10 façons de financer votre projet professionnel

0
25

Vous envisagez de développer un projet professionnel ou de lancer une entreprise ? Très rapidement, vous vous êtes rendu compte que ce travail requiert un financement. C’est le moment de découvrir les nombreuses sources de financement adaptées qui s’offrent à vous. Des aides publiques aux prêts passant par les business angels, chaque type de financement obéit à des règles précises. Découvrez donc 10 façons de financer votre projet professionnel.

10- Faire un emprunt bancaire

Pour financer un projet professionnel, l’emprunt bancaire reste un moyen intemporel qui s’offre à vous. En effet, toutes les banques disposent d’un crédit professionnel, que ce soit pour les professionnels de la santé, ou les entrepreneurs. Cependant, il faut reconnaître que la banque étant une entreprise privée, son but est de maximiser ses profits et de limiter les risques. Ainsi vous devez être vigilant vis-à-vis des actions à engager.

C’est à juste titre qu’intervient donc Loan Scouter, un moteur de comparaison financière qui vous permet de comparer les solutions de prêt pour tous vos besoins. Visitez LoanScouter afin de trouver le prêt le plus adapté à vous et à vos finances. Qui plus est, grâce à sa technologie, il associe les consommateurs et les prêteurs pour une meilleure adéquation possible.

Par ailleurs, avant de bénéficier d’un quelconque emprunt bancaire il faut présenter un plan d’affaire solide à travers une projection crédible et motivante et savoir vendre sa capacité à développer son projet.

9- Miser sur la love money

La love money est la collecte de fonds auprès de votre entourage. Il s’agit de l’argent que l’on peut trouver dans son cercle proche, c’est-à-dire auprès des membres de la famille, des amis et autres relations. C’est d’ailleurs la première idée qui vous traverse l’esprit quand vous recherchez des financements. Au cours de cette collecte, chacun apporte sa pierre à l’édifice pour que le projet soit un succès. De plus, ce capital de proximité est exonéré et exempt d’impôts afin de permettre au détenteur du projet d’augmenter son apport personnel et financer le début de son activité.

Dans le cadre familial, pour bénéficier de ce don, le bénéficiaire doit être émancipé ou majeur. Quant au donateur, il faut qu’il ait moins de 80 ans. De plus, le bénéficiaire doit être son enfant, son petit-enfant ou son arrière-petit enfant. Dans le cas où le donateur n’a pas de descendants, il s’agira donc d’un neveu ou d’une nièce. Bien qu’il peut y avoir des tensions dans son entourage, si l’entrepreneur gère mal les fonds, la love money demeure une bonne façon de récolter des fonds pour financer son projet professionnel.

8- Demander des prêts d’honneur

Si votre projet professionnel concerne une création ou une reprise d’entreprise, vous pouvez demander un prêt d’honneur. C’est un prêt sans garanties ni caution personnelle et sans intérêt qui s’inscrit en fonds propres. Il peut atteindre une somme de 90 000 euros pour un projet intéressant et innovant. Mais il faut noter que ce prêt est remboursable sur une période de 3 à 5 ans. Vous pouvez retrouver ce type de prêt auprès des structures spécialisées d’accompagnement comme Réseau Entreprendre, Initiative France ou encore l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie).

Néanmoins, vous êtes éligible au prêt d’honneur après passage devant un comité de sélection composé d’entrepreneurs, de banquiers et d’experts-comptables qui jugeront vous et votre projet. Le jeu en vaut la chandelle, car en plus d’être un financement, les prêts d’honneur apportent aussi un gain de crédibilité à votre projet pour faciliter l’obtention de financements bancaires. Initiative France, rassure que les prêts d’honneur ont un effet levier significatif, car pour 1 euro de prêt d’honneur, une banque traditionnelle accorderait 7,5 euros comme financement complémentaire.

7- Opter pour un financement participatif

Encore appelé crowdfunding, le financement participatif est un mode de financement qui vous permet de récolter des fonds auprès d’un large public afin de financer votre projet professionnel. Généralement accessible via des plateformes en ligne, ce financement peut prendre plusieurs formes. Il peut s’agir d’un prêt, d’un don ou d’une contribution en contrepartie d’un bien ou carrément sous forme d’investissement. Il faut noter que sur les fonds levés, une commission allant de 5 à 12 pour cent est prélevée.

Avant de vous tourner vers une plateforme de crowdfunding par prêt avec ou sans intérêt, il importe de vérifier son statut d’éligibilité. En outre, vous pouvez visiter la plateforme de financement participatif régulée par les autorités françaises pour identifier les sites disposant des statuts réglementés. Le crowdfunding vous permet de mobiliser diverses compétences pour une réussite de la campagne de collecte de fonds. En bref, c’est une façon de récolter d’importantes sommes pour son projet professionnel tout en limitant les risques.

6- Faire recours aux incubateurs

Les incubateurs sont des structures publiques ou privées qui vous accompagnent dans la réalisation de vos projets professionnels. À plus forte raison, ils appuient la création d’entreprise non seulement à travers des conseils, mais aussi vous aide à obtenir des financements auprès des investisseurs. Ainsi, ils vous mettent en relation avec des investisseurs passionnés de votre produit ou service.

Sur internet, il existe une multitude de plateformes qui proposent des annuaires d’incubateurs susceptibles d’accompagner avec succès votre projet. Toutefois, il faut noter que les incubateurs sont de diverses natures. Vous pouvez rencontrer des structures publiques ou privées ou parfois des entreprises de grande envergure.

