Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
36057323_s

Top 10 des plus anciennes écritures au monde

Seule et unique gardienne de la mémoire, l’écriture a toujours fasciné l’homme. Mais  quelle est la plus ancienne de toutes les écritures ? Vous pensez probablement aux hiéroglyphes…hélas, au risque de vous décevoir, les hiéroglyphes ne sont pas la plus ancienne des écritures. Alors quelle est cette écriture bien plus ancienne que les hiéroglyphes ? Ensemble, dévalons les dix prochaines marches à sa rencontre.

10. L’écriture maya, vers 300 avant Jésus-Christ

Les premières formes d’écriture d’Amérique Centrale sont apparues environ 1000 ans avant la naissance de Jésus-Christ. On compte sur la zone géographique de la Méso-Amérique (Amérique centrale) cinq systèmes d’écriture. De plusieurs de ces écritures précolombiennes existantes en Mésoamérique, celle qui semble avoir été la mieux développée, et qui a été entièrement déchiffrée, est l’écriture maya. L’écriture maya est un système décriture logosyllabique, c’est-à-dire à la fois logographique (un symbole — graphème — correspond à une notion — lemme) et syllabographique (un graphème correspond au son d’une syllabe). Elle servait à retranscrire l’ensemble des langues mayas. L’écriture était l’apanage d’une caste de scribes « Ah Tz’iib » faisant partie de la haute société. Seules deux autres castes dirigeantes y avaient accès : les prêtres et les chefs. Elle était inaccessible au reste de la population. La singularité de cette écriture s’appuyant sur deux modes de retranscription distincts jamais mélangés dans les autres écritures mondiales, a considérablement retardé son déchiffrement. Les premières inscriptions identifiables à cette écriture datent du IIIe siècle avant Jésus Christ, et l’écriture reste en usage continu jusqu’à peu de temps après l’arrivée des conquistadores espagnols au XVIe siècle. L’écriture maya utilise des logogrammes complétés par un ensemble de glyphes syllabiques, une combinaison similaire à l’écriture japonaise moderne.

9. L’alphabet grec, vers 770 ans avant Jésus-Christ.

L’écriture dans les civilisations gréco-romaines prend en compte, l’histoire de l’alphabet grec, qui commence au début du VIIIe siècle av. J.-C. Lorsque les Grecs adaptent l’alphabet phénicien à leur propre langue. Les lettres de l’alphabet grec sont plus ou moins les mêmes que celles de l’alphabet phénicien et les deux alphabets sont disposés dans le même ordre. L’adaptation depuis le système phénicien ajoute trois lettres à l’alphabet, appelées les « suppléments ». Plusieurs variétés d’alphabets grecs archaïques sont utilisées en fonction de la zone géographique. Après avoir d’abord écrit de droite à gauche, comme les Phéniciens, les Grecs choisissent finalement d’écrire de gauche à droite. Le grec est à son tour la source des écritures modernes européenne. Son descendant le plus répandu est l’alphabet latin, du nom des Latins. Les Romains avaient auparavant adopté l’écriture vers le Ve siècle av. J.-C. par le biais de la civilisation étrusque. Cependant, en raison de la domination culturelle de la République romaine, les écritures et la langue étrusque sont en grande partie perdues.

8. L’alphabet phénicien, vers 1050 avant Jésus-Christ

L’alphabet phénicien est l’alphabet protosinaïtique poursuivi jusqu’à l’âge du fer, traditionnellement pris comme commençant en 1050 avant Jésus-Christ. Cet alphabet donne naissance aux alphabets araméen et grec. Ceux-ci conduisent à leur tour aux systèmes d’écriture utilisés dans des régions allant de l’Asie occidentale à l’Afrique et à l’Europe. Pour sa part, l’alphabet grec introduit pour la première fois des symboles explicites pour les sons de voyelles. Les alphabets grec et latin donnent naissance dans les premiers siècles après Jésus-Christ à des runes et aux alphabets gothique et cyrillique. Quant à l’alphabet araméen, il a évolué vers les alphabets hébreux, arabes et syriaques. L’alphabet sudarabique à son tour, donne naissance à l’alphasyllabaire guèze. Certains linguistes pensent que les écritures brahmiques du sous-continent indien sont également dérivées de l’alphabet araméen.

