Home Le magazine Top 10 des plus anciennes langues du monde

Top 10 des plus anciennes langues du monde

0
Top 10 des plus anciennes langues du monde

Pour faciliter la cohabitation, les humains doivent communiquer entre eux. Ainsi, depuis des siècles, les langues existent. Propres à chaque peuple ou communes à plusieurs peuples, elles permettent de comprendre ce qu’exprime chaque individu. Alors que d’autres sont récentes et plus facilement connues, certaines par contre sont très anciennes et très peu connues. Cet article se propose de vous présenter les 10 plus anciennes langues du monde.

10. Arabe (328 ans avant Jésus-Christ)

Les origines de la langue de Saladin remontent jusqu’au début des années 300. L’arabe est originaire de la péninsule arabique qui la voit devenir la langue du coran et la langue liturgique de l’islam.

De nos jours, l’arabe est parlé par environ 375 millions de personnes. Son évolution au fil du temps s’est faite à partir d’une variante de la langue connue sous le nom de vieil arabe. Le premier exemple connu de la langue arabe vient de l’inscription de Namara. Cette inscription fut découverte en 1901 sur un rocher de basalte qui pourrait provenir d’une tombe. Cela a prouvé que les Romains et les Arabes se connaissaient au 4e siècle, ce qui était inconnu auparavant.

9. Langues mayas (292 ans avant Jésus-Christ)

Originaire de Mézo-Amérique, du Mexique, du Honduras et de Belize, la famille des langues mayas fait partie des plus anciennes au monde. Elle est parlée aujourd’hui par près de 5 millions de personnes. La langue maya se subdivise en 32 dialectes différents. Chacun d’eux peut être retracé jusqu’à l’original venant du troisième siècle. Selon les études, les langues mayas viennent d’une langue mère appelée proto-maya estimée vieille de près de 4000 ans. Cette langue était parlée par les ancêtres des Mayas classiques.

Le premier exemple de la langue maya fut trouvé sur les ruines de Tikal. Il s’agit d’une ville ancienne découverte dans la forêt tropicale du Guatemala. À l’intérieur du temple sur le site, on trouve de grands puits en pierre. L’un de ces puits appelés Stela 29 contient le plus ancien exemple connu de langue maya.

8. Sanskrit (100 ans avant Jésus-Christ)

Le sanskrit est une langue indo-européenne originaire de l’Inde, du Népal et du sous-continent indien. Il date d’environs le premier siècle de notre ère. Le premier exemple de sanskrit fut trouvé dans la ville d’Ayodhya, au sein de l’État indien d’Uttar Pradesh. Le sanskrit ancien fut néanmoins également trouvé dans d’autres états indiens, dont le Gujarat.

De nombreuses variantes du sanskrit existent. Pendant environ 2 000 ans, ce fut la langue principale de plusieurs régions de l’Asie du Sud-Est. Il est vrai que le sanskrit figure toujours sur la liste des langues officielles de l’Inde. Mais lors d’un recensement en 2001, seules 14 135 personnes l’ont indiqué comme langue officielle.

De nos jours, le sanskrit est utilisé dans certaines œuvres universitaires et dans certains colloques. De plus, dans les textes religieux hindous et bouddhistes, c’est la langue utilisée. Elle est à ce titre une langue liturgique culturelle. Dans l’État de l’Uttarakhand, elle fait partie des langues officielles.

7. Langue tamoule (500 ans avant Jésus-Christ)

Datant de 500 ans avant Jésus-Christ, la langue tamoule est parlée aujourd’hui par environ 70 millions de personnes. Originaire du sud de l’Inde, elle est toujours la langue principale du peuple tamoul. Elle est reconnue comme étant la langue officielle du Sri Lanka et de Singapour.

De toutes les langues indiennes, le tamoul est la seule reconnue par les locuteurs modernes à travers le temps. Par exemple, certaines personnes parlant le tamoul aujourd’hui pourraient lire d’anciens textes tamouls. Avec d’autres langues, elles se métamorphosent tellement au fil du temps que la langue serait méconnaissable.

Encore appelé Tamil, le tamoul fait partie de la famille des langues dravidiennes. C’est la langue officielle de l’État du nom de Tamil Nadu. Le développement du tamoul fait d’elle aujourd’hui la 20e langue la plus parlée au monde.

6. Latin (700 ans avant Jésus-Christ)

Le latin est originaire de l’Europe du Sud et de l’Empire romain. L’on pourrait croire que c’est une langue morte, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Sur le plan traditionnel, les gens voyaient le latin comme une langue sur papier, mais pas comme une langue parlée. Le Pape Benoît XVI a changé cela lorsqu’il a démissionné de son poste en s’exprimant en latin au cours de l’année 2013.

La plus ancienne forme de latin est le vieux latin. Mais vers l’an 75 avant Jésus-Christ, le latin classique, la forme la plus répandue aujourd’hui, était la langue commune. Le nombre exact de personnes qui parle une forme de latin dans les temps modernes ne peut être estimé. Néanmoins, il y a beaucoup d’amateurs de latin qui maintiennent la langue de Rome vivante.

Langue flexionnelle, le latin comporte sept cas, deux nombres et trois genres. L’alphabet latin provient des alphabets étrusque et grec. Enrichi de lettres supplémentaires et de signes diacritiques, il est utilisé par un bon nombre de langues vivantes. À l’époque classique, il comportait 23 lettres, dont 4 voyelles, 2 semi-voyelles et 17 consonnes.

