindre la taille d’une bille lorsqu’elle est complètement engorgée.

12- Les pucerons naissent enceintes

Les pucerons sont de minuscules insectes au corps mou qui se regroupent souvent sur les plantes pour se nourrir. Contrairement à de nombreux autres insectes, les nymphes éclosent des œufs et naissent vivantes du corps de leur mère. Ce qui est encore plus inhabituel, c’est que toutes les nymphes naissent comme des femelles enceintes, car elles sont capables de se reproduire sans avoir besoin de mâles. Dès l’âge de dix jours, ces petites créatures donnent fréquemment naissance, un exploit remarquable qui contraste fortement avec la façon dont les humains se reproduisent.