10 grands scientifiques contre le vaccin COVID

0
336

Le vaccin anti-Covid est-il fiable ? Si plusieurs personnes s’accordent à répondre par l’affirmative, la liste de ceux qui déconseillent ce vaccin n’est pas moins longue. Dans le lot, on retrouve plusieurs scientifiques et de grands noms de la médecine moderne qui affichent ouvertement leur désapprobation contre ce vaccin. Certains soutiennent même qu’au lieu de régler des problèmes, ce vaccin en crée pour la santé de ceux qui le reçoivent. Doit-on se fier à leurs analyses ou non ? Quoi qu’il en soit, voici 10 grands scientifiques qui sont contre le vaccin COVID.

Professeur Luc Montagnier

L‘histoire du vaccin anti-covid est digne d’un film à rebondissements. Plusieurs informations sur le sujet apparaissent au jour le jour sur la toile à tel point qu’on se perd. Si toutefois vous souhaitez avoir des informations fiables sur cette injection, vous pouvez consulter le site https://www.letribunaldunet.fr.

À la tête des mouvements anti vaccin Covid, on retrouve le professeur Luc Montagnier. Il est le scientifique qui a découvert le virus du sida et cela lui a même valu un prix Nobel de médecine. Il affiche clairement son désaccord pour ce vaccin qu’il juge même dangereux pour la santé. Pour ce professionnel de la santé, les vaccins à ARN (comme Pfizer) sont susceptibles de donner le cancer à ceux qui les reçoivent.

Bien entendu, cette position du professeur n’est pas très bien perçue par ses pairs. D’ailleurs 99 % des scientifiques attestent que ses prévisions sont infondées. Pour ces derniers, Luc Montagnier est désormais un imposteur. Cela ne l’empêche pas toutefois de continuer à clamer haut et fort sa désapprobation pour ce vaccin, et ce, sur tous les médias.

Professeur Henri Joyeux

La position de Henri Joyeux face au vaccin anti-covid n’est pas vraiment surprenante. En effet, l’ancien cancérologue septuagénaire s’est toujours montré hostile aux vaccins, quels qu’ils soient. Par exemple, en 2017, il se retrouvait sur une même scène de théâtre que le professeur Luc Montagnier. Il y donna alors une conférence pour expliquer que les vaccins sont des poisons pour les enfants.

Si l’éminent professeur Henri Joyeux est très suivi et apprécié sur la toile, il n’en demeure pas moins qu’il est aussi l’objet de beaucoup de critiques de la part de ses collègues. Pour aller plus loin, l’ordre des médecins a même décidé de le radier.

Jusqu’ici, les discours du professeur sur le vaccin anti-covid restent assez évasifs. Il insiste sur des éléments contestables ou anecdotiques pour justifier son manque d’intérêt pour ce vaccin. Pour lui, il faut simplement avoir plus d’informations sur le vaccin avant de se convaincre de sa portée réelle.

Jean-Bertrand Fourtillan

Jean-Bertrand Fourtillan est un ancien pharmacien. Il est aussi l’un des opposants du vaccin anti-covid. Comme celle de Henri Joyeux, sa position n’est pas très surprenante. Par le passé, Fourtillan avait déjà mis au point un traitement à base d’une hormone. Il affirme avoir reçu une révélation divine qui lui a permis de réaliser ce traitement.

Pour ce genre de spécialistes, les maladies sont le résultat d’une mauvaise action ou une punition de Dieu. Comme d’autres professionnels de la santé, le pharmacien soutient que le sel d’aluminium contenu dans les vaccins est un élément dangereux pour la santé.

Les raisonnements de Jean-Bernard Fourtillan étant dans l’ensemble irrationnels, il a été admis en psychiatrie pour une thérapie. Aujourd’hui, il est en prison.

Alexandra Henrion Caude

Parmi les scientifiques qui sont contre le vaccin anti-covid, il n’y a pas que des hommes. On retrouve également Alexandra Henrion Caude. Elle est généticienne en service à l’INSERM (Institut de Recherche Médicale). Elle justifie sa position par sa conviction religieuse. En effet, Alexandra Henrion Caude est une catholique fervente. Comme telle, elle se revendique anti-PMA.

