Top 11 des faits fascinants sur le feu

0
1

Depuis l’aube de notre histoire, le feu a joué un rôle essentiel dans la civilisation humaine. C’est une arme à double tranchant qui peut soit nous apporter de la chaleur et favoriser notre progrès, soit faire des ravages et tout décimer sur son passage. En France, les incendies font environ 3 500 victimes par an, ce qui en fait une expérience bien trop familière pour toute personne y vivant. Cependant, malgré notre connaissance intime de la nature du feu, celui-ci continue de nous étonner par ses nombreuses merveilles. Ces onze faits intrigants sur le feu, qui englobent à la fois des aspects scientifiques et culturels, ne manqueront pas d’enflammer votre imagination.

1- Le feu sans gravité est une sphère

Sous l’effet de la gravité constante de la Terre, la flamme d’une bougie prend la forme d’une goutte d’eau en raison des variations de la poussée de l’air dues aux fluctuations de température. L’air plus chaud et plus léger s’élève, entraînant avec lui l’air plus froid, et façonnant ainsi la flamme. C’est ce même processus qui fait que les substances plus lourdes s’immergent aux fonds de l’eau et que l’huile monte à la surface.

Cependant, dans la microgravité de la Station spatiale internationale, l’huile ne se sépare pas de l’eau, et les sédiments dans l’eau se dispersent uniformément au lieu de couler. De plus, la flamme d’une bougie dans l’espace ne prend pas la forme d’une goutte d’eau comme sur Terre. Elle forme plutôt une sphère de feu bleu vif qui brûle à des températures beaucoup plus basses et pendant des périodes beaucoup plus longues. Ces feux « froids » ne produisent ni suie, ni CO2, ni eau.

Cette propriété unique de la microgravité permet aux feux de brûler à des températures basses et pendant un long moment que sur Terre. Ce qui pourrait avoir des applications économes en carburant si on le reproduisait sur Terre. Dans l’espace, ces feux laissent l’oxygène venir à eux, au lieu de s’agiter dans toutes les directions pour en trouver. Contrairement aux flammes que nous voyons sur Terre, le feu de l’espace n’a pas de flammes visibles, mais il produit une sphère de lumière bleu constante et brillante.

2- Les feux de forêt créent leur propre climat

Les feux de forêt peuvent avoir un impact important sur l’atmosphère, en particulier lorsqu’ils atteignent des dimensions considérables. La chaleur générée par un grand feu de forêt peut entraîner une élévation rapide de l’air, créant ce que l’on appelle une instabilité atmosphérique. Cette instabilité peut conduire à la formation de nuages pyrocumulus, qui peuvent être le signe d’un incendie important et intense.

Les nuages pyrocumulus sont similaires aux nuages d’orage, mais ils sont formés par la chaleur générée par un incendie plutôt que par la chaleur du soleil. Ces nuages peuvent être très dangereux, car ils peuvent provoquer des éclairs, des vents forts et erratiques qui peuvent rendre difficile la maîtrise de l’incendie par les pompiers.

Dans certains cas, les pyrocumulus peuvent également produire de la pluie, ce qui peut contribuer à éteindre l’incendie. Toutefois, cette pluie peut être accompagnée de vents forts qui peuvent attiser les flammes, rendant encore plus difficile le contrôle de l’incendie. Outre les pyrocumulus, les feux de forêt peuvent également créer un phénomène appelé pyrocumulonimbus. Il s’agit essentiellement d’un orage généré par le feu, qui peut produire des éclairs, des vents violents et même des tornades.

L’impact des feux de forêt sur l’atmosphère est important et peut avoir des conséquences considérables. La fumée et les cendres générées par un grand incendie peuvent avoir un impact majeur sur la qualité de l’air, et le dioxyde de carbone libéré par le feu peut contribuer au changement climatique. Il est donc important de prendre des mesures pour prévenir les incendies de forêt et pour contenir rapidement ceux qui se déclarent.