7. L’écriture chinoise, vers 1200 avant Jésus-Christ

La première preuve confirmée découverte de l’écriture chinoise est un corps d’inscriptions sur des os oraculaire et du bronze datant de la fin de la dynastie Shang. Le plus ancien est daté d’environ 1200 avant Jésus-Christ. Des inscriptions sur des carapaces de tortue datant d’environ 6000 avant Jésus-Christ, comme l’écriture jiahu ou l’écriture Banpo, ont été découvertes, mais la question de savoir si les sculptures sont suffisamment complexes pour être qualifiées d’écriture reste en suspens. A Damaidi, dans la région autonome de Ningxia, 3172 sculptures sur les falaises datant de 6000 à 5000 av. J.-C. ont été découvertes, mettant en vedette 8453 personnages individuels, tels que le Soleil, la Lune, les étoiles, les dieux et des scènes de chasse ou de pâturage. Ces pictogrammes sont réputés similaires aux premiers caractères confirmés comme étant écrits en chinois. Si ceux-ci sont considérés comme une langue écrite, l’écriture en Chine précéderait le cunéiforme mésopotamien d’environ 2000 ans. Cependant, il est plus probable que les inscriptions soient plutôt une forme de protoécriture, similaire aux symboles Vinca en Europe.

6. Alphabets sémitiques anciens, vers 1800 avant Jésus-Christ

Les premiers alphabets étaient des alphabets consonantiques. Faisant la correspondance entre des symboles uniques à des phonèmes uniques, mais pas nécessairement chaque phonème à un symbole, ils émergent vers 1800 av. J.-C. dans l’Égypte antique. Ils sont probablement une représentation du langage développé par les travailleurs sémites en Égypte. Ces premiers alphabets restent d’une importance marginale pendant plusieurs siècles, et ce n’est que vers la fin de l’âge du bronze que l’alphabet protosinaïtique donne naissance à l’alphabet sudarabique (vers 1200 av. J.-C.). L’alphabet protosinaïtique aurait probablement été influencé d’une manière ou d’une autre par le syllabaire Byblos (non déchiffré) et a à son tour inspiré l’alphabet ougaritique (vers 1300 av. J.-C.).

5. Les hiéroglyphes crétois hiéroglyphes minoens, vers 2100 avant Jésus-Christ

Les hiéroglyphes crétois se trouvent sur des artefacts de Crète datant du début au milieu du IIe millénaire avant Jésus-Christ. Les hiéroglyphes crétois ou hiéroglyphes minoens sont une forme encore non déchiffrée d’écriture hiéroglyphique trouvée en Crète sur des artéfacts de l’âge du bronze récent, datant de la civilisation minoenne. Elle précède l’écriture en linéaire de deux ou trois siècles, mais elles sont utilisées en parallèle durant une partie de leur histoire.

4. L’écriture de l’Indus, 2500 avant Jésus-Christ

La brillante civilisation de l’Indus se développe entre 2500 et 2000 années avant la naissance de Jésus Christ. On la retrouve principalement autour de grands centres urbains tels que Harappa et Mohenjo-Daro. Cette écriture inconnue provenant d’une langue inconnue reste encore aujourd’hui une énigme pour les chercheurs. En effet, l’absence de textes plus complets ou d’une inscription bilingue empêche toute avancée majeure pour la compréhension de la langue. Aujourd’hui, l’on peut affirmer que cette langue se lit de droite à gauche comme l’arabe ou l’hébreu. Quand le sens de lecture se fait de la droite vers la gauche, on dit que ces langues ont un sens de lecture sinistroverse. L’écriture de l’Indus comprend environ 400 signes. On sait également qu’elle est de type logo-syllabique et qu’elle transcrit peut-être une langue dravidienne.