Vous vous en doutez, les raisonnements de la généticienne donnent généralement lieu à des controverses. D’ailleurs, plusieurs de ses collègues la désapprouvent. Pour preuve, Axel HKhan, son directeur de thèse a même dénoncé sa dérive complotiste. Alexandra Henrion Caude s’est en défendue. Ce qui donne du poids à son argumentation, comme à ceux qui ont la même vision qu’elle d’ailleurs, ce sont les réseaux sociaux. En effet, ses interventions sont très relayées parce qu’elles figurent parmi les influenceurs les plus suivis sur la toile. Plusieurs personnes se laissent facilement séduire par sa thèse, réfutant ainsi le vaccin anti-covid.

Cécile Andri

La docteure Cécile Andri est d’origine belge. Elle est spécialisée dans la médecine nutritionnelle, anti-âge et esthétique. Très active sur les médias sociaux, elle exerce sa profession à Lasne.

Elle est aujourd’hui catégorisée comme une opposante au vaccin anti-covid. Pour la spécialiste de santé, ce vaccin présente plusieurs effets secondaires et ne sécurise même pas celui qui le fait.

Dr Cécile Andri s’appuie sur une expérience personnelle qu’elle aurait réalisée avec sa patientèle. Entre autres effets indésirables, elle retient que ce vaccin est responsable des :

  • AVC ;
  • Zonas ;
  • modifications des cycles menstruels.

Pire, elle soutient que recevoir le vaccin ne vous immunise aucunement. Vous êtes autant exposé que ceux qui n’en ont pas reçu. En lieu et place du vaccin, la scientifique propose des alternatifs. Ceux-ci sont efficaces selon elle, mais restent en parfaite contradiction avec les connaissances scientifiques sur le coronavirus.

Philippe Saegesser

Membre de la société vaudoise de médecine, Philippe Saegesser est un docteur de renom. Il a fustigé les vaccins contre le covid. Au cours d’une conférence publique, il affichait clairement sa position face au vaccin comme plusieurs autres scientifiques. Il mettait formellement en garde les parents qui laissent faire le vaccin à leurs enfants. Pour lui, le vaccin expose davantage au risque de la contamination. Il ne faut donc pas le faire si on doit le croire.

Il est à noter que les vaccins développés contre la pandémie ont été conçus à la suite d’études scientifiques assez poussées. Celles-ci portent notamment sur l’hydroxychloroquine et la toxicité des vaccins. Le docteur Philippe Saegesser remet en cause ces connaissances et condamne même les méthodes utilisées par ces chercheurs.

Les propos de Philippe Saegesser ne sont pas appréciés par ses collègues. Pour preuve, il risque une sanction dans la Société vaudoise de médecine. Il passera alors devant la commission de déontologie qui décidera alors de la sanction. Pour ses paires, il a franchi la ligne rouge.

Astrid Stuckelberger

Elle est chercheuse d’origine suisse. Astrid Stuckelberger est aussi professeure à l’Université de Genève. C’est ainsi qu’elle se présente sur les médias sociaux. Pourtant, depuis 2016, elle n’est plus en fonction à l’Université de Genève. Ce que l’on conçoit, c’est que Astrid Stuckelberger est une spécialiste de la santé publique, de la gériatrie et du vieillissement.

Elle est assez active sur les réseaux sociaux et plusieurs de ses vidéos sont devenues très virales après publication. C’est le cas notamment de sa vidéo sur les vaccins et en particulier, celui contre le covid-19. Dans cette vidéo, on peut retenir comme informations :

  • les vaccins sont infectieux ;
  • les tests PCR sont invalides ;
  • injection de graphène par écouvillon.

Toutes les informations contenues dans cette vidéo sont en parfaite contradiction avec l’actualité scientifique liée au virus. Pourtant, Astrid Stuckelberger a cumulé plus d’un demi-million de vues en moins de deux mois. Cela témoigne bien de son influence sur les internautes.

