Les plus beaux arbres à floraison du monde

0
1

La nature est un ensemble de merveilles pas très souvent apprécié à sa juste valeur. Une fois que nous prenons le temps de la contempler, il se dévoile alors une vaste étendue d’une incroyable beauté. Les arbres font partie de cet ensemble, mais nous nous intéresserons uniquement aux arbres à floraison. Ce sont des espèces dotées d’une caractéristique assez impressionnante, à savoir celle de fleurir sur les branches, mais également sur le tronc. Elles se démarquent particulièrement des autres fleurs par ses diverses colorations, avec des tons qui varient selon les espèces. Ces fleurs occupent une grande partie de la branche à partir de la base. La floraison a lieu en mars/avril avant l’apparition des feuilles, ce qui vous permet de profiter d’un spectacle comme nul autre pareil. Nous vous avons préparé une petite sélection de quelques-uns de ces arbres à floraison. Profitez pour en apprendre plus sur la nature et ce qu’elle offre.

14 – Erable japonais

Erable japonais dans le jardin japonais de Portland

L’érable japonais est un arbre caducifolié, identifiable par son feuillage flamboyant. Aussi dénommé acer palmatum, ce nom vernaculaire lui est attribué à cause de la configuration de ses feuilles. En effet, ces dernières s’apparentent à une paume de main d’où le nom palma signifiant paume en latin.

Ce qui fait la splendeur de cet arbre, c’est son feuillage aux nuances diaprées, qui se dégrade du vert chartreuse à l’orange vif ou rouge pourpre, tel un tableau de couleurs. C’est ce qui en fait une identité remarquable. Sa silhouette lui permet de s’intégrer dans le paysage des jardins de villes ou les grandes terrasses. Il peut aussi être utilisé en décoration d’intérieur. Pour une déco à l’inspiration asiatique zen, l’érable en bonsaï est un excellent choix. Par contre pour sa culture en pot, il est préférable de l’arroser constamment, mais sans abondance. Aussi, en période de canicule, il faut bien le protéger, car le soleil ardent brûle ses feuilles.

13 – Le Jacaranda

Jacaranda mimosifolia, Civic Park Singleton

Appartenant à la famille des bignoniacées, le Jaracanda nous vient du Paraguay, de l’Uruguay, du Sud du Brésil et de l’Argentine. Cet arbre subtropical à la beauté admirable, mesure généralement 10 à 20 mètres de hauteur. Parées d’une somptueuse floraison mauve de mai à juillet, ses feuilles délicieusement parfumées lui donnent alors cette tenue distinguée. Ce magnifique arbre à l’apparence fastueuse, est autant présent dans les jardins qu’aux alentours des rues.

Son bois jaspé et suffisamment tendre captive les ébénistes et les sculpteurs. Ils l’exploitent d’ailleurs dans la construction des équipements tels que les pianos. Quant à l’eau extraite de cet arbre, elle détient une faculté antibiotique. En effet, elle se révèle être très réactive contre les bactéries comme les bacillus cereus, le Staphylococcus aureus et escherichia. Toutefois, pour une bonne croissance, il faut le semer en automne sur un sol exposé au soleil. Sans oublier de le protéger des vents.

12 – Le flamboyant

Le flamboyant de Madagascar, poinciana regia, delonix regia.

C’est une espèce qui provient certes de Madagascar, mais qui est autant présente en Afrique tropicale, aux Antilles et en Inde. Elle y retrouve des conditions climatiques adéquates pour sa croissance, surtout une chaleur idéale. Le Delonix regia de son nom originel offre une floraison fantaisiste. Un feuillage d’un rouge estival dont la grandeur s’élève sur un tronc lustré aux branches bâties en parasol. Ses grosses fleurs d’un mélange rouge et jaune le rendent juste magistral.

Cet arbre à ombrage et à l’apparence plumeuse possède des fleurs hermaphrodites. C’est un arbre ornemental qui peut très facilement atteindre 10 mètres de hauteur. Par contre, il n’aime pas le froid et a donc besoin de soleil et d’un coin à l’abri des vents pour aisément germer. Dans ses contrées d’origine, le bois dur aide à la fabrication des bateaux grâce à sa robustesse.