3- Le feu de forêt le plus meurtrier est relativement peu connu

L’année 1871 a été catastrophique pour les États-Unis en raison de plusieurs incendies dévastateurs. L’un d’entre eux a eu lieu à Chicago, où un gigantesque incendie s’est produit entre le 8 et le 10 octobre. Ce malheureux événement a entraîné la perte de 300 vies et des dommages d’une valeur de 200 millions de dollars. Il a déclenché une vague d’anarchie et de pillage, qui a incité le gouvernement à imposer la loi martiale dans les zones touchées pendant plusieurs semaines.

Le grand incendie de Chicago a attiré l’attention des médias et a stimulé la croissance économique pendant la phase de reconstruction de la ville. La catastrophe a conduit à la mise en place de mesures de sécurité incendie sur lesquelles les hommes politiques ont même fait campagne.

Bien que le grand incendie de Chicago ait été catastrophique, il n’est rien en comparaison de l’incendie de Peshtigo qui a éclaté le même jour. Les terres agricoles du Wisconsin, frappées par la sécheresse, ont été le théâtre de l’incendie qui s’est propagé sur une superficie impressionnante de 1,2 million d’hectares. L’incendie a ravagé la ville voisine de Peshtigo et a coûté la vie à environ 1 200 à 1 500 personnes, soit quatre fois plus que le grand incendie de Chicago.

Selon Debra Anderson, archiviste au centre de recherche de la région de l’université du Wisconsin-Green Bay, l’impact de l’incendie de Peshtigo sur la vie des gens était vraiment étonnant. L’ampleur de la dévastation était si énorme que certains ont cru qu’elle marquait la fin du monde. Même si l’incendie de Chicago a bénéficié d’une plus grande couverture médiatique et est plus connu, l’incendie de Peshtigo a fait disparaître des villes entières.

4- Le feu, c’est de l’art

Le peintre Steven Spazuk a eu l’idée d’utiliser le feu comme outil artistique après avoir fait un rêve. Bien que sa première tentative ait laissé sa toile calcinée, il a refusé d’abandonner. Il a continué à affiner sa technique en expérimentant des matériaux plus résistants au feu, des pinceaux variés et différents vernis et mastics, jusqu’à ce qu’il réalise enfin son rêve de créer de l’art du feu ou « fumage ».

Le processus artistique de Spazuk commence par l’utilisation d’une flamme pour appliquer de la suie sur une toile en carton blanc. La réaction de la flamme au déplacement d’air ne peut être contrôlée, mais il la guide pour créer les formes qu’il désire. Il laisse souvent la flamme créer ses propres formes magiques.

Une fois la suie formée, il la sculpte en une image reconnaissable à l’aide de pinceaux peu orthodoxes. La boîte à outils de Spazuk comprend des plumes, des cordes effilochées et même un pinceau fabriqué à partir des cheveux de sa femme, qu’elle a perdus pendant une chimiothérapie. Il a utilisé cette brosse pour peindre son portrait, démontrant ainsi sa capacité à créer des œuvres d’art chargées d’émotion et profondément personnelles.

5- Le feu est au cœur du culte zoroastrien

Le zoroastrisme compte entre 100 000 et 200 000 adeptes dans le monde, qui réside dans divers pays comme l’Iran et l’Inde. Pour eux, le feu est une représentation des caractéristiques spirituelles présentes dans chaque personne, telles que l’équité, la justice, l’honnêteté, la bienfaisance et l’ordre. Ensemble, ces qualités sont appelées « asha ».

Pendant la prière, les croyants font face à une source de lumière, comme le soleil, un feu de bois, une lanterne à huile ou l’un des feux éternels présents dans leurs lieux de culte, appelés temples du feu. Ces feux sont allumés avec un combustible pur pour représenter la pureté d’asha à l’intérieur des personnes. De la même manière que les individus peuvent maintenir une pureté morale en pensant positivement, le feu reste pur s’il est alimenté par des sources propres et pures.