Jean-Luc Addor

Il n’est pas un professionnel de la santé, mais il est plutôt un homme politique influent en Suisse. Il siège au conseil fédéral. Jean-Luc Addor figure dans ce comparatif parce qu’il n’a pas reçu le vaccin anti-covid comme ses pairs. Il s’appuie notamment sur les effets secondaires du vaccin pour justifier sa position.

Jean-Luc Addor remet en cause les contrats conclus avec les fabricants des vaccins contre le COVID-19. À ce propos, il demande : « Les contrats conclus avec les fabricants des vaccins contre le COVID-19 semblent comporter des clauses par lesquelles ceux-ci sont exonérés de toute responsabilité, notamment des suites des effets secondaires desdits vaccins. Ne doivent-elles pas être intégralement rendues publiques et si oui, quand le Conseil fédéral va-t-il le faire ? »

Il faut noter que la demande de Jean-Luc Addor est critiquée par plusieurs personnes, notamment les internautes. En effet, aucune loi, même celle de la transparence n’oblige le conseil fédéral à rendre publics, les contrats signés avec les fabricants des vaccins. Dans le même, d’autres personnes soutiennent les revendications du conseiller.

Serge Rader

Serge Rader était un célèbre pharmacien, mais aussi un acteur très actif du mouvement complotiste contre les vaccins covid-19. Figure respectable des anti-vaccins, il serait mort après avoir contracté le virus.

Avant son décès, Serge Rader avait publié plusieurs théories sur la vaccination en général et celle liée au coronavirus en particulier. Il était très proche des politiques de tous bords et il s’occupait spécialement de la médication du président du parti souverainiste Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan. Un documentaire complotiste à succès a été réalisé sur le Covid-19. Il est intitulé « Hold-up » et Serge Rader y a fait une apparition. Il est mort à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe à l’âge de 68 ans.

Avant son décès, Serge Rader a fait face à une succession de difficultés sanitaires. La première de la série, c’était une infection nosocomiale. Il s’en est suivi l’infection du coronavirus et son entrée dans le coma par suite. Après une semaine, il sort du coma, traité et guéri du covid-19. Cependant, il fait une crise cardiaque trois jours après puisque ses organes étaient déjà affaiblis par l’infection. Il faut le préciser, Serge Rader n’était pas vacciné contre le coronavirus.

Les causes du décès du pharmacien sont contestées par ses fanatiques. Pour ceux-là, il a purement et simplement été assassiné. Ces accusations étant infondées, elles n’ont eu aucune suite logique à ce jour.

Sherri Tenpenny

Cette sexagénaire d’origine américaine est celle que l’on peut appeler aujourd’hui, la reine des vaccino-sceptiques. Dixième et dernière de cette liste, Sherri Tenpenny a toujours affirmé son scepticisme face aux vaccins. Cependant, il ne lui aura fallu que la crise du Covid-19 pour mieux se faire connaître. Elle est auteure de toutes sortes de théories fausses sur le virus et ses vaccins.

Outre la notoriété, Sherri Tenpenny a aussi fait des gains financiers assez intéressants grâce à ses thèses complotistes. À tort ou à raison, elle est à ce jour, l’une des pires sources de désinformation sur le coronavirus.

Pour en venir à sa personne, Sherri Tenpenny est ostéopathe de formation. Elle exerce à Ohio dans l’État américain. Elle n’a jamais suivi un cours en épidémiologie. Pourtant, elle se revendique le droit de publier tout ce qui lui semble intéressant sur la pandémie. Elle s’appuie même sur des convictions religieuses comme plusieurs autres complotistes. Pour ceux-là, Dieu approuve le choix de ceux qui refusent le vaccin contre le covid-19. N’empêche qu’elle a aussi trouvé le moyen de rendre sa campagne de désinformation bien lucrative.

Retenez aussi pour finir qu’entre l’acceptation du vaccin et sa désapprobation, il y a les indécis. Dans cette catégorie, on retrouve 20 % de la population générale, dont des scientifiques.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here