3. L’écriture proto-élamite, 3100 avant Jésus-Christ

Le proto-élamite ou l’écriture proto-élamite, est un système d’écriture associé à l’Élam antique, plus précisément la période proto-élamite vers 3100 avant Jésus-Christ. Même avant son récent déchiffrement, il était déjà considéré qu’elle transcrivait la langue élamite et qu’elle était l’ancêtre directe de l’écriture dite élamite linéaire, de nombreux signes se ressemblant. On pense qu’elle a évolué en élamite linéaire vers la fin du IIIe millénaire, pour être remplacée par l’élamite cunéiforme, écriture adoptée pour l’akkadien. De plus, selon François Desset, le proto-élamite serait aussi ancien que l’écriture hiéroglyphique égyptienne et que l’écriture cunéiforme notant le sumérien, ce qui en ferait une des trois plus anciennes écritures de l’histoire.

2. Les hiéroglyphes égyptiens, 3300 avant Jésus-Christ

L’écriture est très importante dans le maintien de la civilisation égyptienne, mais l’alphabétisation concerne uniquement une élite éduquée de scribes. Seules les personnes de classes supérieures de la société sont autorisées à suivre une formation de scribes, au service des autorités religieuses, pharaoniques et militaires. Selon Geoffrey Sampson, les hiéroglyphes égyptiens « sont apparus un peu après l’écriture sumérienne, et ont probablement été inventés sous l’influence de ces derniers ». Il ajoute qu’il est « probable que l’idée générale d’exprimer des mots d’une langue de manière écrite ait été apportée en Égypte de la Mésopotamie sumérienne ». Malgré l’importance des premières relations entre Égypte et Mésopotamie, le manque de preuves directes empêche de conclure de façon définitive quant à l’origine des hiéroglyphes dans l’Égypte ancienne. Au lieu de cela, il est souligné et soutenu que « les preuves d’une telle influence directe restent faibles » et qu’un « argument très crédible peut également être avancé en faveur du développement indépendant de l’écriture en Égypte ». Depuis les années 1990, les découvertes d’étiquettes dans la tombe de Scorpion Ier à Abydos, datées entre 3400 et 3200 avant Jésus Christ, pourraient remettre en cause la notion classique selon laquelle le système symbolique mésopotamien est antérieur à celui égyptien, bien que l’écriture égyptienne fasse une apparition soudaine à cette époque alors qu’au contraire la Mésopotamie possède une histoire évolutive d’utilisation des signes en jetons remontant à environ 8000 av. J.-C. Elles sont écrites sur de l’ivoire et sont probablement des étiquettes qui permettent de désigner d’autres biens trouvés dans les tombes.

1. L’écriture cunéiforme, l’écriture la plus ancienne du monde, 3300 avant Jésus-Christ

Cette écriture est née en Mésopotamie entre 3400 et 3300 avant Jésus-Christ. À cette époque la région est prospère et les autorités sont confrontées à des problématiques comptables pour faire état de l’ensemble des récoltes. À ce moment de l’histoire, il n’y a pas de papier, par contre l’argile est connue et utilisée pour fabriquer toute sorte d’objets du quotidien. Et c’est grâce au choix de ce support, les tablettes d’argile, que l’écriture cunéiforme se développa. On peut rectifier « autant de fois que nécessaire » avant de figer l’épreuve finale en passant la tablette au four. Mais c’est aussi grâce à ce support qui ne s’altère pas dans le temps que l’on a pu retrouver des traces de la toute première écriture de l’histoire de l’humanité. Enfin, l’écriture cunéiforme devint un système d’écriture à usage général pour les logogrammes, les syllabes et les nombres. Cette écriture est ensuite adaptée à l’akkadienne puis à d’autres, comme le hourrite et le hittite. Des écritures d’apparence similaire à ce système incluent l’alphabet ougaritique et le vieux perse.

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email
Commentaires