5- Choyer les business angels

Les business angels sont des personnes physiques, généralement anciens cadres supérieurs ou entrepreneurs qui souhaitent investir dans des projets d’entreprises. Ils s’intéressent à votre projet du moment où celui-ci recèle un fort potentiel de croissance. Ces investisseurs providentiels disposent de moyens financiers pour faire décoller votre entreprise. En plus de financer des investissements jusqu’à hauteur de 500 000 euros, le business angels met à votre disposition son expérience et son carnet d’adresses.

Le business angel, pendant qu’il participe activement à la prise de décision dans l’entreprise, il préfère posséder la part minoritaire du capital de l’entreprise. Son objectif prioritaire est d’apporter une plus-value substantielle grâce à son investissement. Le business angel peut revendre sa participation dans un délai de 3 à 5 ans si les conditions sont réunies.

En conclusion un business angel, c’est quelqu’un qui obtient le droit de participer au capital du projet en compensation des fonds apportés et obtient une part dans les bénéfices comme tout actionnaire.

4- Solliciter des fonds d’investissement

En France, il existe une Association des investisseurs pour la croissance qui compte près de 300 fonds d’investissement. Ce sont des actionnaires professionnels qui participent de façon minoritaire ou majoritaire au capital dans des entreprises. Ils participent notamment à l’élaboration d’une stratégie attrayante et de long terme qui permet à l’entreprise de créer de la valeur pour tous. Au cours d’un partenariat qui dure environ 3 à 7 ans, les acteurs du capital-investissement déploient en moyenne 5 millions d’euros pour une entreprise.

Les activités du capital-investissement peuvent s’inscrire sous diverses formes :

  • un capital-innovation pour le financement des projets de nouvelles technologies ;
  • un capital-développement pour le financement d’une entreprise à forte croissance ;
  • un capital-transmission pour l’acquisition d’entreprise ; et
  • un capital-retournement pour le rachat d’une entreprise en difficulté.

3- Rechercher des microcrédits, des subventions et des aides

Ayant vu le jour spécifiquement dans l’intérêt d’aider les personnes qui rencontrent des difficultés d’accès aux prêts bancaires, le microcrédit supporte la création, la reprise ou la consolidation d’une entreprise. Son objectif principal est de porter aux détenteurs de projet, une aide durable qui leur permet de mettre leur projet en exécution et pérenniser leur propre emploi. Bien qu’il octroie des prêts allant jusqu’à 10 000 euros, il fournit aussi un suivi régulier au bénéficiaire sur le développement commercial et les démarches administratives pour l’exécution d’un projet. L’octroi s’articule autour des critères comme la motivation et l’expérience du porteur du projet, le chiffre d’affaires prévisionnel du projet, et la capacité de remboursement.

Quant aux subventions à la création d’entreprise, bien qu’elles soient longues et difficiles à obtenir, elles sont d’une grande importance dans la recherche d’investisseurs. Elles sont sous forme de crédit impôt-recherche ou de crédit-innovation, et proviennent du gouvernement ou des organismes spécialisés comme les fondations. Il faut noter que les subventions diffèrent selon les régions et départements.

Vous pouvez aussi trouver d’incroyables aides disponibles pour les porteurs de projet surtout les créateurs et repreneurs d’entreprises. Le site les-aides.fr met à votre disposition l’ensemble des outils vous permettant de connaître les dispositifs adaptés à vos besoins.

2- Participer à des concours

Un simple clic dans les moteurs de recherche et vous trouverez d’innombrables concours pour startup et porteurs de projet. En effet, des associations, des écoles, des fondations ou autres organisations d’entrepreneur proposent des concours réservés aux créateurs d’entreprises. Parfois destiné à des publics spécifiques comme les femmes entrepreneurs, les jeunes, il permet de tester son projet auprès d’un public expérimenté. Même si certains secteurs comme le numérique, l’écologie, le commerce sont privilégiés, un projet bien monté peut toujours séduire.

Au nombre des avantages qui découlent de ces concours, on peut énumérer :

  • la crédibilité et la notoriété qu’engendre l’exercice de présentation ;
  • la formation à l’art du pitch pour les entrepreneurs ;
  • les dotations financières ;
  • la rencontre des partenaires et investisseurs. 

1- Prioriser le financement personnel

business, people, finances, crisis and money saving concept – close up of businessman pouring coins from piggy bank at office

L’apport personnel dans le financement d’un projet personnel est l’une des méthodes de financement les plus faciles à mettre en place. Car, elle ne nécessite aucune demande extérieure. Il est important de savoir qu’en phase d’amorçage de votre projet, vous devez être à même de couvrir certains fonds en mettant la main dans votre poche. De plus, ce fonds minimum qui proviennent de vous constitue un atout pour établir un climat de confiance. Il convient de dire que le financement personnel est un gage de confiance pour les investisseurs, car vous prenez part au risque financier de votre projet.

Donc en plus de rendre le projet crédible auprès des éventuels futurs bailleurs, fournisseurs et partenaires, l’apport personnel vous challenge, puisque vous ne souhaitez pas perdre votre mise de départ. Du coup, ceci vous amène à trouver des solutions aux éventuels problèmes du projet et donc à vous surpasser afin que le projet soit un succès.