11 – Le mimosa

Acacia dealbata, mimosa d’hiver.

Communément baptisé sous l’appellation de mimosa d’hiver ou de fleuristes, l’acacia dealbata est une espèce de la famille des mimosoideae. Arbre à floraison hivernale, il est originaire de la partie Sud de l’Australie et peut atteindre 10 mètres de hauteur. Il est beaucoup apprécié pour son feuillage tenace, ses fleurs jaunes au délicat parfum qui viennent délicieusement fleurer vos lieux. Son aspect fuselé lui donne une allure élancée. Arbre décoratif, il peut donc être planté en pot pour les balcons ou les terrasses.

On lui attribue également la renommée de vite se développer et surtout si les conditions sont propices. Il suffit juste de prendre le cas de la Côte d’Azur où le mimosa s’est proprement acclimaté. Pour sa culture, le mimosa aime les sols riches et drainés. Le meilleur moment pour le planter, c’est en avril au printemps. Cette période lui permet dès lors un fort enracinement avant l’hiver.

10 – Le robinier

Robinier faux acacia à feuillage doré

Regroupé parmi les essences de bois les plus solides d’Europe, le robinier ou faux acacia est un arbre de la famille des fabacées. Natif des plaines d’Amérique du Nord, il tient son nom de Jean Robin. En fait, ce botaniste fut à l’origine de la présence des premières graines de cet arbre sur le sol français en 1601. Arbre gracieux au galbe épineux, il est fréquemment confondu au véritable acacia. Ce qui d’ailleurs compréhensible tant la ressemblance entre les deux est frappante. Cet arbre naturel sert d’ornement dans les parcs et les avenues, en raison de sa floraison fascinante et odoriférante. Ses fleurs mellifères, appréciées des abeilles, s’ouvrent de mai à juin et leur senteur est similaire à la fleur d’oranger.

Le robinier est aussi estimé pour la qualité de son bois qui est imputrescible et aussi résistant que du chêne. C’est la raison pour laquelle il est souvent adopté en substitut pour la création des aménagements d’extérieur.

09 – La glycine (wisteria)

Arbre wisteria de 200 ans au Japon

Réel émerveillement à chaque printemps, le wisteria est en réalité une liane de la famille des fabacées. Plante grimpante à la floraison sensationnelle, la glycine possède des fleurs caduques, aux multiples coloris (rose, bleu ou blanc). Tel un tableau peint par la nature, son amas de fleurs descend agréablement en grappes, et captive l’attention. Élément idéal pour un paysage idyllique, le wisteria peut atteindre 12 mètres de hauteur. Arbre à la fleur suave, et au nectar très apprécié des butineurs, on le cultive le long des façades ou des pergolas. En plus d’être un véritable camaïeu de couleurs, ses fleurs mauves sont dotées d’un parfum enchanteur.

Il est quasiment impossible de ne pas être saisi par autant de charme. Peu gourmand en espace dans les jardins, son feuillage servira d’abri contre les rayons du soleil en été. Malheureusement, il disparaîtra en automne.

08 – Le magnolia

Magnolia grandiflora au feuillage persistant.

Natif de l’Est de l’Asie et de l’Est de l’Amérique du Nord, le magnolia est une plante de la famille des magnoliacées. Il en existe plusieurs variétés qui se regroupent en deux catégories distinctes : les caducs et les persistants. Le magnolia à feuillage caduc est de petite taille. Il est qualifié de caduc pour la simple raison qu’il voit ses feuilles tomber complètement pendant une partie de l’année. Il peut variablement approcher les 5 ou 6 mètres de hauteur et sa floraison débute au printemps. Pour cette espèce, il est recommandé de la planter à l’aube de l’automne pour faciliter son enracinement avant l’hiver. Quant au magnolia persistant, les fleurs éclosent en été et on peut sans accroc le planter au printemps.