L’expansion territoriale de la Rome antique assure au latin une large diffusion à partir du 3e siècle av. J.-C. Considéré comme langue officielle de l’Empire romain, elle se répand largement dans l’Europe occidentale, dans l’Afrique du Nord et dans l’Asie Mineure. Sous l’Empire, le latin représente la langue du droit, de l’administration romaine et de l’armée. Elle représente aussi la langue de nombreuses colonies romaines, coexistant avec le grec et les parlers locaux.

5. Araméen (900 ans avant Jésus-Christ)

L’araméen existe depuis plus de 3 000 ans et est parlé aujourd’hui par 450 000 personnes. Il tire son nom d’Aram qui représente une ancienne région du centre de la Syrie. Il est considéré comme une langue en voie de disparition, car ceux qui parlent encore cette langue sont pour la plupart très âgés.

Certaines formes d’araméen sont considérées comme « mortes » alors d’autres s’y rapprochent de plus en plus. L’araméen se présente sous plusieurs variétés modernes : le ma’alouléen, le mandéen moderne ou ratna, le touroyo et le soureth.

Pendant près de 3000 ans, l’araméen servait de langue administrative pour les empires ainsi que de langue pour les cultes. L’araméen est communément appelé « la langue biblique ». Selon les érudits, c’est la langue parlée par Jésus et ses disciples. Dans certaines Églises orientales, c’est la langue liturgique. La langue commune dans ces communautés est soit l’araméen ou une autre forme. Il faut aussi souligner que l’araméen moderne sert de première langue dans quelques petites communautés (juives, assyriens, chrétiens, etc.).

4. Chinois archaïque (1250 ans avant Jésus-Christ)

Originaire de Chine, le chinois archaïque ou vieux chinois est le précurseur du chinois moderne. Cette langue date d’il y a plus de 3 000 ans. La trace la plus ancienne connue du vieux chinois fut trouvée sur le site archéologique de l’ancienne ville de Yinxu.

Selon les chercheurs, il y avait environ 4 000 caractères différents dans cette langue. Seule la moitié d’entre eux ont été traduits avec sens. Les experts n’en savent malheureusement pas beaucoup sur la grammaire du vieux chinois. Cette langue est devenue le chinois moyen vers l’an 600 après Jésus-Christ.

3. Grec Mycénien (1600 ans avant Jésus-Christ)

Forme la plus ancienne de la langue grecque, le grec mycénien remonte au 16e siècle avant Jésus-Christ. Il est originaire des Balkans méridionaux et de la Grèce moderne. Il était parlé en Grèce continentale, à Chypre et en Crête entre le 16e siècle av. J.-C. et le 12e siècle av. J.-C. Le grec mycénien fut préservé sur des tablettes en linéaire B. Ces inscriptions ont été retrouvées sur plusieurs sites archéologiques (Pylos, Mycènes, Cnossos, Midéa, etc .).

Ces tables furent indéchiffrables jusqu’en 1952 où le philologue britannique Michael Ventris décode le linéaire B. Les textes qui furent trouvés sont principalement des listes et des inventaires. Cependant, il n’existe aucune littérature connue écrite en grec mycénien. L’utilisation de cette langue aurait pris fin lorsque la civilisation mycénienne est tombée. Après ces transcriptions, il en est déduit que le mycénien est du même groupe de dialectes que l’arcadochypriote.

2. Langue égyptienne (3300 ans avant Jésus-Christ)

La langue égyptienne est une langue afro-asiatique. Originaire de l’Égypte ancienne, elle est assez commune à tous grâce à l’utilisation des hiéroglyphes. Depuis de très nombreuses années, des équipes de linguistes la traduisent. Cela permet de bien comprendre la plupart des textes écrits dans cette langue.

La première phrase connue écrite en langue égyptienne fut trouvée dans une tombe. Elle remonte à 2690 ans avant Jésus-Christ. Cette langue a été parlée jusqu’au 17e siècle bien qu’avec le temps, l’écriture ait changé. Éteinte de nos jours, la langue a laissé place à la langue copte qui fut utilisée comme langue liturgique. Elle est à présent remplacée par l’arabe.

1. Langue sumérienne (3500 ans avant Jésus-Christ)

Datant d’au moins 3500 ans avant Jésus-Christ, la langue sumérienne est la plus ancienne du monde. La première preuve de l’existence de cette langue fut la tablette Kish qui a été trouvée en Irak. Le sumérien est très ancien, mais il n’a duré comme langue parlée que jusque vers 2000 ans avant Jésus-Christ. Cette langue était parlée en Basse Mésopotamie et était connue sous deux variétés : l’émegir et l’émesal. Jusqu’à présent, le sumérien n’a été rattaché à aucune famille de langues connues.

Il a ensuite été remplacé progressivement par l’akkadien vers le 20e siècle av. J.-C. Toutefois, le sumérien a continué d’exister jusqu’au 1er siècle av. J.-C. comme une langue sacrée utilisée pour des cérémonies en Mésopotamie. Avant le 19e siècle, le sumérien était inconnu du monde entier. Ce sont les archéologues qui ont commencé à trouver des traces de cette langue.