Le zoroastrisme croit qu’il existe cinq types de feu dans l’univers. Ils se trouvent dans la matière non vivante, les êtres vivants, les plantes, les nuages et les flammes et sont tous des vestiges du feu originel qui a créé l’univers, comme le croient les zoroastriens. Même si le feu joue un rôle important dans leur religion, ils ne vénèrent pas le feu lui-même, contrairement aux croyances communes. Le feu est plutôt un outil et un symbole utilisé par Dieu pour créer et maintenir l’univers et toute sa vie.

6- Le feu n’est pas seulement orange

Les incendies peuvent produire une variété de couleurs en fonction de la température et du type de combustible brûlé. Généralement, les feux brûlent entre 590 et 1 200 degrés Celsius (1 100 à 2 200 °F), ce qui donne une flamme orange. Celle-ci est due à l’échappement d’une partie du carbone du combustible, qui se mélange au feu et est éclairé par sa lumière.

Cependant, à des températures plus élevées, de 1 260 à 1 650 degrés Celsius (2 300 à 3 000 °F), tout le carbone est consommé, ce qui donne une flamme bleu clair brillante. Outre le carbone, d’autres produits chimiques ou composés présents dans le combustible peuvent également produire des couleurs différentes.

Par exemple, les particules de cuivre produisent une lumière verte, tandis que le chlorure de lithium crée une flamme rose, le chlorure de strontium produit du rouge et le chlorure de potassium du violet. Par conséquent, une gamme de couleurs est possible en fonction du type de combustible brûlé.

7- Les flammes peuvent être provoquées par la glace

Le feu et la glace sont souvent considérés comme des opposés complets, mais ils peuvent en fait être utilisés ensemble pour réaliser un exploit remarquable. Dans la nature, être bloqué dans le froid peut mettre sa vie en danger, mais certains experts en survie ont trouvé un moyen d’utiliser la glace pour allumer un feu. En découpant un morceau de glace circulaire avec un couteau, puis en le polissant avec la chaleur de leurs mains, ils peuvent créer une lentille de glace qui agit comme une loupe.

Lorsque le soleil brille à travers cette lentille, il se concentre en un faisceau étroit qui chauffe l’amadou sec et déclenche un feu. Sauf que cette technique demande de la patience et de l’habileté. Toutefois, c’est une façon intelligente d’utiliser l’une des ressources les plus inattendues de la nature pour allumer un feu dans une situation d’urgence.

8- L’eucalyptus adore le feu

Les feux de forêt constituent une menace récurrente pour les écosystèmes. Chaque année, 67 000 incendies se déclarent dans le monde, brûlant plus de sept millions d’hectares de terres. Si le feu est un ennemi redoutable pour la plupart des plantes et des arbres, il existe une espèce qui non seulement y survit, mais l’encourage activement : l’eucalyptus. Originaire d’Australie et atteignant jusqu’à 55 mètres de haut, cet arbre a été conçu pour le feu au cours de l’évolution.

Ses feuilles mortes forment une couche inflammable, et son écorce se détache en longues bandes qui créent un chemin facile pour les flammes qui montent dans ses branches. Les feux de cime, qui brûlent les parties supérieures des arbres, sont fréquents dans les forêts d’eucalyptus en raison de la nature huileuse de l’arbre, ce qui lui vaut le surnom d’« arbre à essence ».

Mais pourquoi un arbre serait-il conçu pour prospérer dans le feu ? Les capsules des graines d’eucalyptus sont parfaitement adaptées pour s’ouvrir dans un brasier, et le sol riche en cendres qui en résultent offre des conditions optimales pour que les graines de l’arbre se développent rapidement. En fait, après l’incendie d’une colline, l’eucalyptus devient souvent l’espèce dominante, supplantant tout le reste.

9- Les lance-flammes existent depuis l’Antiquité

L’utilisation du feu comme arme de guerre a une histoire longue et complexe. Cette pratique remonte au moins à 3500 avant J.-C., lorsque des villages de Mésopotamie étaient intentionnellement brûlés lors de conflits. Certains associent l’utilisation du feu comme arme de guerre soit généralement associée à l’époque moderne, comme l’introduction par l’armée allemande de lance-flammes pendant la Première Guerre mondiale. Mais ils ignorent que les armes conçues pour projeter des liquides brûlants sur de longues distances sont utilisées depuis l’Antiquité.