Dans l’ensemble, le magnolia est un arbre qui demande peu de soin lorsqu’il est bien mis en place. Parure naturelle pour un jardin, il l’illuminera durant une longue période. De surcroît, les parasites sont peu nombreux à l’assaillir.

07 – L’arbre de judée

Gercis Siliquastrum, arbre de Judée

De son nom botanique Cercis Siliquastrum, c’est un arbre originaire du Proche-Orient. Il captive autant à cause de sa floraison printanière qui a lieu d’avril en mai. D’après l’histoire, c’est sur cet arbre que Judas s’est pendu après sa traîtrise envers Jésus-Christ. D’où le nom ancien d’arbre de Judas qui connaît une déformation par la suite pour devenir arbre de Judée. Judée en raison de son affluence en Israël, dans l’ancienne Judée. Arbre attrayant au feuillage parsemé de couleur rose pourprée, il apporte une touche colorée aux espaces verts.

En plus de son apparence esthétique, il est d’utilité pratique pour les planteurs. En effet, l’arbre est exploité dans les vergers pour éloigner les psylles. Sa culture se fait au mieux de septembre à octobre. En supplément, il s’adapte très vite aux régions. Il peut en outre se développer sans encombre dans un milieu où la température est au-delà des -15° C, tout comme sur une terre sèche.

06 – Cerisier du Japon

Cerisier du Japon, abondante floraison au printemps

Plante provenant de l’Asie (Japon, Corée, Chine), il appartient à la famille des Rosacées. Arbre à la floraison printanière, sa beauté ne se résume pas uniquement à son aspect coloré. En effet, c’est aussi un arbre représentatif de la culture nippone. De même que certaines des espèces de notre collection, c’est un arbre au feuillage caduc. Sa taille varie entre 5 et 12 mètres, et son inflorescence en fascicule ébouriffant égaye l’arrivée du printemps. Avec une végétation généreuse sur des nuances allant du blanc au rose, on aime l’admirer.

Le cerisier du Japon comme tous les autres prunus sont des arbres délicats et faibles face aux attaques des champignons. Par ailleurs, il est indiqué de le planter à l’automne avant les premières gelées. Par contre, si on souhaite le planter pendant la saison hivernale, il est idéal de le faire en dehors des périodes de gel.

05 – Le lilas d’été

Lagerstroemia indiça, Lilas d’été, Lilas d’Inde.

D’apparence modeste, le lilas d’été possède de sublimes fleurs aux teintes étincelantes, qui s’ouvrent en plein milieu de l’été. Pour la petite anecdote sur son nom botanique Lagerstroemia, il lui vient tout simplement du savant botaniste suédois Carl Von Linné. Il avait baptisé cette fleur ainsi en dédicace à son ami et compatriote Magnus Von Lagerstroem. La meilleure propriété du Lilas est certainement sa floraison estivale épatante. En effet, il s’y forme d’abondantes grappes de fleurs aux colorations reluisantes pour un jardin lumineux. Le ton le plus courant pour ces fleurs est assurément le rose, néanmoins, on voit aussi des Lilas mauve, blanc et rouge.

Le charme de cet arbre se décline dès le printemps. Son feuillage d’un bon vert verni est déjà à lui seul une belle décoration. Le lilas d’été grandit dans tous les sols aérés et fertiles, avec du soleil et à l’abri du vent. On peut même l’étendre sur un mur pour donner un peu plus de cachet à la bâtisse. Sa plantation se fait idéalement en automne.

04 – Le cytise

Un tunnel de Cytise, Laburnum watereri vossii, Pays de Galles, Gwyned Conwy

À l’allure robuste et assez rustique, le cytise appartient à la famille des papilionacées. Il est d’ailleurs la seule espèce autochtone de ce regroupement à atteindre la hauteur d’un arbre, jusqu’à 10 mètres. Si vous appréciez la glycine, il en sera de même pour le cytise. Encore appelé glycine jaune, ils donnent tous deux des grappes pendantes aux fleurs abondamment fournies. Les siennes par contre sont d’une couleur jaune or et donne alors une ambiance chaleureuse et ensoleillée au jardin.

