Home Actualités Comment fonctionnent les élections aux USA ?    

Comment fonctionnent les élections aux USA ?    

par Emmanuel

Les difficultés à comprendre le fonctionnement des élections aux USA sont aujourd’hui un point politique sur lequel la plupart des voix s’accordent. En effet, elles ne concernent pas seulement l’élection du président américain. Le scrutin doit également élire des milliers de fonctionnaires fédéraux, étatiques et locaux via un scrutin universel indirect. D’où la complexité d’une élection qui fait couler beaucoup d’encre et de salive aux acteurs des médias et aux citoyens américains. Elle suscite de la curiosité et focalise surtout l’attention des autres présidents et investisseurs du monde entier qui ont des intérêts dans ce pays multiracial. Découvrez ici tout ce que vous devez savoir sur le fonctionnement des élections aux États-Unis.

Qui peut se présenter à l’élection présidentielle américaine ?

Les conditions à remplir pour pouvoir se présenter aux élections américaines sont assez simples et respectueuses de la jeunesse et de la dimension raciale des États-Unis. En effet, la présentation à l’élection américaine est subordonnée au respect des exigences suivantes :

  • être citoyen américain de naissance ;
  • être âgé de 35 ans au moins ;
  • avoir vécu sur le sol des USA pendant un temps minimum de 14 ans ;
  • être officiellement investi par l’un des deux partis qui animent la vie politique des États-Unis (parti démocrate et parti républicain) à l’issue des élections primaires.

Il faut souligner que la dernière condition fait office de l’organisation des votes dans tous les Etats dès le début de l’année d’élection présidentielle. Ces votes commencent dans les États de l’Iowa et du New Hampshire et visent la désignation des « délégués » qui représentent un candidat. Ces derniers choisiront celui ou celle (candidat ou candidate) qui sera investir à la tête de chaque parti au cours des conventions nationales. Mais le nom des candidats investis est souvent connu déjà en mois de mars précédemment aux conventions. Pour cause, l’on sait par avance le nombre de délégués acquis à la vision de chaque candidat.

Que retenir de la campagne électorale ?

Elle commence toujours le premier week-end du mois de septembre qui précède le scrutin. C’est pendant cette période établie par la Constitution que les candidats de chaque parti politique déploient leurs machines de persuasion et de séduction pour convaincre des millions d’électeurs. Elles se traduisent par des publicités, des clips vidéo et affiches à l’effigie des candidats, des rassemblements et déplacements, des messages et discours politiques… Les candidats n’hésitent pas quelques fois à attaquer ouvertement leur adversaire pourvu que l’objectif d’amener la majorité de l’électorat à leur cause soit atteint.

Cependant, le dernier jour de la campagne électorale américaine peut influencer le vote à cause de certains évènements (conjoncturels) et sociaux. C’est le cas du Covid-19 avec ses conséquences économiques graves, des manifestations en faveur de la justice raciale et une liste infinie de critiques des décisions politiques saugrenues. Après tout ceci, le décor est alors lancé et les électeurs se trouvent mieux aguerris pour prendre la décision finale et choisir leur prochain président.

Quel est le mode du scrutin électoral américain et pourquoi le premier mardi de novembre est-il choisi pour le déroulement de ce scrutin ?

Les citoyens américains désignent leur président au suffrage universel indirect. Indirect, disons-nous parce que le vote populaire (celui des millions d’électeurs) permet d’élire seulement les grands électeurs. Ce sont ces derniers qui se chargent de l’élection du président des États-Unis. Les citoyens américains n’élisent donc pas directement leur président. Ils confient leur voix aux grands électeurs à l’issue d’un scrutin qui se déroule le 1er mardi du mois de novembre de l’année de l’élection. Nous tenons à préciser que cette date a été fixée par le Congrès américain en 1845, année avant laquelle les élections dans ce pays étaient programmées suivant diverses dates. L’unique date inscrite dans les livres des élections fédérales était celle prescrite par la Constitution en décembre relative à l’assise du Collège électoral pour le vote du président.