L’une de ces armes est le « feu grégeois », inventé par un inventeur de langue grecque nommé Callinicus d’Héliopolis sous le règne de l’empereur byzantin Constantin IV au VIIe siècle. Le feu grégeois était une arme portative capable d’enflammer et de lancer un composé brûlant spécial, qui s’est avérée très efficace pour la défense de l’Empire byzantin pendant des centaines d’années. L’empereur Romanos II a même déclaré qu’il ne devait jamais tomber entre des mains étrangères, tout comme les insignes impériaux byzantins et la princesse royale.

À l’origine, le feu grégeois était surtout utilisé dans les combats navals pour brûler les navires ennemis, car il ne pouvait pas être éteint avec de l’eau, et il était très efficace contre l’eau. Au fil du temps, des pompes portables ont été développées. Elles pouvaient être utilisées pendant les sièges pour défendre une ville ou contre elle. L’utilisation du feu grec était si dévastatrice que les Rusii, à la vue des flammes, préféraient être noyés dans l’eau plutôt que brûlée vive.

Si l’utilisation du feu comme arme de guerre est indéniablement efficace, elle a également de graves conséquences. Le pouvoir destructeur du feu peut avoir des conséquences dévastatrices, non seulement pour l’ennemi visé, mais aussi pour l’environnement et les civils innocents pris entre deux feux.

10- Le feu est utilisé comme remède

Selon les estimations de 2020, la médecine traditionnelle chinoise est une industrie substantielle évaluée à 84 milliards de dollars. Parmi ses diverses pratiques, comme l’acupuncture et les ventouses, elle utilise des ingrédients non conventionnels comme le champignon de la chenille et le gecko séché. Cependant, ces derniers temps, une forme particulière de traitement a suscité une attention accrue : la « thérapie par le feu ».

Ce traitement est censé soulager les affections chroniques, réduire les rides et redonner de la vigueur à la jeunesse en équilibrant les éléments « chauds » et « froids » dans le corps d’une personne, selon le folklore chinois. Il s’agit d’utiliser une pâte à base de plantes, une serviette imbibée d’alcool et un briquet pour allumer un feu contrôlé à certains points de pression. Zhang Fenghao, un éminent thérapeute par le feu en Chine, estime que « la thérapie par le feu est la solution pour le monde » et qu’elle pourrait révolutionner la médecine.

Cependant, la thérapie par le feu n’a pas été certifiée par des revues médicales ou ne dispose pas de preuves empiriques pour étayer ses prétendus bienfaits pour la santé, et elle est également dangereuse.

11- Le grand incendie de Hinckley

L’incendie de Hinckley de 1894 est un feu de forêt dévastateur qui a balayé la ville de Hinckley, dans le Minnesota, et ses environs. Le feu a été alimenté par du bois sec provenant de la Brennan Lumber Company et d’autres sources, ainsi que par des conditions de sécheresse et des vents forts. Le feu a brûlé pendant plusieurs jours, détruisant plusieurs villes et causant la mort de plus de 400 personnes.

De nombreuses personnes se sont réfugiées dans les champs et les rivières voisins pour échapper au feu, tandis que d’autres ont été secourues par des trains envoyés dans la région. L’agent du télégraphe, Tommy Dunn, est resté sur place pour surveiller les communications et envoyer des messages d’aide, alors même que le feu se rapprochait de la ville. Malheureusement, il a péri dans l’incendie.

L’incendie de Hinckley de 1894 est un événement tragique qui a eu un impact important sur la ville et ses environs. Il a conduit à des changements dans la manière de gérer et de combattre les incendies de forêt, ainsi qu’à des améliorations dans les systèmes de communication et d’alerte pour aider à prévenir de futures catastrophes.