Arbre à la croissance rapide, il s’adapte à toutes les conditions. Cette particularité lui est bénéfique, car il trouve ainsi une place dans les jardins de villes malgré la pollution. Son bois délicat et son feuillage agréable appâtent les insectes pollinisateurs. Par contre, il faut se méfier de cette plante alcaloïde, car ses fleurs ont des propriétés toxiques. Une ingestion de ses gousses peut entraîner une intoxication à la cytisine.

03 – Le catalpa

Catalpa commun bignonioide

Dans la catégorie catalpa, on dénombre une dizaine de genres. Mais de tous ces types, le plus familier est le catalpa bignonioïde. Issu d’Amérique du Nord et d’Asie, il appartient à la branche des bignoniacées. C’est un arbre au développement accéléré montant de 3 à 15 mètres de haut. À la forme arrondie et d’un vert perçant, son feuillage caduc procure un ombrage dense et agréable pour les périodes chaudes. Il fleurit en été et produit d’énormes fleurs fabuleuses au ton blanc maculé de pourpre et de jaune. Ces dernières offrent des fruits tout aussi admirables. Vous avez donc droit à un assortiment très spectaculaire du printemps à l’automne.

La plantation du catalpa ne nécessite pas une grande attention. De style rustique au moins jusqu’à -20° C, il se sème dans toutes les régions sur divers types de sol. Il a juste besoin que le sol soit bien drainé et humide. Et une fois en maturité, il n’exige pas de soins spéciaux.

02 – Le Paulownia Tomentosa

Paulownia Tomentosa

Le Paulownia tomentosa ou arbre impérial est couramment confondu au catalpa. Cette similarité vient du fait que la forme de leurs feuilles soit d’une grande ressemblance. C’est un arbre dont la pousse est rapide. Rustique jusqu’au moins -15° C, son écorce est d’une texture polie. Son nom est l’œuvre de Philipp Franz Von Siebold qui l’a baptisé ainsi en hommage à Anna Pavlovna, reine des Pays-Bas.

D’une allure imposante avec de grandes feuilles et des fleurs d’une coloration remarquable, il forme une belle œuvre de la nature. Cultivé sur des terres à l’abandon, il aide à bloquer l’érosion. En plus de son côté esthétique comme ornement, il procure un bel ombrage. L’exposition idéale à sa semence est un temps ensoleillé et couvert de vents froids.

01 – Le saule pleureur

Saule pleureur en hiver

Le saule pleureur entre dans la catégorie des salicacées. Son nom scientifique Salix babylonica lui a été attribué par Carl Von Linné, qui pensait que c’était l’arbre mentionné dans la Bible au Psaume 137. Originaire d’Asie, le saule pleureur est non seulement imposant de par sa taille, mais aussi par ses fines branches tombantes. Un rideau de feuilles ondulant au moindre courant d’air. Elles sont d’ailleurs la raison de la dénomination « pleureur ». Ces différents attributs en font un arbre de décoration très convoité.

Le saule pleureur à besoin d’énormément d’eau pour sa croissance. Une plantation en bordure de rivière ou d’un étang est donc l’idéal pour son développement. Capable d’atteindre 15 à 20 mètres de hauteur, l’aspect de cet arbre a illuminé de nombreux artistes comme Monet.

Conclusion

En somme, voici cette sélection des plus beaux arbres à floraison, qui vous ouvrira les yeux sur d’autres espèces d’arbres existantes. Le monde est revêtu de tellement de ressources qui l’embellissent, et ces arbres en font partie. Comment ne pas être émerveillé devant autant de couleurs et de beauté ? Il faut l’admettre, la nature est une excellente pastelliste. Il révèle notre sens esthétique et nous transporte l’instant d’une seconde dans un monde tout simplement magique. Malgré le fait qu’ils soient innombrables, les arbres disparaissent un peu plus chaque année sous les coups de l’homme. Les arbres sont essentiels à la vie et rendent notre la terre encore plus belle, alors protégeons les. Il n’est jamais trop tard pour contribuer à replanter ces diverses espèces, pour un monde vert et bien meilleur.