Mais pourquoi avoir choisi le mardi de novembre ? Disons tout simplement que c’est un choix qui découle de certaines préoccupations du passé américain. Il a été démontré que les USA furent essentiellement une société humaine agraire en 1845. Donc la première semaine du mois de novembre marquait la fin des récoltes des agriculteurs et celle des menaces de l’hiver rigoureux. Ainsi, les agriculteurs qui sont majoritaires ne pourront pas s’empêcher de se rendre dans la ville pour exprimer leur vote. D’où l’idée de choisir le mardi de novembre afin de donner aux fermiers de l’extérieur de la ville le temps d’aller dans les centres de vote logiquement. Ils ne risquent ni leur culte religieux traditionnel du dimanche ni leur temps de repos. Tous les électeurs américains n’accomplissent pas toujours leur devoir civique de vote en même temps à cause du calendrier électoral qui impose une date de suffrage en pleine semaine. Certains États organisent des scrutins anticipés pour mobiliser la majorité des votants qui travaillent.   

Comment fonctionnent les élections aux USA ?

L’élection du président des USA relève d’un processus électoral suffisamment huilé renouvelable chaque 4 ans. Et quel est le nombre de partis politiques qui se présentent, seuls deux dominent :

  • le parti démocrate représenté à l’élection de novembre 2020 par Joe Biden et Kamala Harris, respectivement Président et Vice-président. Joe Biden est vu comme l’homme qui a traversé les épreuves tandis que Kamala Harris est perçue comme la pionnière pour l’épauler ;
  • le parti républicain porté par Donald Trump, président sortant et responsable de l’Amérique fracturée et Mike Pence son atout conservateur.

Les différents candidats issus de ces partis doivent s’affronter sur un terrain politique électoral qui obéit à un Mode d’emploi qui s’annonce à la fois simple et complexe. Rappelons que le système électoral américain repose sur le vote des grands électeurs dont le nombre varie d’un Etat à un autre en fonction du nombre d’habitants. Ce nombre est connu à l’avance par chaque parti. Pendant que certains États moins peuplés disposent de 3 grands électeurs, d’autres plus peuplés comme la Californie comptent jusqu’à 55 grands électeurs. Ainsi, les États-Unis regroupent au total 538 grands électeurs de 50 États et Districts. Est déclaré vainqueur, le candidat qui réunit les 50 % des 538 grands électeurs + 1 soit 270 électeurs (269 + 1).

Toutefois, pour parvenir à siéger à la Maison Blanche pour les quatre prochaines années, les candidats doivent traverser de nombreuses épreuves qui sont les particularités des élections présidentielles américaines. Il s’agit entre autres :

Des élections primaires et celles de caucus

L’histoire des USA a forcé la mise sur pied d’un mécanisme électoral bien plus spécifique et largement complexe pour désigner leur président. D’abord, c’est chaque État d’Amérique fédérale qui organise l’élection du candidat démocrate et républicain. Il s’agit de leur donner sa confiance à travers deux possibilités :

Les élections primaires

Elles désignent une élection classique à travers laquelle les citoyens se rendent dans les bureaux de vote pour choisir un bulletin de vote pour un candidat (délégué représentant du candidat). Cette élection se déroule toute la journée et se décline en deux catégories :

  • les élections primaires fermées où les citoyens inscrits sur la liste électorale du parti démocrate votent pour l’élection primaire démocrate. Réciproquement pour les inscrits sur la liste électorale républicaine qui votent aux primaires républicains ;
  • les élections primaires ouvertes un électeur républicain à la possibilité de voter à l’élection primaire démocrate et réciproquement pour un électeur démocrate. Mais il n’est plus autorisé à voter une seconde fois pour la primaire républicaine et vice-versa.

Les élections de Caucus

Elles se traduisent l’organisation de centaines de réunions du quartier par les partis dans les États. Le but est toujours de désigner les délégués représentant des candidats sans besoin de se rendre dans les centres de vote. Les caucus se résument aux débats, discutes, argumentations… pouvant durer deux heures du temps.

Par conséquent, les élections primaires et celles de caucus ont pour finalité l’élection des délégués nationaux qui font campagne pour leurs candidats respectifs. Ces délégués nationaux désignent à leur tour le candidat officiel de leur parti à l’issue d’une convention nationale. Elles sont organisées de manière indépendante par chaque parti politique pour choisir deux candidats à l’issue d’un processus non constitutionnalisé. 

Les conventions nationales

Elles interviennent suite aux élections primaires et de caucus au plan local au cours desquelles sont désignés les délégués nationaux. Les conventions nationales des deux principaux partis (démocrate et républicain) sont les réunions des délégués nationaux issus des primaires. Son objectif est de choisir le « ticket vainqueur » de chaque parti c’est-à-dire le duo devant représenter chaque parti composé du Président et de son Colistier. Pour les élections présidentielles américaines 2020, le ticket démocrate est formé de Joe Biden et de Kamala Harris alors que Donald Trump et Mike Pence représentent le ticket républicain.

Le collège électoral et les grands électeurs : là où tout se joue

Pourquoi le fait de gagner le vote populaire américain ne garantit pas automatiquement la victoire ? Pour répondre à cette question, il faut chercher à comprendre et établir le lien entre le collège électoral et les grands électeurs. En effet, les pères fondateurs des États-Unis ont délibérément instauré le collège électoral pour asseoir le scrutin universel indirect. Il consiste à empêcher les électeurs d’élire directement le président à l’inverse de l’élection des membres du Congrès américain qui sont directement élus.

Les électeurs de chaque État américain votent une « liste d’électeurs » appelés grands électeurs (le vote populaire) qui élisent ensuite le Président avec son vice-président (ticket vainqueur). Le vote du collège électoral est simplement celui des grands électeurs pour l’élection du président. Les candidats peuvent alors remporter le vote populaire et perdre le vote du collège électoral. Autrement dit, ils peuvent récolter la majorité du suffrage exprimé par les citoyens et perdre lors du vote des grands électeurs. Ce qui s’est déjà produit plusieurs fois dont le plus récent est l’élection de Donald Trump en 2016 contre Hillary Clinton.   

L’absence du système de proportionnalité des votes : l’autre particularité des élections présidentielles américaines

Le financement des élections américaines par les aides publiques et privées, le collège électoral, les primaires, les conventions nationales… ne sont pas les seules spécificités de l’élection présidentielle américaine. L’autre caractéristique majeure du système électoral américain est qu’il n’inclue pas du tout la proportionnalité des votes.

Hormis le Nebraska et le Maine, la liste du parti qui vient en tête lors du vote populaire (qui désigne les grands électeurs) prend tous les sièges à pourvoir. Il aurait suffi donc pour un candidat de dépasser son adversaire d’une seule voix en Californie pour obtenir le soutien des 55 grands électeurs de cet État. D’où l’origine de la disparité notoire entre le nombre de suffrages obtenus par un candidat chez les citoyens et celui des voix obtenus à l’issue du vote des grands électeurs. 

Quels sont les États américains dans lesquels se joue l’élection du président américain ?

Le samedi 7 novembre 2020, Joe Biden a remporté les élections aux États-Unis avec plus de 50,8 % des suffrages exprimés comme l’indique la totalité des médias américains. Il gagne en Pennsylvanie et le Nevada et s’assure les 270 voix de grands électeurs essentiels à la victoire des élections aux USA. Même Donald Trump refuse de s’avouer vaincu, il n’y a pas de doute qu’il est désormais le choix des citoyens américains. Ces derniers lui ont accordé leurs suffrages par correspondance, par vote anticipé ou par présentation dans les bureaux de vote. Il sera investi le 20 janvier 2021 pendant « l’Inauguration Day ». Cependant, Joe Biden et son équipe ne sont pas parvenus à ce résultat par hasard. Ils ont certainement surveillé de près certains États appelés les « Swing State » (États clés) qui ont connu une forte campagne médiatique électorale. Toute l’élection se joue dans ces États que sont :

  • l’Arizona ;
  • la Floride ;
  • la Caroline du Nord ;
  • le Nevada ;
  • la Pennsylvanie ;
  • le Wisconsin ;
  • le Michigan ;
  • l’Iowa ;
  • la Virginie ;
  • la Géorgie ;
  • le New Hampshire ;
  • l’Ohio ;
  • le Colorado.

related posts

Leave a Comment